Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    La réunion périodique présidée par Tebboune    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    L'infrangible lien...    Après le choc, la colère !    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak maintient le cap !
26e vendredi de manifestations
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 08 - 2019

Le mouvement populaire en est déjà à sa 26e manifestation. Ni la chaleur, ni les vacances n'ont réussi à affaiblir les manifestations du mouvement populaire. Hier vendredi, les Algériennes et les Algériens étaient au rendez-vous pour manifester et réclamer le départ du système et ses figures.
Le mouvement populaire en est déjà à sa 26e manifestation. Ni la chaleur, ni les vacances n'ont réussi à affaiblir les manifestations du mouvement populaire. Hier vendredi, les Algériennes et les Algériens étaient au rendez-vous pour manifester et réclamer le départ du système et ses figures.
Les revendications chères au Hirak ont été réitérées à nouveau, par les manifestants sortis à Alger, Béjaia, Constantine, Oran, Bouira, Mostaganem, Skikda et dans d'autres villes du pays. Ce nouveau vendredi de mobilisation populaire, pour le départ du régime, prouve que les Algériens sont toujours déterminés à faire aboutir leurs revendications qui tournent, notamment, autour d'un changement radical, de l'instauration d'un
Etat de droit, de l'avènement d'une justice réellement indépendante, de la consécration effective des droits et des libertés, individuelles et collectives, du respect et la promotion des droits de l'Homme…etc En somme, ces revendications pour lesquelles les Algériens et les Algériennes manifestent depuis le 22 février dernier, revendiquent, en définitive, la fin du système politique actuel et l'avènement d'une nouvelle République. A Alger et comme de coutume, les manifestants étaient dès la matinée d'hier, au rendez-vous. Ils ont organisé une marche au niveau de la rue Didouche Mourad au centre-ville de la capitale. Les slogans anti-élections fusaient à l'unisson, marquant le refus de la rue des "semblants d'élections" qu'on veut organiser dans la précipitation.
Les manifestants rejettent aussi un "Etat militaire" et crient leur revendication d'un "Etat civil". Au niveau de la rue Abdelkrim El Khettabi, ils font face à un cordon sécuritaire moins renforcé que d'habitude. Après la prière du vendredi, une grande foule a envahi la rue Didouche Mourad. La manifestation a officiellement commencé. Des slogans hostiles au chef de l'Etat major de l'armée et au chef de l'Etat, sont scandés par les marcheurs. Les manifestants ont également exigé la libération des détenus d'opinion. Dans toutes les autres villes du pays, c'était, comme de coutume, le même scénario ou, malgré la chaleur, la foule, moins nombreuse, était au rendez-vous.
Les revendications chères au Hirak ont été réitérées à nouveau, par les manifestants sortis à Alger, Béjaia, Constantine, Oran, Bouira, Mostaganem, Skikda et dans d'autres villes du pays. Ce nouveau vendredi de mobilisation populaire, pour le départ du régime, prouve que les Algériens sont toujours déterminés à faire aboutir leurs revendications qui tournent, notamment, autour d'un changement radical, de l'instauration d'un
Etat de droit, de l'avènement d'une justice réellement indépendante, de la consécration effective des droits et des libertés, individuelles et collectives, du respect et la promotion des droits de l'Homme…etc En somme, ces revendications pour lesquelles les Algériens et les Algériennes manifestent depuis le 22 février dernier, revendiquent, en définitive, la fin du système politique actuel et l'avènement d'une nouvelle République. A Alger et comme de coutume, les manifestants étaient dès la matinée d'hier, au rendez-vous. Ils ont organisé une marche au niveau de la rue Didouche Mourad au centre-ville de la capitale. Les slogans anti-élections fusaient à l'unisson, marquant le refus de la rue des "semblants d'élections" qu'on veut organiser dans la précipitation.
Les manifestants rejettent aussi un "Etat militaire" et crient leur revendication d'un "Etat civil". Au niveau de la rue Abdelkrim El Khettabi, ils font face à un cordon sécuritaire moins renforcé que d'habitude. Après la prière du vendredi, une grande foule a envahi la rue Didouche Mourad. La manifestation a officiellement commencé. Des slogans hostiles au chef de l'Etat major de l'armée et au chef de l'Etat, sont scandés par les marcheurs. Les manifestants ont également exigé la libération des détenus d'opinion. Dans toutes les autres villes du pays, c'était, comme de coutume, le même scénario ou, malgré la chaleur, la foule, moins nombreuse, était au rendez-vous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.