Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 21ème jour de la campagne référendaire (VERBATIM)    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    Monchengladbach: Bensebaini titulaire face au Real Madrid    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    Abdelmadjid Tebboune admis dans une unité de soins spécialisés à l'hôpital militaire    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Rahmoun Yazid en renfort    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    BMS Corona    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une convention pour la transition démocratique le 31 août
Forces de l'alternative démocratique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 07 - 2019

Les sept partis du pôle démocratique et la Laddh, regroupés autour des « Forces de l'alternative démocratique », estiment qu'aucune solution à la crise que traverse le pays n'est possible si elle ne prend pas en charge les revendications populaires. Pour eux, une période de transition s'impose pour opérer une rupture totale avec le système politique en place.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Pour faire adhérer d'autres forces à leur projet, ces sept partis (RCD, FFS, PT, MDS, PST, PLD, UCP) et la Laddh, ont appelé, hier dimanche, à une convention du pacte politique pour une véritable transition démocratique pour le 31 août 2019.
« Nous signataires du pacte pour l'alternative démocratique, appelons les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à s'inscrire activement dans notre effort à entretenir l'espoir et à imposer une alternative démocratique », ont-ils souligné dans une déclaration rendue publique à l'occasion d'une conférence de presse conjointe tenue au siège du RCD.
Les conférenciers ont expliqué que tout acteur politique, associatif ou acteur du mouvement populaire qui se reconnaît dans le pacte pour l'alternative démocratique peut participer à cette convention qui sera inscrite dans le cadre des revendications populaires.
Il s'agit, selon les explications des conférenciers, de traduire les mots d'ordre des populations « qui sont progressistes et modernistes » dans un projet qui réponde aux aspirations des millions de manifestants qui sortent chaque vendredi dans les rues du pays. Ils soutiennent que le soulèvement du 22 février porte, en lui, une lame de fond de la volonté de recouvrer la souveraineté populaire et la construction d'un Etat de droit. « En proposant une transition démocratique à travers un processus constituant souverain, les partis, les organisations et les personnalités qui ont signé le pacte pour une véritable transition démocratique, le 26 juin 2019, ouvrent la seule perspective possible pour donner la parole au peuple, afin qu'il puisse choisir démocratiquement la forme et le contenu des institutions qu'il souhaite mettre en place et rejettent toutes tentatives d'imposer une élection présidentielle qui vise à sauver le régime en place », ont-ils affirmé.
Pour eux, il s'agit là d'une condition pour garantir les libertés fondamentales, une justice indépendante, l'égalité en droits entre les hommes et les femmes, les droits socio-économiques et consacrer l'alternance démocratique à tous les niveaux.
Ils considèrent que la période de transition prendra le temps nécessaire pour mettre en place cet environnement institutionnel, sans lequel toute idée de rupture avec le système usurpateur sera vaine. Rejetant la démarche du Forum civil du changement qui a proposé 13 personnes pour mener une médiation en vue d'ouvrir le dialogue, les signataires du Pacte pour l'alternative démocratique estiment qu'aucune initiative politique de quelque nature qu'elle soit, et aucun dialogue politique ne sont viables sans la satisfaction de quelques exigences.
Ils en citent quatre : la libération des détenus politiques et d'opinion, l'ouverture des champs politique et médiatique, l'arrêt immédiat du dispositif répressif et de l'instrumentalisation de la justice, et le départ du régime et de ses symboles.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.