Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Industrie automobile: les étrangers ne seront pas obligés de s'associer à un partenaire local
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 02 - 2020

Le nouveau cahier des charges régissant l'industrie automobile en Algérie n'obligera pas les investisseurs étrangers de s'associer à un partenaire local mais leur imposera un apport financier et technologique, a indiqué mardi à Alger le ministre de l'Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham.
Invité du Forum du quotidien El Moudjahid, le ministre a fait savoir que le prochain cahier de charges qui sera établi par son département posera des exigences aux investisseurs étrangers telles qu'une implication financière à travers "un investissement majoritaire si nécessaire".
"Nous n'obligerons pas l'investisseur de s'associer à un partenaire national mais on lui imposera d'apporter le financement et le savoir faire", a-t-il expliqué, ajoutant que les pouvoirs publics travailleront également afin de permettre aux opérateurs de l'industrie automobile existant en Algérie de "s'intégrer dans les clauses du nouveau cahier de charges".
Le nouveau cahier de charge, poursuit M. Ait Ali Braham, imposera la réalisation initiale de certains équipements tels que le carrossage afin d'avoir dès le début une coque et un châssis algériens.
Il a tenu à, à cette occasion, "la volonté du gouvernement de lancer une industrie automobile sérieuse en Algérie".
Véhicules de moins de trois ans: les prix seront proches des prix du neuf
Par ailleurs le ministre a abordé la question de l'importation des véhicules de moins de trois ans, en rappelant la création d'un groupe de travail regroupant les ministères de l'Industrie du Commerce et des Finances. Il a indiqué que ce groupe poursuivait son travail pour permettre le lancement effectif de ces importations.
Mais, pour ce qui est de l'importation des véhicules roulant au diesel, il a relevé une problématique technique du fait que "le gasoil en Europe n'est pas le même qu'en Algérie".
Evoquant la question des prix, il a souligné que "le citoyen doit savoir que la différence entre les prix des véhicules de moins de trois ans et ceux des voitures neuves n'est pas grande, notamment du fait de la valeur du dinar sur le marché parallèle sans compter les droits de douane".
Il a par ailleurs évoqué la décision d'intégrer la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) à l'industrie militaire, en précisant que l'objectif de cette démarche était de maintenir en activité cette entreprise publique, tout en offrant à l'industrie militaire des équipements au lieu que l'Etat investisse dans de nouveaux équipements.
Concernant le complexe sidérurgique d'El Hadjar, le ministre n'a pas écarté la possibilité de l'intégrer également à l'industrie militaire.
"Nous avons besoin de discipline. Nous avons créé une industrie de rentiers et je pense que l'industrie militaire est la seule à pouvoir imposer une discipline de travail", a-t-il estimé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.