Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Russie ouvre la porte à un accord avec l'Opep
Cours du pétrole
Publié dans Le Midi Libre le 29 - 03 - 2020

Le cours du pétrole Brent, baril de référence du Sahara Blend algérien, a clôturé la semaine à 25,03 dollars, en baisse de 5,96 % par rapport à son prix d'ouverture ce vendredi et de 8,79 % sur lasemaine.
Le cours du pétrole Brent, baril de référence du Sahara Blend algérien, a clôturé la semaine à 25,03 dollars, en baisse de 5,96 % par rapport à son prix d'ouverture ce vendredi et de 8,79 % sur lasemaine.
En un mois, le Brent aura ainsi perdu 53 % de sa valeur tandis que la baisse s'établit à 62 % depuis le 1er janvier de l'année en cours. La chute vertigineuse des cours du pétrole est principalement due à une baisse drastique de la demande mondiale causée par la pandémie du coronavirus. Covid-19 a contaminé officiellement plus de 602.000 cas dans 177 pays et territoires à travers le monde, causant la mort d'environ 28.000 personnes et poussant les gouvernements de nombre de pays à prendre des mesures inédites pour tenter d'endiguer sa propagation. Une situationayant eu un effet direct et soutenu surl'économie mondiale, sur le point de vivre sa première récession depuis la fin des années 2000 et la crise des subprimes.
Le coronavirus n'est cependant pas l'unique facteur ayant fait effondrer les cours du pétrole. Ces derniers avaient en effet peu avant subi de plein fouet l'échec de l'accord de réduction de la production de l'Opep+, sur fond de rivalités entre l'Arabie saoudite et la Russie ayant mené Riyad à inonder les marchés internationaux de pétrole à bas prix en vue de récupérer ses parts de marché et d'affecter au passage les producteurs de schiste américains. Mais les choses pourraient changer. Les Etats-Unis par le biais du chef de la diplomatie Mike Pompeo a appelé l'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole, à "rassurer les marchésénergétiques et financiers" face à la crise économique mondiale qui se profile, rapporte Libération. Le secrétaire d'Etat américain a notamment estimé que l'Arabie saoudite "en tant que président du G20 cette année et important leader énergétique, avait une vraie opportunité de se montrer à la hauteur des enjeux". "L'épidémie de Covid-19 en cours présente suffisamment de défis aux Etats-Unis sans les effets supplémentaires des prix du pétrole et de l'offre excédentaire", a estimé quant à lui le député républicain Mike McCaul, de l'Etat du Texas, cité par Al-Monitor. Manière de faire pression sur Riyad afinque cesse cette guerre des prix ouverte. En parallèle, la Russie a tendu, hier vendredi, la main à l'Arabie saoudite en estimant possible un nouvel accord de réduction de la production de pétrole dans le cadre l'Opep+.
Le gouvernement russe avait pour rappel était le principal responsable de l'échec de l'accord antérieur, refusant de concéder une réduction à la hauteur de la demande mondiale et estimant que les prixde l'époque étaient suffisants pour équilibrer son budget. "Des actions conjointes entre pays sont nécessaires pour rétablir l'économie mondiale.Ces actions conjointes sont aussi possibles dans le cadre de l'accord Opep+", a déclaré dans ce cadre Kirill Dmitriev, directeur du fonds souverain de la Russie, cité par Reuters ce vendredi. "Nous sommes en contact avec l'Arabie saoudite et un certain nombre de pays tiers. Sur la base de ces contacts, nous observons que si le nombre de pays membres de l'Opep+augmente et que d'autres pays s'y joignent, il y aura la possibilité d'un accord commun pour équilibrer les marchés pétroliers", a indiqué M. Dmitriev
En un mois, le Brent aura ainsi perdu 53 % de sa valeur tandis que la baisse s'établit à 62 % depuis le 1er janvier de l'année en cours. La chute vertigineuse des cours du pétrole est principalement due à une baisse drastique de la demande mondiale causée par la pandémie du coronavirus. Covid-19 a contaminé officiellement plus de 602.000 cas dans 177 pays et territoires à travers le monde, causant la mort d'environ 28.000 personnes et poussant les gouvernements de nombre de pays à prendre des mesures inédites pour tenter d'endiguer sa propagation. Une situationayant eu un effet direct et soutenu surl'économie mondiale, sur le point de vivre sa première récession depuis la fin des années 2000 et la crise des subprimes.
Le coronavirus n'est cependant pas l'unique facteur ayant fait effondrer les cours du pétrole. Ces derniers avaient en effet peu avant subi de plein fouet l'échec de l'accord de réduction de la production de l'Opep+, sur fond de rivalités entre l'Arabie saoudite et la Russie ayant mené Riyad à inonder les marchés internationaux de pétrole à bas prix en vue de récupérer ses parts de marché et d'affecter au passage les producteurs de schiste américains. Mais les choses pourraient changer. Les Etats-Unis par le biais du chef de la diplomatie Mike Pompeo a appelé l'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole, à "rassurer les marchésénergétiques et financiers" face à la crise économique mondiale qui se profile, rapporte Libération. Le secrétaire d'Etat américain a notamment estimé que l'Arabie saoudite "en tant que président du G20 cette année et important leader énergétique, avait une vraie opportunité de se montrer à la hauteur des enjeux". "L'épidémie de Covid-19 en cours présente suffisamment de défis aux Etats-Unis sans les effets supplémentaires des prix du pétrole et de l'offre excédentaire", a estimé quant à lui le député républicain Mike McCaul, de l'Etat du Texas, cité par Al-Monitor. Manière de faire pression sur Riyad afinque cesse cette guerre des prix ouverte. En parallèle, la Russie a tendu, hier vendredi, la main à l'Arabie saoudite en estimant possible un nouvel accord de réduction de la production de pétrole dans le cadre l'Opep+.
Le gouvernement russe avait pour rappel était le principal responsable de l'échec de l'accord antérieur, refusant de concéder une réduction à la hauteur de la demande mondiale et estimant que les prixde l'époque étaient suffisants pour équilibrer son budget. "Des actions conjointes entre pays sont nécessaires pour rétablir l'économie mondiale.Ces actions conjointes sont aussi possibles dans le cadre de l'accord Opep+", a déclaré dans ce cadre Kirill Dmitriev, directeur du fonds souverain de la Russie, cité par Reuters ce vendredi. "Nous sommes en contact avec l'Arabie saoudite et un certain nombre de pays tiers. Sur la base de ces contacts, nous observons que si le nombre de pays membres de l'Opep+augmente et que d'autres pays s'y joignent, il y aura la possibilité d'un accord commun pour équilibrer les marchés pétroliers", a indiqué M. Dmitriev


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.