APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France garde le secret
58 ans aprés les massacres du 17 octobre
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 10 - 2019

Les archives de la Police française relatives à la répression des manifestants algériens, le 17 octobre 1961 à Paris, "n'ont pas été versées jusqu'à aujourd'hui dans les Archives nationales française" pour qu'elles puissent être consultées.
Les archives de la Police française relatives à la répression des manifestants algériens, le 17 octobre 1961 à Paris, "n'ont pas été versées jusqu'à aujourd'hui dans les Archives nationales française" pour qu'elles puissent être consultées.
Ce sont là les propos, mercredi à Alger, de l'avocate, Fatma-Zohra Benbraham. Hôte du "Forum de la Mémoire", du quotidien El-Moudjahid, Mme Benbraham a ainsi relevé que les archives de la police française inhérentes aux massacres du 17 octobre 1961 "ne sont toujours pas versées aux Archives françaises, pour ne pas être consultées par le public", qualifiant la violence policière française exercée en cette journée funeste du 17 octobre à l'encontre de "pacifistes" manifestants algériens de "crime de Guerre". "Les archives françaises, notamment celles de la police, sont encore secrètes", a encore révélé l'avocate, au cours de cette rencontre consacrée à la commémoration du 58e anniversaire de cet épisode de la Guerre d'Algérie. Me Benbraham a évoqué de nombreux fonds documentaires pouvant constituer de la matière aux chercheurs, historiens, journalistes, etc., citant les déclarations de l'ancien préfet de police de
Paris, Maurice Papon au procès de 1998, le jugeant pour sa responsabilité dans "l'orchestration" des massacres en question, ainsi que sa "complicité" directe dans ce qui a été considéré par la suite comme étant un "crime d'Etat". La conférencière a regretté, en outre, "l'insuffisance" des compte-rendus et autres travaux historiques relatant ces douloureux faits, dès lors, argumente-telle, que les témoignages des Algériens ayant vécu ces événements "n'ont pas été pris en considération". Ce qui lui a fait dire qu'il s'agit d'une "crise de documents et de photos", précisant que l'essentiel du dossier iconographique existant sur cette phase de la guerre de Libération nationale est constitué des photos prises, en toute discrétion, par le photographe français Elie Kagan. Les photographes présents ayant été interdits d'actionner leurs caméras alors que ceux qui l'ont fait ont vu leurs films détruits. Tout en rappelant que les massacres du 17 octobre 1961 sont "l'un des plus sombres" épisodes de la Guerre d'Algérie, l'avocate estime qu'il s'agit d'un "dossier ouvert mais pas encore clos", arguant des nombreuses interrogations qu'ils soulèvent toujours :
"Où sont passés les 300 cadavres d'Algériens, les 50 autres tués sous les yeux de Papon dans la cour de la préfecture de Paris ainsi que les témoignages des personnes arrêtées ?", s'est-elle interrogée. les massacres du 17 octobre 1961 renvoient à la répression meurtrière commise par la police française à l'encontre des Algériens qui, après l'appel de la Fédération du Front de libération nationale (FLN) de France sont sortis manifester pacifiquement contre le couvre-feu qui leur a été imposé exclusivement par Maurice Papon. Une manifestation qui a été réprimée dans le sang, avec l'assassinat de dizaines de manifestants, dont nombreux jetés dans la Seine.
Ce sont là les propos, mercredi à Alger, de l'avocate, Fatma-Zohra Benbraham. Hôte du "Forum de la Mémoire", du quotidien El-Moudjahid, Mme Benbraham a ainsi relevé que les archives de la police française inhérentes aux massacres du 17 octobre 1961 "ne sont toujours pas versées aux Archives françaises, pour ne pas être consultées par le public", qualifiant la violence policière française exercée en cette journée funeste du 17 octobre à l'encontre de "pacifistes" manifestants algériens de "crime de Guerre". "Les archives françaises, notamment celles de la police, sont encore secrètes", a encore révélé l'avocate, au cours de cette rencontre consacrée à la commémoration du 58e anniversaire de cet épisode de la Guerre d'Algérie. Me Benbraham a évoqué de nombreux fonds documentaires pouvant constituer de la matière aux chercheurs, historiens, journalistes, etc., citant les déclarations de l'ancien préfet de police de
Paris, Maurice Papon au procès de 1998, le jugeant pour sa responsabilité dans "l'orchestration" des massacres en question, ainsi que sa "complicité" directe dans ce qui a été considéré par la suite comme étant un "crime d'Etat". La conférencière a regretté, en outre, "l'insuffisance" des compte-rendus et autres travaux historiques relatant ces douloureux faits, dès lors, argumente-telle, que les témoignages des Algériens ayant vécu ces événements "n'ont pas été pris en considération". Ce qui lui a fait dire qu'il s'agit d'une "crise de documents et de photos", précisant que l'essentiel du dossier iconographique existant sur cette phase de la guerre de Libération nationale est constitué des photos prises, en toute discrétion, par le photographe français Elie Kagan. Les photographes présents ayant été interdits d'actionner leurs caméras alors que ceux qui l'ont fait ont vu leurs films détruits. Tout en rappelant que les massacres du 17 octobre 1961 sont "l'un des plus sombres" épisodes de la Guerre d'Algérie, l'avocate estime qu'il s'agit d'un "dossier ouvert mais pas encore clos", arguant des nombreuses interrogations qu'ils soulèvent toujours :
"Où sont passés les 300 cadavres d'Algériens, les 50 autres tués sous les yeux de Papon dans la cour de la préfecture de Paris ainsi que les témoignages des personnes arrêtées ?", s'est-elle interrogée. les massacres du 17 octobre 1961 renvoient à la répression meurtrière commise par la police française à l'encontre des Algériens qui, après l'appel de la Fédération du Front de libération nationale (FLN) de France sont sortis manifester pacifiquement contre le couvre-feu qui leur a été imposé exclusivement par Maurice Papon. Une manifestation qui a été réprimée dans le sang, avec l'assassinat de dizaines de manifestants, dont nombreux jetés dans la Seine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.