EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    CONGRES DU RND : Une "étape décisive" dans le parcours du parti    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    ALGER : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    MILA : Relogement bientôt de 184 familles sinistrées    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    2 morts et 4 blessés dans une collision    Plusieurs hectares détruits à Tibhirine et Zendaye    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers la paralysie de l'économie algérienne ?
Crise de liquidité
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 07 - 2020

Dû à la conjoncture actuelle, marquée par une crise économique ainsi qu'une crise sanitaire sans précédent, les banques algériennes sont poussées à geler certains crédits aux entreprises, en raison du manque de liquidité qui touche l'Algérie en ce moment. Les conséquences pourraient être terribles, surtout pour un secteur qui est appelé à soutenir la reprise post-Covid-19
Dû à la conjoncture actuelle, marquée par une crise économique ainsi qu'une crise sanitaire sans précédent, les banques algériennes sont poussées à geler certains crédits aux entreprises, en raison du manque de liquidité qui touche l'Algérie en ce moment. Les conséquences pourraient être terribles, surtout pour un secteur qui est appelé à soutenir la reprise post-Covid-19
La crise de liquidité en Algérie commence à avoir des répercussions sur les Algériens, notamment les entreprises. Dans un communiqué rendu public ce lundi 29 juin, Algérie Poste a indiqué que les retraits en espèces auprès des bureaux de poste sont exceptionnellement suspendus pour les personnes morales, titulaires de comptes courants postaux (CCP). Algérie Poste explique cette démarche par la volonté de faciliter aux citoyens les retraits en espèces de leurs salaires, allocations et pensions de retraite, et indique que cette décision a été prise suite aux instructions de président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Par conséquent, les entreprises ne peuvent retirer d'argent liquide de la poste. Cette dernière informe cependant que "ces personnes morales peuvent bénéficier des moyens de paiement scripturaux disponibles, moyennant l'utilisation de chèques certifiés, de virements de compte à compte ou de la présentation d'un chèque postal à l'encaissement via le système de télé compensation avec la place bancaire". En plus de la chute continue du cours du baril de pétrole depuis 2014, la situation s'est surtout aggravée avec la pandémie du coronavirus qui, en faisant chuter la demande mondiale des hydrocarbures à un niveau très bas, a amplifié la chute du cours du baril à un niveau inquiétant pour les pays dont les économies reposent sur la rente pétrolière, comme l'Algérie. Ceci aggrave le déficit de la balance des paiements et se traduit par un recul de la masse monétaire et donc des liquidités en circulation.
On peut aussi parler de l'arrêt du financement non conventionnel pratiqué par l'ancien régime qui, entre novembre 2017 et décembre 2019, a imprimé près de 6.500 milliards de dinars. Une pratique qui a été suspendue en début d'année par le nouveau gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune, alors que le déficit budgétaire est de plus en plus important et que les autorités algériennes refusent l'alternative de la dette extérieure. Enfin, il y a bien évidemment l'importance du marché informel que la conjoncture politique et économique favorise. Sami Agli, président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), soulignait en mars dernier que 80 milliards de dollars circulaient sur le marché informel en Algérie. Plus récemment, c'est le président de la République qui révélait que les liquidités en circulation dans le circuit informel représentent entre 6.000 et 10.000 milliards de dinars. En clair, une grosse partie de l'épargne qui devrait se retrouver dans le circuit bancaire demeure dans le marché parallèle. L'institution postale a tenu à rassurer sa clientèle en affirmant que "la disponibilité des liquidités dans tous les bureaux de poste est garantie par notamment l'installation d'une cellule chargée du suivi quotidien de la disponibilité des fonds au niveau des bureaux de poste, composée des représentants du secteur de la poste et des télécommunications et de la Banque d'Algérie".
Le communiqué de la poste conclut que "cette période exceptionnelle constitue une réelle opportunité pour promouvoir davantage l'utilisation de la monnaie scripturale et des moyens de paiement électroniques par l'ensemble des citoyens, afin de rationaliser les retraits en espèces". Cette décision parvient au moment ou le ministre des finances a affirmé que le niveau de liquidités au sein des banques est acceptable.
La crise de liquidité en Algérie commence à avoir des répercussions sur les Algériens, notamment les entreprises. Dans un communiqué rendu public ce lundi 29 juin, Algérie Poste a indiqué que les retraits en espèces auprès des bureaux de poste sont exceptionnellement suspendus pour les personnes morales, titulaires de comptes courants postaux (CCP). Algérie Poste explique cette démarche par la volonté de faciliter aux citoyens les retraits en espèces de leurs salaires, allocations et pensions de retraite, et indique que cette décision a été prise suite aux instructions de président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Par conséquent, les entreprises ne peuvent retirer d'argent liquide de la poste. Cette dernière informe cependant que "ces personnes morales peuvent bénéficier des moyens de paiement scripturaux disponibles, moyennant l'utilisation de chèques certifiés, de virements de compte à compte ou de la présentation d'un chèque postal à l'encaissement via le système de télé compensation avec la place bancaire". En plus de la chute continue du cours du baril de pétrole depuis 2014, la situation s'est surtout aggravée avec la pandémie du coronavirus qui, en faisant chuter la demande mondiale des hydrocarbures à un niveau très bas, a amplifié la chute du cours du baril à un niveau inquiétant pour les pays dont les économies reposent sur la rente pétrolière, comme l'Algérie. Ceci aggrave le déficit de la balance des paiements et se traduit par un recul de la masse monétaire et donc des liquidités en circulation.
On peut aussi parler de l'arrêt du financement non conventionnel pratiqué par l'ancien régime qui, entre novembre 2017 et décembre 2019, a imprimé près de 6.500 milliards de dinars. Une pratique qui a été suspendue en début d'année par le nouveau gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune, alors que le déficit budgétaire est de plus en plus important et que les autorités algériennes refusent l'alternative de la dette extérieure. Enfin, il y a bien évidemment l'importance du marché informel que la conjoncture politique et économique favorise. Sami Agli, président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), soulignait en mars dernier que 80 milliards de dollars circulaient sur le marché informel en Algérie. Plus récemment, c'est le président de la République qui révélait que les liquidités en circulation dans le circuit informel représentent entre 6.000 et 10.000 milliards de dinars. En clair, une grosse partie de l'épargne qui devrait se retrouver dans le circuit bancaire demeure dans le marché parallèle. L'institution postale a tenu à rassurer sa clientèle en affirmant que "la disponibilité des liquidités dans tous les bureaux de poste est garantie par notamment l'installation d'une cellule chargée du suivi quotidien de la disponibilité des fonds au niveau des bureaux de poste, composée des représentants du secteur de la poste et des télécommunications et de la Banque d'Algérie".
Le communiqué de la poste conclut que "cette période exceptionnelle constitue une réelle opportunité pour promouvoir davantage l'utilisation de la monnaie scripturale et des moyens de paiement électroniques par l'ensemble des citoyens, afin de rationaliser les retraits en espèces". Cette décision parvient au moment ou le ministre des finances a affirmé que le niveau de liquidités au sein des banques est acceptable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.