Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Lazhari élu à la présidence du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme à Genève    Trois ateliers urgents pour réduire les disparités en matière de développement local    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Journée du chahid: le moudjahid "Cheikh" se remémore les souvenirs de combat à la veille de la célébration de cette journée à Saïda    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    Le Président Tebboune nomme Karim Younes Médiateur de la République    CONSEIL DE LA NATION : Appel à la mobilisation derrière le Président    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    L'ultimatum de Tebboune aux walis    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    La victoire qui change tout ?    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Mal négociés", selon Wahiba Bahloul
Les accords d'association avec l'ue et la zone arabe
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 01 - 2020

En raison d'une mauvaise application de l'Accord d'association conclu avec l'Union européenne, l'Algérie a accusé une perte fiscale de plus de deux milliards de dollars, a révélé hier la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie.
En raison d'une mauvaise application de l'Accord d'association conclu avec l'Union européenne, l'Algérie a accusé une perte fiscale de plus de deux milliards de dollars, a révélé hier la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie.
S'exprimant, à l'émission L'Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, Mme Wahiba Bahloul, juge capital d'en revoir les clauses, du fait, souligne- t-elle, que ses aspects relatifs à l'investissement n'ont pas été pris en compte par l'UE, "parce que mal négociés" par la partie algérienne. Si l'on a mal négocié, explique-t-elle, c'est en raison du contexte politique qui régnait alors en Algérie. Pour elle, il faudrait remettre en question le contenu de cet accord, d'autant, indique-t-elle, quele programme du gouvernement incite à le faire. Pour ce qui a trait à l'accord passé avec la Zone arabe de libre-échange, Mme Bahloul signale qu'il a été demandé à l'Algérie de le faire l'appliquer immédiatement. "Nous avons, dit-elle, pris letrain en marche, alors que nous n'étions pas préparés".
Le résultat, constate-telle, "parce qu'il a été mal négocié", des marchandises égyptiennes et jordaniennes, ont pénétré le pays au détriment de celles produites localement. Au tout début de son intervention, la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie insistait, par ailleurs, sur la nécessité de s'ouvrir aux investissements nationaux et étrangers, "mais avec des préalables". Pour elle, ces préalables sont tributaires d'une stabilité juridique, jugeant qu'on ne saurait, par exemple, changer des textes ou les abroger sans discernement. L'autre aspect pour attirer des investissements consiste, ajoute-t-elle, à instaurer la confiance entre les pouvoirs publics et les opérateurs économiques, nationaux et étrangers, "à leur donner plus de garanties". De l'abolition de la règle 51/49 relatifs aux secteurs non stratégiques, consacrée par la nouvelle loi de Finances, l'invitéedéclare attendre de voir publiés "le plus tôt possible", les textes d'application, afin, dit-elle, que ces opérateurs puissent être fixés sur les secteurs à investir.
S'exprimant, à l'émission L'Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, Mme Wahiba Bahloul, juge capital d'en revoir les clauses, du fait, souligne- t-elle, que ses aspects relatifs à l'investissement n'ont pas été pris en compte par l'UE, "parce que mal négociés" par la partie algérienne. Si l'on a mal négocié, explique-t-elle, c'est en raison du contexte politique qui régnait alors en Algérie. Pour elle, il faudrait remettre en question le contenu de cet accord, d'autant, indique-t-elle, quele programme du gouvernement incite à le faire. Pour ce qui a trait à l'accord passé avec la Zone arabe de libre-échange, Mme Bahloul signale qu'il a été demandé à l'Algérie de le faire l'appliquer immédiatement. "Nous avons, dit-elle, pris letrain en marche, alors que nous n'étions pas préparés".
Le résultat, constate-telle, "parce qu'il a été mal négocié", des marchandises égyptiennes et jordaniennes, ont pénétré le pays au détriment de celles produites localement. Au tout début de son intervention, la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie insistait, par ailleurs, sur la nécessité de s'ouvrir aux investissements nationaux et étrangers, "mais avec des préalables". Pour elle, ces préalables sont tributaires d'une stabilité juridique, jugeant qu'on ne saurait, par exemple, changer des textes ou les abroger sans discernement. L'autre aspect pour attirer des investissements consiste, ajoute-t-elle, à instaurer la confiance entre les pouvoirs publics et les opérateurs économiques, nationaux et étrangers, "à leur donner plus de garanties". De l'abolition de la règle 51/49 relatifs aux secteurs non stratégiques, consacrée par la nouvelle loi de Finances, l'invitéedéclare attendre de voir publiés "le plus tôt possible", les textes d'application, afin, dit-elle, que ces opérateurs puissent être fixés sur les secteurs à investir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.