Explosion de Beyrouth: le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    Ouverture progressive des mosquées: appel au respect des protocoles sanitaires    Le Président Tebboune préside la réunion périodique du Conseil des ministres    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    2 morts et 4 blessés dans une collision    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?
Rebond du coronavirus
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 07 - 2020

L'Algérie a durci les mesures de confinement pour faire face à la flambée des nouveaux cas de coronavirus. Les autorités et les personnels soignants poignent la responsabilité d'une partie des citoyens qui ne respectent pas les consignes sanitaires. Le Professeur Mustapha Khiati, évoque deux aspects pour expliquer le refus d'une partie de la population de respecter les mesures anti-Covid
L'Algérie a durci les mesures de confinement pour faire face à la flambée des nouveaux cas de coronavirus. Les autorités et les personnels soignants poignent la responsabilité d'une partie des citoyens qui ne respectent pas les consignes sanitaires. Le Professeur Mustapha Khiati, évoque deux aspects pour expliquer le refus d'une partie de la population de respecter les mesures anti-Covid
"Peut-être que le message ne la convainc pas. Sans doute fautil utiliser d'autres formulations. L'essentiel de la communication, aujourd'hui, se fait à travers les réseaux sociaux. Est-ce que nous en faisons suffisamment sur ce plan-là ?" », s'interroge le Pr Khiati. Avant de répondre : «Très peu. Les gens ne regardent plus les télévisions comme avant, ne lisent plus les journaux. Et lorsqu'on voit le Pr Didier Raoult qui rétorque au journal Le Monde en lui disant qu'avec un enregistrement sur Youtube je touche 3 fois plus de lecteurs que vous, cela veut tout dire».
Le second aspect, selon Pr Khiati, a trait à la perception qu'ont les citoyens de celui qui leur donne la recommandation. «C'est une problématique qui peut être traitée par les sociologues », suggère-t-il. Le président de la Forem évoque même une «crise de confiance» entre le peuple et les gouvernantsen estimant que la pandémie a dévoilé beaucoup d'aspects qui méritent d'être étudiés par les universitaires. Le Pr Khiati insiste sur le rôle des médias pour contrecarrer les théories du complot et faire en sorte que le «charlatanisme» n'ait pas droit de cité «dans un pays où des cas sont enregistrés quotidiennement et où on a dépassé la barre des 300 cas en une journée ».
"Je ne comprends pas qu'on ne puisse pas prendre des mesures rapides"
Parmi les mesures annoncées par le gouvernement lundi pour contrecarrer la hausse des cas de Covid-19, le Pr Khiati distingue celle offrant des prérogatives aux walis pour décider de confiner un quartier ou un village. «Cette mesure existe dans les prérogatives duwali, fait cependant remarquerPrKhiati. Il a fallu que le pouvoir central la rappelle. Si on avait procédé plus tôt, on aurait évité beaucoup de problèmes". Interrogé sur ce qui n'a pas marchés'agissant de la gestion de la pandémie, Pr Mustapha Khiati juge que la commission médicale n'a pas été efficace au moins sur un point, celui des tests PCR qui ne sont pas disponibles partout à travers le territoire national.
«La plupart des universités pour ne pas dire toutes disposent dans leurs laboratoires d'équipements PCR. Néanmoins, pour bénéficier des réactifs de l'Institut Pasteur qui est un EPIC, il faut payer», relève-t-il. Le Pr Khiati suggère que les kits PCR soient pris en charge par le budget du ministère de la Santé, ou permettre à la Direction générale de la recherche au ministère de l'Enseignement supérieur d'importer directement des kits. «Je ne comprends pas qu'on ne puisse pas prendre des mesures rapides. Nous sommes en pleine pandémie», s'étonne Pr Khiati.
Le déni de la maladie n'est pas spécifique à la Covid-19
Pour l'épidémiologiste à l'Institut nationalde santé publique (INSP), le Dr Kamel Ait Oubelli, cette forme de déni que manifeste une partie de la population à cette maladie n'est pas spécifique à la Covid-19. «Je pense qu'il y a un problème de communication. Ceux qui sont en charge de la communication sur cette épidémie ont-ils utilisé les bonnes méthodes de communication de masse ?», s'interroge-t-il. «On ne communique pas de la même façon visà- vis des enfants, des adultes et des malades. Il y a des communications spécifiques », remarque-t-il.
