Gestion des marchandises en souffrance au niveau des ports : La commission d'inspection chargée de renforcer le contrôle    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Près de 100 policiers mobilisés à travers les plages autorisées à la baignade    Tissemsilt: inhumation de la moudjahida Guerdane Zohra au cimetière "Si Tahar El Othbi" de Lardjem    Cyclisme-stage de l'UAC pour les entraîneurs: Allab et Alloui admis avec mention    Ligue 1-USMA: le recrutement de Guendouz "en bonne voie", assure Anthar Yahia    Oran: 255 citoyens rapatriés des Etats Unis d'Amérique    JO 2021-Covid19: six mois aux nageurs pour retrouver leur forme    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    L'animation culturelle sur la toile, un acquis pour les artistes    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    La traque d'un "sulfureux" général    "Retour au confinement si besoin"    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité
Rèvision constitutionnelle
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 07 - 2020

Abderazak Makri a animé hier, un point de presse lors duquel il a porté à la connaissance de l'opinion publique, les propositions de son parti concernant le projet de révision constitutionnelle, réduisant ses critiques à la question identitaire, qui reste le point focal du MSP
Abderazak Makri a animé hier, un point de presse lors duquel il a porté à la connaissance de l'opinion publique, les propositions de son parti concernant le projet de révision constitutionnelle, réduisant ses critiques à la question identitaire, qui reste le point focal du MSP
"Nous n'avons aucun problème avec le pluralisme linguistique, notamment avec l'Amazighité qui est une composante de l'identité nationale » fait valoir Abderazak Makri, avant de préciser que "dans nos discours nous insistons sur le programme politique et économique, la question de l'identité s'inscrit dans le débat global , surtout s'il y a volonté politique quelque part de l'occulter".
S'adressant au comité du Pr Laraba, que Makri n'a pas épargné de ces critiques, ce dernier indique que "Nous avons pris connaissance de la plupart des propositions faites par les partis politiques et les associations, toutes convergent sur la question de l'identité, j'espère que le point de vue de la majorité transparaîtra dans la copie finale du projet. Ne prenez pas partie pour la minorité, qui a d'ailleurs refusé de participer au débat", exhorte t-il Le chef du MSP, c'est un classique dans ses sorties médiatiques, s'en est encore pris à la France, expliquant qu'il n'a pas de problème avec ce pays, mais "notre problème, c'est avec les valets qu'elle a laissé après son départ, ils occupent despositions stratégiques dans les appareils de l'Etat. Actuellement, ils cherchent à se repositionner.
Après l'élection du 12 décembre, les lobbies français sont contre une économie forte et souveraine de l'Algérie pour la garder sous sa dépendance". En parlant de système politique, Makri a réitéré sa préférence pour le mode parlementaire,estimant que "c'est le plus démocratique" et promet que sa formation politique continuera à porter cette exigence jusqu'à son aboutissement. "Nous n'avons pas de problème avec le système semi- présidentiel, mais à condition que fondements soient respectés" , clarifie le chef du MSP, qui adhère par ailleurs à l'amendement relatif à l'envoi des troupes de l'ANP, en dehors des frontières. Abderazk Makri a entamé son intervention sur la rapatriement des crânes des résistants, se félicitant de l'initiative du président Tebboune, rappelant que les différentes résistances constituent "un refus de la colonisation de l'Algérie par la France coloniale".
"Nous n'avons aucun problème avec le pluralisme linguistique, notamment avec l'Amazighité qui est une composante de l'identité nationale » fait valoir Abderazak Makri, avant de préciser que "dans nos discours nous insistons sur le programme politique et économique, la question de l'identité s'inscrit dans le débat global , surtout s'il y a volonté politique quelque part de l'occulter".
S'adressant au comité du Pr Laraba, que Makri n'a pas épargné de ces critiques, ce dernier indique que "Nous avons pris connaissance de la plupart des propositions faites par les partis politiques et les associations, toutes convergent sur la question de l'identité, j'espère que le point de vue de la majorité transparaîtra dans la copie finale du projet. Ne prenez pas partie pour la minorité, qui a d'ailleurs refusé de participer au débat", exhorte t-il Le chef du MSP, c'est un classique dans ses sorties médiatiques, s'en est encore pris à la France, expliquant qu'il n'a pas de problème avec ce pays, mais "notre problème, c'est avec les valets qu'elle a laissé après son départ, ils occupent despositions stratégiques dans les appareils de l'Etat. Actuellement, ils cherchent à se repositionner.
Après l'élection du 12 décembre, les lobbies français sont contre une économie forte et souveraine de l'Algérie pour la garder sous sa dépendance". En parlant de système politique, Makri a réitéré sa préférence pour le mode parlementaire,estimant que "c'est le plus démocratique" et promet que sa formation politique continuera à porter cette exigence jusqu'à son aboutissement. "Nous n'avons pas de problème avec le système semi- présidentiel, mais à condition que fondements soient respectés" , clarifie le chef du MSP, qui adhère par ailleurs à l'amendement relatif à l'envoi des troupes de l'ANP, en dehors des frontières. Abderazk Makri a entamé son intervention sur la rapatriement des crânes des résistants, se félicitant de l'initiative du président Tebboune, rappelant que les différentes résistances constituent "un refus de la colonisation de l'Algérie par la France coloniale".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.