Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Quatre personnes interpellées à Laghouat et Tiaret pour trafic de drogue et contrebande    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Trafic de drogue, 2 arrestations    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus
Une compètence mondialement reconnue
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 04 - 2020

Tout a commencé par une première mission envoyée soigner les malades de l'Algérie fraîchement indépendante, en 1963. Depuis, les médecins cubains sillonnent la planète, notamment les pays du Tiers-monde, apportant leur aide aux Etats nouvellement indépendants, sortant d'un conflit ou subissant une épidémie ou une catastrophe naturelle.
Tout a commencé par une première mission envoyée soigner les malades de l'Algérie fraîchement indépendante, en 1963. Depuis, les médecins cubains sillonnent la planète, notamment les pays du Tiers-monde, apportant leur aide aux Etats nouvellement indépendants, sortant d'un conflit ou subissant une épidémie ou une catastrophe naturelle.
Ils étaient par exemple sur le terrain en Afrique lors de l'épidémie d'Ebola en 2014, ou lors du séisme en Haïti en 2010. La tradition s'est ancrée jusqu'à ce que l'île compte, en 2019, 50.000 médecins exerçant à l'étranger. Jusque-là, le champ d'action des blouses blanches cubaines se limitait aux pays du Tiers-monde, et ceux considérés politiquement proches du régime castriste. Mais depuis le début de la crise du Covid-19, chose inimaginable il y a quelques années, ils sont sollicités par de grands pays occidentaux, dont l'Italie, pays le plus touché en Europe, et même la France. L'île envoie actuellement ses brigades de blouses blanches dans 38 pays, pour lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus.
L'Europe, l'Italie et Andorre ont déjà accepté cette aide cubaine. La France aussi, mais pour le moment uniquement, pour ses départements d'outre-mer. La Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon, sont concernés. L'origine du développement de la médecine cubaine remonte aux premières années de la révolution de 1959, lorsque les 6.000 médecins de l'île s'étaient volontairement exilés, fuyant le castrisme. Pour les remplacer, le nouveau régime avait alors lancé un vaste programme de formation. Des milliers de praticiens seront formés, prenant en charge les besoins du pays et ceux de ses alliés et amis. L'internationalisation a commencé en 1963, avec la première "brigade médicale cubaine en mission internationale" envoyée en Algérie, alors fraichement indépendante. Au fil des années, Cuba a fait de ses médecins une arme diplomatique et, surtout, une source de revenus pour le pays qui souffre du plus long embargo de l'histoire."Notre pays ne largue pas des bombes sur d'autres peuples. […]
Notre pays ne possède pas d'arme nucléaire ni d'arme chimique, ni d'armes biologiques. […] Les dizaines de milliers de scientifiques que compte notre pays, ses médecins, ont été sensibilisés à l'idée de sauver des vies. Des dizaines de milliers de médecins cubains ont prêté leurs services internationalistes dans les endroits les plus reculés et lesplus inhospitaliers", déclarait Fidel Castro, dans un discours à Buenos Aires en 2003. Selon les statistiques du ministère cubain de la Santé, le pays compte 76. 000 médecins (pour 11 millions d'habitants), 15.000 chirurgiens-dentistes, 89.000 infirmières et une faculté de médecine ouverte aux pays du Sud. Selon les données de la Banque mondiale, Cuba est le pays du monde qui compte le meilleur taux mondial de médecins, par rapport à la taille de la population : 8,2 médecins pour 1.000 habitants, soit loin devant des pays comme la Suède (5,4) la Suisse (4,2), la France (3,2) et les Etats-Unis (2,6). 50.000 médecins cubains exercent en outre à l'étranger, et rapportent à l'économie de l'île, plus que le tourisme et les transfertsdes expatriés.
