Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouveua recensement des bâtisses menaçant ruine se poursuit
La casbah d'Alger
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 06 - 2020

Le président de l'Assemblée populaire communale (P/APC) de La Casbah, Amar Zetili, a indiqué jeudi à Alger que le nouveau recensement des anciennes bâtisses menaçant ruine se poursuivait pour le dixième jour consécutif, en vue de dresser un état des lieux du secteur sauvegardé et de déterminer les priorités.
Le président de l'Assemblée populaire communale (P/APC) de La Casbah, Amar Zetili, a indiqué jeudi à Alger que le nouveau recensement des anciennes bâtisses menaçant ruine se poursuivait pour le dixième jour consécutif, en vue de dresser un état des lieux du secteur sauvegardé et de déterminer les priorités.
Quinze (15) équipes techniques, composées de spécialistes de l'Organisme national de contrôle technique de la construction (CTC) et de représentants de la circonscription administrative de Bab El- Oued et du service de l'urbanisme de la commune, ainsi que des services de la Sûreté et de la Protection civile, poursuivent leur travail sur le terrain pour le dixième jour consécutif dans le cadre du nouveau recensement des bâtisses menaçantruine à La Casbah, demandé récemment par les services de la wilaya d'Alger, en vue de dresser un état des lieux du secteur sauvegardé et de déterminer les priorités, a précisé M. Zetili. Le P/APC de La Casbah a fait savoir que le contrôle technique effectué à ce jour avait révélé que "plus de 100 maisons (douerates) menacent ruine et sont classées +rouge+".
C'est dire, a-t-il dit, l'état déplorable dans lequel se trouvent les bâtisses de la Cité antique, appelant à l'impératif de sauver sans tarder ce qui reste de ce patrimoine urbanistique et social de la Capitale. L'effondrement de l'immeuble situé à la rue de Tombouctou, survenu mercredi, "n'a fait aucune victime grâce à l'intelligence des résidents qui ont quitté la bâtisse au moment opportun", pourtantla façade s'est complètement effondrée, at- il déploré. Il existe un autre danger qui menace les passants, à savoir le risque d'effondrement du mur qui donne sur 6 rue Abdelhamiz Mahiouz, a-t-il informé. De surcroît, les services de la Commune ont établi "un constat technique, à l'origine d'un rapport adressé au wali, en vue de désigner un entrepreneur pour la restauration du mur dans les meilleurs délais". Les résidents de l'immeuble avaient bénéficié d'un relogement en 1985, or les héritiers, n'ayant pas quitté les lieux, ont continué à l'exploiter durant de longues années jusqu'à effondrement quasi-total de la bâtisse, a-t-il expliqué.
Quant au sort des cinq (5) familles, le responsable a indiqué que "leurs dossiers sera soumis à la commission ad-hoc de wilaya, au vu des dégâts occasionnés". Au sujet de la précarité des anciennes bâtisses de La Casbah, le P/APC a soutenu que le secteur sauvegardé "nécessite une véritable étude, une révision des lois sur la propriété et la mise en place d'un cahier des charges pour l'exploitation des immeubles". "Quelque 1.030 familles ont été jusque-là relogées, et plus de 300 autres sont dans l'attente d'un éventuel déménagement ou d'une décision concernant leur dossier", un chiffre "appelé à augmenter, à l'issue des résultats du recensement en cours", at- il conclu.
Quinze (15) équipes techniques, composées de spécialistes de l'Organisme national de contrôle technique de la construction (CTC) et de représentants de la circonscription administrative de Bab El- Oued et du service de l'urbanisme de la commune, ainsi que des services de la Sûreté et de la Protection civile, poursuivent leur travail sur le terrain pour le dixième jour consécutif dans le cadre du nouveau recensement des bâtisses menaçantruine à La Casbah, demandé récemment par les services de la wilaya d'Alger, en vue de dresser un état des lieux du secteur sauvegardé et de déterminer les priorités, a précisé M. Zetili. Le P/APC de La Casbah a fait savoir que le contrôle technique effectué à ce jour avait révélé que "plus de 100 maisons (douerates) menacent ruine et sont classées +rouge+".
C'est dire, a-t-il dit, l'état déplorable dans lequel se trouvent les bâtisses de la Cité antique, appelant à l'impératif de sauver sans tarder ce qui reste de ce patrimoine urbanistique et social de la Capitale. L'effondrement de l'immeuble situé à la rue de Tombouctou, survenu mercredi, "n'a fait aucune victime grâce à l'intelligence des résidents qui ont quitté la bâtisse au moment opportun", pourtantla façade s'est complètement effondrée, at- il déploré. Il existe un autre danger qui menace les passants, à savoir le risque d'effondrement du mur qui donne sur 6 rue Abdelhamiz Mahiouz, a-t-il informé. De surcroît, les services de la Commune ont établi "un constat technique, à l'origine d'un rapport adressé au wali, en vue de désigner un entrepreneur pour la restauration du mur dans les meilleurs délais". Les résidents de l'immeuble avaient bénéficié d'un relogement en 1985, or les héritiers, n'ayant pas quitté les lieux, ont continué à l'exploiter durant de longues années jusqu'à effondrement quasi-total de la bâtisse, a-t-il expliqué.
Quant au sort des cinq (5) familles, le responsable a indiqué que "leurs dossiers sera soumis à la commission ad-hoc de wilaya, au vu des dégâts occasionnés". Au sujet de la précarité des anciennes bâtisses de La Casbah, le P/APC a soutenu que le secteur sauvegardé "nécessite une véritable étude, une révision des lois sur la propriété et la mise en place d'un cahier des charges pour l'exploitation des immeubles". "Quelque 1.030 familles ont été jusque-là relogées, et plus de 300 autres sont dans l'attente d'un éventuel déménagement ou d'une décision concernant leur dossier", un chiffre "appelé à augmenter, à l'issue des résultats du recensement en cours", at- il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.