«Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    FAF... la mascarade continue    Pagaille dans les bureaux de poste    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    La magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Démenti    Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Trois marchés de vente promotionnelle ouverts    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    El Tarf: Le gaz de ville pour Oued Djenane    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Saidal fabriquera du Levothyrox    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    David Luiz sur le départ    Un ultimatum pour Cavani    Ramos positif au coronavirus    Une grave provocation    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Proche du véhicule neuf", selon Ferhat Aït Ali
Prix des véhicules de moins de 3 ans
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 02 - 2020

Le nouveau cahier des charges régissant l'industrie automobile, en Algérie, n'obligera pas les investisseurs étrangers à s'associer à un partenaire local, mais leur imposera un apport financier et technologique, a indiqué hier à Alger,
Le nouveau cahier des charges régissant l'industrie automobile, en Algérie, n'obligera pas les investisseurs étrangers à s'associer à un partenaire local, mais leur imposera un apport financier et technologique, a indiqué hier à Alger,
le ministre de l'Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham. Invité du Forum du quotidien El Moudjahid, le ministre a fait savoir, que le prochain cahier de charges, qui sera établi par son département, posera des exigences aux investisseurs étrangers, telles qu'une implication financière à travers "un investissement majoritaire si nécessaire". "Nous n'obligerons pas l'investisseur à s'associer à un partenaire national, mais on lui imposera d'apporter le financement et le savoir- faire", a-t-il expliqué, ajoutant que les pouvoirs publics travailleront également afin de permettre aux opérateurs de l'industrie automobile existant en Algérie, de "s'intégrer dans les clauses du nouveau cahier de charges". Le nouveau cahier de charges, poursuit M. Ait Ali Braham, imposera la réalisation initiale de certains équipements, tels que le carrossage afin d'avoir dès le début une coque et un châssis algériens.
Il a tenu à, à cette occasion, "la volonté du gouvernement de lancer une industrie automobile sérieuse en Algérie". Par ailleurs, le ministre a abordé la question de l'importation des véhicules de moins de trois ans, en rappelant la création d'un groupe de travail, regroupant les ministères de l'Industrie du Commerce et des Finances. Il a indiqué que ce groupe poursuivait son travail pour permettre le lancement effectif de ces importations. Mais, pour ce qui est de l'importation de véhicules roulant au diesel, il a relevé une problématique technique, du fait que "le gasoil en Europe n'est pas le même qu'en Algérie". Evoquant la question des prix, il a souligné que "le citoyen doit savoir que la différence entre les prix des véhicules de moins de trois ans et ceux des voitures neuves, n'est pas grande, notamment du fait de la valeur du dinar sur le marché parallèle, sans compter les droits de douane".
Il a par ailleurs évoqué la décision d'intégrer la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), à l'industrie militaire, en précisant que l'objectif de cette démarche était de maintenir en activité cette entreprise publique, tout en offrant à l'industrie militaire des équipements au lieu que l'Etat investisse dans de nouveaux équipements. Concernant le complexe sidérurgique d'El Hadjar, le ministre n'a pas écarté la possibilité de l'intégrer égalemen,t à l'industrie militaire. "Nous avons besoin de discipline. Nous avons créé une industrie de rentiers et je pense que l'industrie militaire est la seule à pouvoir imposer ne discipline de travail", a-t-il estimé.
le ministre de l'Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham. Invité du Forum du quotidien El Moudjahid, le ministre a fait savoir, que le prochain cahier de charges, qui sera établi par son département, posera des exigences aux investisseurs étrangers, telles qu'une implication financière à travers "un investissement majoritaire si nécessaire". "Nous n'obligerons pas l'investisseur à s'associer à un partenaire national, mais on lui imposera d'apporter le financement et le savoir- faire", a-t-il expliqué, ajoutant que les pouvoirs publics travailleront également afin de permettre aux opérateurs de l'industrie automobile existant en Algérie, de "s'intégrer dans les clauses du nouveau cahier de charges". Le nouveau cahier de charges, poursuit M. Ait Ali Braham, imposera la réalisation initiale de certains équipements, tels que le carrossage afin d'avoir dès le début une coque et un châssis algériens.
Il a tenu à, à cette occasion, "la volonté du gouvernement de lancer une industrie automobile sérieuse en Algérie". Par ailleurs, le ministre a abordé la question de l'importation des véhicules de moins de trois ans, en rappelant la création d'un groupe de travail, regroupant les ministères de l'Industrie du Commerce et des Finances. Il a indiqué que ce groupe poursuivait son travail pour permettre le lancement effectif de ces importations. Mais, pour ce qui est de l'importation de véhicules roulant au diesel, il a relevé une problématique technique, du fait que "le gasoil en Europe n'est pas le même qu'en Algérie". Evoquant la question des prix, il a souligné que "le citoyen doit savoir que la différence entre les prix des véhicules de moins de trois ans et ceux des voitures neuves, n'est pas grande, notamment du fait de la valeur du dinar sur le marché parallèle, sans compter les droits de douane".
Il a par ailleurs évoqué la décision d'intégrer la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), à l'industrie militaire, en précisant que l'objectif de cette démarche était de maintenir en activité cette entreprise publique, tout en offrant à l'industrie militaire des équipements au lieu que l'Etat investisse dans de nouveaux équipements. Concernant le complexe sidérurgique d'El Hadjar, le ministre n'a pas écarté la possibilité de l'intégrer égalemen,t à l'industrie militaire. "Nous avons besoin de discipline. Nous avons créé une industrie de rentiers et je pense que l'industrie militaire est la seule à pouvoir imposer ne discipline de travail", a-t-il estimé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.