LOURDE CHARGE    Lentement ou sans précipitation ?    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    USM Bel-Abbès: L'équipe montre le chemin à la direction    Secousse tellurique de 3,5 degrés à Oran: Peur panique et quelques dégâts matériels    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Grands corps «malades»    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    Réveil de la classe politique    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Système ou pratiques ?    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Le Care pointe l'absence de données économiques    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Mal négociés", selon Wahiba Bahloul
Les accords d'association avec l'ue et la zone arabe
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 01 - 2020

En raison d'une mauvaise application de l'Accord d'association conclu avec l'Union européenne, l'Algérie a accusé une perte fiscale de plus de deux milliards de dollars, a révélé hier la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie.
En raison d'une mauvaise application de l'Accord d'association conclu avec l'Union européenne, l'Algérie a accusé une perte fiscale de plus de deux milliards de dollars, a révélé hier la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie.
S'exprimant, à l'émission L'Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, Mme Wahiba Bahloul, juge capital d'en revoir les clauses, du fait, souligne- t-elle, que ses aspects relatifs à l'investissement n'ont pas été pris en compte par l'UE, "parce que mal négociés" par la partie algérienne. Si l'on a mal négocié, explique-t-elle, c'est en raison du contexte politique qui régnait alors en Algérie. Pour elle, il faudrait remettre en question le contenu de cet accord, d'autant, indique-t-elle, quele programme du gouvernement incite à le faire. Pour ce qui a trait à l'accord passé avec la Zone arabe de libre-échange, Mme Bahloul signale qu'il a été demandé à l'Algérie de le faire l'appliquer immédiatement. "Nous avons, dit-elle, pris letrain en marche, alors que nous n'étions pas préparés".
Le résultat, constate-telle, "parce qu'il a été mal négocié", des marchandises égyptiennes et jordaniennes, ont pénétré le pays au détriment de celles produites localement. Au tout début de son intervention, la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie insistait, par ailleurs, sur la nécessité de s'ouvrir aux investissements nationaux et étrangers, "mais avec des préalables". Pour elle, ces préalables sont tributaires d'une stabilité juridique, jugeant qu'on ne saurait, par exemple, changer des textes ou les abroger sans discernement. L'autre aspect pour attirer des investissements consiste, ajoute-t-elle, à instaurer la confiance entre les pouvoirs publics et les opérateurs économiques, nationaux et étrangers, "à leur donner plus de garanties". De l'abolition de la règle 51/49 relatifs aux secteurs non stratégiques, consacrée par la nouvelle loi de Finances, l'invitéedéclare attendre de voir publiés "le plus tôt possible", les textes d'application, afin, dit-elle, que ces opérateurs puissent être fixés sur les secteurs à investir.
S'exprimant, à l'émission L'Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, Mme Wahiba Bahloul, juge capital d'en revoir les clauses, du fait, souligne- t-elle, que ses aspects relatifs à l'investissement n'ont pas été pris en compte par l'UE, "parce que mal négociés" par la partie algérienne. Si l'on a mal négocié, explique-t-elle, c'est en raison du contexte politique qui régnait alors en Algérie. Pour elle, il faudrait remettre en question le contenu de cet accord, d'autant, indique-t-elle, quele programme du gouvernement incite à le faire. Pour ce qui a trait à l'accord passé avec la Zone arabe de libre-échange, Mme Bahloul signale qu'il a été demandé à l'Algérie de le faire l'appliquer immédiatement. "Nous avons, dit-elle, pris letrain en marche, alors que nous n'étions pas préparés".
Le résultat, constate-telle, "parce qu'il a été mal négocié", des marchandises égyptiennes et jordaniennes, ont pénétré le pays au détriment de celles produites localement. Au tout début de son intervention, la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie insistait, par ailleurs, sur la nécessité de s'ouvrir aux investissements nationaux et étrangers, "mais avec des préalables". Pour elle, ces préalables sont tributaires d'une stabilité juridique, jugeant qu'on ne saurait, par exemple, changer des textes ou les abroger sans discernement. L'autre aspect pour attirer des investissements consiste, ajoute-t-elle, à instaurer la confiance entre les pouvoirs publics et les opérateurs économiques, nationaux et étrangers, "à leur donner plus de garanties". De l'abolition de la règle 51/49 relatifs aux secteurs non stratégiques, consacrée par la nouvelle loi de Finances, l'invitéedéclare attendre de voir publiés "le plus tôt possible", les textes d'application, afin, dit-elle, que ces opérateurs puissent être fixés sur les secteurs à investir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.