Entre 8 et 10 milliards de dollars chaque année. Les praticiens exercent dans le cadre de conventions, entre leur gouvernement et ceux des pays où ils sont affectés et une partie de leur salaire va renflouer les caisses de l'Etat. Il arrive certes, que ces missions soient renvoyées, au gré des changements politiques, comme cela s'est passé ces dernières années en Bolivie, en Equateur, auSalvador et au Brésil avec l'arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir, mais les médecins cubains demeurent fortement présents aux quatre coins du globe. Depuis le début de la pandémie du coronavirus, 508 praticiens ont été envoyés à l'étranger. Au fil des années, la médecine cubaine a acquis une réputation qui transcende la politique et la géostratégie, et l'expérience de ses médecins et soignants dans la gestion des crises ne pouvait être ignorée, au moment les systèmes sanitaires de beaucoup de pays sont débordés
Ils étaient par exemple sur le terrain en Afrique lors de l'épidémie d'Ebola en 2014, ou lors du séisme en Haïti en 2010. La tradition s'est ancrée jusqu'à ce que l'île compte, en 2019, 50.000 médecins exerçant à l'étranger. Jusque-là, le champ d'action des blouses blanches cubaines se limitait aux pays du Tiers-monde, et ceux considérés politiquement proches du régime castriste. Mais depuis le début de la crise du Covid-19, chose inimaginable il y a quelques années, ils sont sollicités par de grands pays occidentaux, dont l'Italie, pays le plus touché en Europe, et même la France. L'île envoie actuellement ses brigades de blouses blanches dans 38 pays, pour lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus.
L'Europe, l'Italie et Andorre ont déjà accepté cette aide cubaine. La France aussi, mais pour le moment uniquement, pour ses départements d'outre-mer. La Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon, sont concernés. L'origine du développement de la médecine cubaine remonte aux premières années de la révolution de 1959, lorsque les 6.000 médecins de l'île s'étaient volontairement exilés, fuyant le castrisme. Pour les remplacer, le nouveau régime avait alors lancé un vaste programme de formation. Des milliers de praticiens seront formés, prenant en charge les besoins du pays et ceux de ses alliés et amis. L'internationalisation a commencé en 1963, avec la première "brigade médicale cubaine en mission internationale" envoyée en Algérie, alors fraichement indépendante. Au fil des années, Cuba a fait de ses médecins une arme diplomatique et, surtout, une source de revenus pour le pays qui souffre du plus long embargo de l'histoire."Notre pays ne largue pas des bombes sur d'autres peuples. […]
Notre pays ne possède pas d'arme nucléaire ni d'arme chimique, ni d'armes biologiques. […] Les dizaines de milliers de scientifiques que compte notre pays, ses médecins, ont été sensibilisés à l'idée de sauver des vies. Des dizaines de milliers de médecins cubains ont prêté leurs services internationalistes dans les endroits les plus reculés et lesplus inhospitaliers", déclarait Fidel Castro, dans un discours à Buenos Aires en 2003. Selon les statistiques du ministère cubain de la Santé, le pays compte 76. 000 médecins (pour 11 millions d'habitants), 15.000 chirurgiens-dentistes, 89.000 infirmières et une faculté de médecine ouverte aux pays du Sud. Selon les données de la Banque mondiale, Cuba est le pays du monde qui compte le meilleur taux mondial de médecins, par rapport à la taille de la population : 8,2 médecins pour 1.000 habitants, soit loin devant des pays comme la Suède (5,4) la Suisse (4,2), la France (3,2) et les Etats-Unis (2,6). 50.000 médecins cubains exercent en outre à l'étranger, et rapportent à l'économie de l'île, plus que le tourisme et les transfertsdes expatriés.
Entre 8 et 10 milliards de dollars chaque année. Les praticiens exercent dans le cadre de conventions, entre leur gouvernement et ceux des pays où ils sont affectés et une partie de leur salaire va renflouer les caisses de l'Etat. Il arrive certes, que ces missions soient renvoyées, au gré des changements politiques, comme cela s'est passé ces dernières années en Bolivie, en Equateur, auSalvador et au Brésil avec l'arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir, mais les médecins cubains demeurent fortement présents aux quatre coins du globe. Depuis le début de la pandémie du coronavirus, 508 praticiens ont été envoyés à l'étranger. Au fil des années, la médecine cubaine a acquis une réputation qui transcende la politique et la géostratégie, et l'expérience de ses médecins et soignants dans la gestion des crises ne pouvait être ignorée, au moment les systèmes sanitaires de beaucoup de pays sont débordés


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.