Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le protocole sanitaire anti-Covid dévoilé
Bem et Bac 2020
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 07 - 2020

Les épreuves du BEM et de BAC se déroulent cette année en septembre en Algérie, et un protocole sanitaire anti- Covid, dévoilé hier, sera appliqué dans les salles d'examens.
Les épreuves du BEM et de BAC se déroulent cette année en septembre en Algérie, et un protocole sanitaire anti- Covid, dévoilé hier, sera appliqué dans les salles d'examens.
Le ministère de l'Education nationale a dévoilé, hier, le protocole sanitaire anti Covid-19 et qui sera appliqué lors des examens du BEM et du BAC, sessions 2020, prévus en septembre prochain. Elaboré par des experts, ledit protocole prévoit, de prime abord, de désigner un assistant aux Chefs des centres d'examens, et dont la mission portera exclusivement, sur le volet de la prévention. Il veillera à l'application des mesures sanitaires obligatoires dans les centres d'examens. Le protocole préconise la désinfection et lenettoyage, de l'ensemble des centres d'examens, et la fermeture des salles et espaces qui ne sont pas utilisés. Il est aussi recommandé, de veiller à assurer la disponibilité des kits médicaux, et de veiller à la salubrité des citernes d'eau.
À l'intérieur des classes d'examens, les tables et les chaises seront disposées, de telle façon à garantir la distanciation physique, de plus d'un mètre entre les candidats. La distanciation physique devra aussi être respectée en dehors des salles d'examens, dans les couloirs et les cours de récréation. Les assistants des centres d'examens sont aussi appelés, à assurer la disponibilité, en quantités suffisantes, de moyens de prévention et de protection, à l'instar des masques, les gels hydroalcooliques et les appareils de mesure des températures, ainsi que les sachets en plastique et des bacs à ordures. Le protocole sanitaire prévoit aussi, la mise à disposition des candidats et des encadreurs de l'eau et du savon liquide, au niveau des sanitaires.
Le port du masque est obligatoire, en toute circonstance,durant le déroulement des épreuves. Les plis comportant les sujets des épreuves devraient être également désinfectés, avant leur ouverture, et les enseignants chargés de la surveillance devraient se désinfecter les mains, avant de répartir les sujets d'examen, avant de distribuer les feuilles et après leur récupération à la fin de l'épreuve. Le ministère de l'Education a également prévu, de désinfecter et de nettoyer les salles d'examen, durant le laps de temps séparant les épreuves du matin de celle de l'après-midi. En cas de signalement d'un cas suspect chez un candidat (température à +37°, toux, éternuement), le chargé de la prévention, au niveau du centre d'examen, est tenu de ne pas chambouler le déroulement de l'opération, selon le protocole sanitaire. Il est appelé à rassurer le candidat suspecté d'être infecté au coronavirus, de procéder àla consultation et au diagnostic, avec isolementdu cas suspect dans une salle dédiée, pour lui permettre de passer l'épreuve.
Le ministère de l'Education nationale a dévoilé, hier, le protocole sanitaire anti Covid-19 et qui sera appliqué lors des examens du BEM et du BAC, sessions 2020, prévus en septembre prochain. Elaboré par des experts, ledit protocole prévoit, de prime abord, de désigner un assistant aux Chefs des centres d'examens, et dont la mission portera exclusivement, sur le volet de la prévention. Il veillera à l'application des mesures sanitaires obligatoires dans les centres d'examens. Le protocole préconise la désinfection et lenettoyage, de l'ensemble des centres d'examens, et la fermeture des salles et espaces qui ne sont pas utilisés. Il est aussi recommandé, de veiller à assurer la disponibilité des kits médicaux, et de veiller à la salubrité des citernes d'eau.
À l'intérieur des classes d'examens, les tables et les chaises seront disposées, de telle façon à garantir la distanciation physique, de plus d'un mètre entre les candidats. La distanciation physique devra aussi être respectée en dehors des salles d'examens, dans les couloirs et les cours de récréation. Les assistants des centres d'examens sont aussi appelés, à assurer la disponibilité, en quantités suffisantes, de moyens de prévention et de protection, à l'instar des masques, les gels hydroalcooliques et les appareils de mesure des températures, ainsi que les sachets en plastique et des bacs à ordures. Le protocole sanitaire prévoit aussi, la mise à disposition des candidats et des encadreurs de l'eau et du savon liquide, au niveau des sanitaires.
Le port du masque est obligatoire, en toute circonstance,durant le déroulement des épreuves. Les plis comportant les sujets des épreuves devraient être également désinfectés, avant leur ouverture, et les enseignants chargés de la surveillance devraient se désinfecter les mains, avant de répartir les sujets d'examen, avant de distribuer les feuilles et après leur récupération à la fin de l'épreuve. Le ministère de l'Education a également prévu, de désinfecter et de nettoyer les salles d'examen, durant le laps de temps séparant les épreuves du matin de celle de l'après-midi. En cas de signalement d'un cas suspect chez un candidat (température à +37°, toux, éternuement), le chargé de la prévention, au niveau du centre d'examen, est tenu de ne pas chambouler le déroulement de l'opération, selon le protocole sanitaire. Il est appelé à rassurer le candidat suspecté d'être infecté au coronavirus, de procéder àla consultation et au diagnostic, avec isolementdu cas suspect dans une salle dédiée, pour lui permettre de passer l'épreuve.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.