Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France garde le secret
58 ans aprés les massacres du 17 octobre
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 10 - 2019

Les archives de la Police française relatives à la répression des manifestants algériens, le 17 octobre 1961 à Paris, "n'ont pas été versées jusqu'à aujourd'hui dans les Archives nationales française" pour qu'elles puissent être consultées.
Les archives de la Police française relatives à la répression des manifestants algériens, le 17 octobre 1961 à Paris, "n'ont pas été versées jusqu'à aujourd'hui dans les Archives nationales française" pour qu'elles puissent être consultées.
Ce sont là les propos, mercredi à Alger, de l'avocate, Fatma-Zohra Benbraham. Hôte du "Forum de la Mémoire", du quotidien El-Moudjahid, Mme Benbraham a ainsi relevé que les archives de la police française inhérentes aux massacres du 17 octobre 1961 "ne sont toujours pas versées aux Archives françaises, pour ne pas être consultées par le public", qualifiant la violence policière française exercée en cette journée funeste du 17 octobre à l'encontre de "pacifistes" manifestants algériens de "crime de Guerre". "Les archives françaises, notamment celles de la police, sont encore secrètes", a encore révélé l'avocate, au cours de cette rencontre consacrée à la commémoration du 58e anniversaire de cet épisode de la Guerre d'Algérie. Me Benbraham a évoqué de nombreux fonds documentaires pouvant constituer de la matière aux chercheurs, historiens, journalistes, etc., citant les déclarations de l'ancien préfet de police de
Paris, Maurice Papon au procès de 1998, le jugeant pour sa responsabilité dans "l'orchestration" des massacres en question, ainsi que sa "complicité" directe dans ce qui a été considéré par la suite comme étant un "crime d'Etat". La conférencière a regretté, en outre, "l'insuffisance" des compte-rendus et autres travaux historiques relatant ces douloureux faits, dès lors, argumente-telle, que les témoignages des Algériens ayant vécu ces événements "n'ont pas été pris en considération". Ce qui lui a fait dire qu'il s'agit d'une "crise de documents et de photos", précisant que l'essentiel du dossier iconographique existant sur cette phase de la guerre de Libération nationale est constitué des photos prises, en toute discrétion, par le photographe français Elie Kagan. Les photographes présents ayant été interdits d'actionner leurs caméras alors que ceux qui l'ont fait ont vu leurs films détruits. Tout en rappelant que les massacres du 17 octobre 1961 sont "l'un des plus sombres" épisodes de la Guerre d'Algérie, l'avocate estime qu'il s'agit d'un "dossier ouvert mais pas encore clos", arguant des nombreuses interrogations qu'ils soulèvent toujours :
"Où sont passés les 300 cadavres d'Algériens, les 50 autres tués sous les yeux de Papon dans la cour de la préfecture de Paris ainsi que les témoignages des personnes arrêtées ?", s'est-elle interrogée. les massacres du 17 octobre 1961 renvoient à la répression meurtrière commise par la police française à l'encontre des Algériens qui, après l'appel de la Fédération du Front de libération nationale (FLN) de France sont sortis manifester pacifiquement contre le couvre-feu qui leur a été imposé exclusivement par Maurice Papon. Une manifestation qui a été réprimée dans le sang, avec l'assassinat de dizaines de manifestants, dont nombreux jetés dans la Seine.
Ce sont là les propos, mercredi à Alger, de l'avocate, Fatma-Zohra Benbraham. Hôte du "Forum de la Mémoire", du quotidien El-Moudjahid, Mme Benbraham a ainsi relevé que les archives de la police française inhérentes aux massacres du 17 octobre 1961 "ne sont toujours pas versées aux Archives françaises, pour ne pas être consultées par le public", qualifiant la violence policière française exercée en cette journée funeste du 17 octobre à l'encontre de "pacifistes" manifestants algériens de "crime de Guerre". "Les archives françaises, notamment celles de la police, sont encore secrètes", a encore révélé l'avocate, au cours de cette rencontre consacrée à la commémoration du 58e anniversaire de cet épisode de la Guerre d'Algérie. Me Benbraham a évoqué de nombreux fonds documentaires pouvant constituer de la matière aux chercheurs, historiens, journalistes, etc., citant les déclarations de l'ancien préfet de police de
Paris, Maurice Papon au procès de 1998, le jugeant pour sa responsabilité dans "l'orchestration" des massacres en question, ainsi que sa "complicité" directe dans ce qui a été considéré par la suite comme étant un "crime d'Etat". La conférencière a regretté, en outre, "l'insuffisance" des compte-rendus et autres travaux historiques relatant ces douloureux faits, dès lors, argumente-telle, que les témoignages des Algériens ayant vécu ces événements "n'ont pas été pris en considération". Ce qui lui a fait dire qu'il s'agit d'une "crise de documents et de photos", précisant que l'essentiel du dossier iconographique existant sur cette phase de la guerre de Libération nationale est constitué des photos prises, en toute discrétion, par le photographe français Elie Kagan. Les photographes présents ayant été interdits d'actionner leurs caméras alors que ceux qui l'ont fait ont vu leurs films détruits. Tout en rappelant que les massacres du 17 octobre 1961 sont "l'un des plus sombres" épisodes de la Guerre d'Algérie, l'avocate estime qu'il s'agit d'un "dossier ouvert mais pas encore clos", arguant des nombreuses interrogations qu'ils soulèvent toujours :
"Où sont passés les 300 cadavres d'Algériens, les 50 autres tués sous les yeux de Papon dans la cour de la préfecture de Paris ainsi que les témoignages des personnes arrêtées ?", s'est-elle interrogée. les massacres du 17 octobre 1961 renvoient à la répression meurtrière commise par la police française à l'encontre des Algériens qui, après l'appel de la Fédération du Front de libération nationale (FLN) de France sont sortis manifester pacifiquement contre le couvre-feu qui leur a été imposé exclusivement par Maurice Papon. Une manifestation qui a été réprimée dans le sang, avec l'assassinat de dizaines de manifestants, dont nombreux jetés dans la Seine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.