«Pourquoi ne pas par exemple faire des émissions à la radio ou à la télévision spéciale jeunes ou enfants ou les sujets âgés. On ne parle pas de la même de la Covid-19 aux enfants comme aux adultes, etc.». En ce qui concerne l'aspect lié au confinement/ déconfinement, le Dr Ait Oubelli juge important de durcir les mesures dans les régions qui connaissent des flambées. Pour lui, le tournant de l'épidémie en Algérie a été à la fin dumois de Ramadan et le début de l'Aïd, période durant laquelle un grand relâchement a été observé vis-à-vis des mesures barrières élémentaires.
"Peut-être que le message ne la convainc pas. Sans doute fautil utiliser d'autres formulations. L'essentiel de la communication, aujourd'hui, se fait à travers les réseaux sociaux. Est-ce que nous en faisons suffisamment sur ce plan-là ?" », s'interroge le Pr Khiati. Avant de répondre : «Très peu. Les gens ne regardent plus les télévisions comme avant, ne lisent plus les journaux. Et lorsqu'on voit le Pr Didier Raoult qui rétorque au journal Le Monde en lui disant qu'avec un enregistrement sur Youtube je touche 3 fois plus de lecteurs que vous, cela veut tout dire».
Le second aspect, selon Pr Khiati, a trait à la perception qu'ont les citoyens de celui qui leur donne la recommandation. «C'est une problématique qui peut être traitée par les sociologues », suggère-t-il. Le président de la Forem évoque même une «crise de confiance» entre le peuple et les gouvernantsen estimant que la pandémie a dévoilé beaucoup d'aspects qui méritent d'être étudiés par les universitaires. Le Pr Khiati insiste sur le rôle des médias pour contrecarrer les théories du complot et faire en sorte que le «charlatanisme» n'ait pas droit de cité «dans un pays où des cas sont enregistrés quotidiennement et où on a dépassé la barre des 300 cas en une journée ».
"Je ne comprends pas qu'on ne puisse pas prendre des mesures rapides"
Parmi les mesures annoncées par le gouvernement lundi pour contrecarrer la hausse des cas de Covid-19, le Pr Khiati distingue celle offrant des prérogatives aux walis pour décider de confiner un quartier ou un village. «Cette mesure existe dans les prérogatives duwali, fait cependant remarquerPrKhiati. Il a fallu que le pouvoir central la rappelle. Si on avait procédé plus tôt, on aurait évité beaucoup de problèmes". Interrogé sur ce qui n'a pas marchés'agissant de la gestion de la pandémie, Pr Mustapha Khiati juge que la commission médicale n'a pas été efficace au moins sur un point, celui des tests PCR qui ne sont pas disponibles partout à travers le territoire national.
«La plupart des universités pour ne pas dire toutes disposent dans leurs laboratoires d'équipements PCR. Néanmoins, pour bénéficier des réactifs de l'Institut Pasteur qui est un EPIC, il faut payer», relève-t-il. Le Pr Khiati suggère que les kits PCR soient pris en charge par le budget du ministère de la Santé, ou permettre à la Direction générale de la recherche au ministère de l'Enseignement supérieur d'importer directement des kits. «Je ne comprends pas qu'on ne puisse pas prendre des mesures rapides. Nous sommes en pleine pandémie», s'étonne Pr Khiati.
Le déni de la maladie n'est pas spécifique à la Covid-19
Pour l'épidémiologiste à l'Institut nationalde santé publique (INSP), le Dr Kamel Ait Oubelli, cette forme de déni que manifeste une partie de la population à cette maladie n'est pas spécifique à la Covid-19. «Je pense qu'il y a un problème de communication. Ceux qui sont en charge de la communication sur cette épidémie ont-ils utilisé les bonnes méthodes de communication de masse ?», s'interroge-t-il. «On ne communique pas de la même façon visà- vis des enfants, des adultes et des malades. Il y a des communications spécifiques », remarque-t-il.
«Pourquoi ne pas par exemple faire des émissions à la radio ou à la télévision spéciale jeunes ou enfants ou les sujets âgés. On ne parle pas de la même de la Covid-19 aux enfants comme aux adultes, etc.». En ce qui concerne l'aspect lié au confinement/ déconfinement, le Dr Ait Oubelli juge important de durcir les mesures dans les régions qui connaissent des flambées. Pour lui, le tournant de l'épidémie en Algérie a été à la fin dumois de Ramadan et le début de l'Aïd, période durant laquelle un grand relâchement a été observé vis-à-vis des mesures barrières élémentaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.