L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    BOUIRA : Cinq blessés dans une collision à Sour Ghozlane    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La police veut démanteler le Mouvement islamique
Nigeria
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 08 - 2019

Les tensions restent vives entre Abuja et le Mouvement islamique du Nigeria (MIN). Le parti est toujours considéré comme une organisation terroriste.
Les tensions restent vives entre Abuja et le Mouvement islamique du Nigeria (MIN). Le parti est toujours considéré comme une organisation terroriste.
Les forces de l'ordre continuent de poursuivre les membres du MIN responsables d'actes de violence lors de manifestations. Deux bulletins officiels affichent le Mouvement islamique du Nigeria (MIN) comme terroriste depuis près de trois semaines. Selon les autorités nigérianes, le MIN appelle à une République islamique et ne respecte pas la Constitution nigériane. En plus, pour Abuja, l'organisation chiite est responsable d'actes de violence dans une manifestation fin juillet. Cet événement avait été marqué par la mort d'un officier de police et d'un journaliste.
Les rassemblements, réunions, processions lancés au nom duMouvement islamique du Nigeria sont formellement interdits. Alors que le MIN a fait appel de cette mise au ban, la police nigériane compte strictement appliquer la loi et le démanteler. Les membres du MIN ont rejoint la liste des ennemis publics du Nigeria. Et de fait, tout policier nigérian a pour mission prioritaire de les neutraliser.
Les forces de l'ordre continuent de poursuivre les membres du MIN responsables d'actes de violence lors de manifestations. Deux bulletins officiels affichent le Mouvement islamique du Nigeria (MIN) comme terroriste depuis près de trois semaines. Selon les autorités nigérianes, le MIN appelle à une République islamique et ne respecte pas la Constitution nigériane. En plus, pour Abuja, l'organisation chiite est responsable d'actes de violence dans une manifestation fin juillet. Cet événement avait été marqué par la mort d'un officier de police et d'un journaliste.
Les rassemblements, réunions, processions lancés au nom duMouvement islamique du Nigeria sont formellement interdits. Alors que le MIN a fait appel de cette mise au ban, la police nigériane compte strictement appliquer la loi et le démanteler. Les membres du MIN ont rejoint la liste des ennemis publics du Nigeria. Et de fait, tout policier nigérian a pour mission prioritaire de les neutraliser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.