Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    Mwepu et Daka rappelés    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle amnistie générale décretée
Syrie
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 09 - 2019

Le président syrien Bachar el-Assad a prononcé une nouvelle amnistie qui s'applique à la fois à des détenus de droit commun, des personnes accusées de complicité de "terrorisme" et des déserteurs de l'armée.
Le président syrien Bachar el-Assad a prononcé une nouvelle amnistie qui s'applique à la fois à des détenus de droit commun, des personnes accusées de complicité de "terrorisme" et des déserteurs de l'armée.
Cette "amnistie générale" n'est pas la première décrétée par le Président Bachar el-Assad depuis le début du conflit dans son pays, en mars 2011, mais c'est la plus vaste. Le décret-loi promulgué ce dimanche prévoit de gracier les détenus accusés de participation à un "complot ou la non-dénonciation d'un acte terroriste". Les autorités syriennes qualifient de "terroristes" tous ceux qui ont porté les armes contre l'Etat, qu'ils soient jihadistes, islamistes ou rebelles de différentes tendances. L'amnistie concerne aussi les déserteurs de l'armée.
Ceux qui se trouvent en Syrie disposent d'un délai de trois mois pour profiter des termes de la loi, et ceux qui vivent à l'étranger disposent de six mois. Très détaillé, le décret-loi signé par le chef de l'Etat syrien propose de gracier les auteurs de kidnappings à condition qu'ils libèrent sans contrepartie leur victime d'ici un mois. La loi prévoit aussi d'importantes réductions de peine, sauf certaines exceptions. La peine de mort peut notamment être transformée en travaux forcés à perpétuité. Les condamnés qui souffrent d'une maladie incurable et sont âgés de plus de 75 ans peuvent bénéficier d'une amnistie. Par contre, les condamnés à la peine capitale dont les actions ont entraîné la mort d'une ou plusieurs personnes, ne peuvent être graciés.
Cette "amnistie générale" n'est pas la première décrétée par le Président Bachar el-Assad depuis le début du conflit dans son pays, en mars 2011, mais c'est la plus vaste. Le décret-loi promulgué ce dimanche prévoit de gracier les détenus accusés de participation à un "complot ou la non-dénonciation d'un acte terroriste". Les autorités syriennes qualifient de "terroristes" tous ceux qui ont porté les armes contre l'Etat, qu'ils soient jihadistes, islamistes ou rebelles de différentes tendances. L'amnistie concerne aussi les déserteurs de l'armée.
Ceux qui se trouvent en Syrie disposent d'un délai de trois mois pour profiter des termes de la loi, et ceux qui vivent à l'étranger disposent de six mois. Très détaillé, le décret-loi signé par le chef de l'Etat syrien propose de gracier les auteurs de kidnappings à condition qu'ils libèrent sans contrepartie leur victime d'ici un mois. La loi prévoit aussi d'importantes réductions de peine, sauf certaines exceptions. La peine de mort peut notamment être transformée en travaux forcés à perpétuité. Les condamnés qui souffrent d'une maladie incurable et sont âgés de plus de 75 ans peuvent bénéficier d'une amnistie. Par contre, les condamnés à la peine capitale dont les actions ont entraîné la mort d'une ou plusieurs personnes, ne peuvent être graciés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.