Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'élysée précise la mission de Benjamin stora
Algérie-France
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 07 - 2020

Le président français Emmanuel Macron a reçu vendredi, l'historien Benjamin Stora, et lui a confié officiellement une "mission sur la colonisation et la guerre d'Algérie". L'annonce a été faite par l'Elysée en précisant que l'objectif de ce travail est de favoriser « la réconciliation" entre les deux peuples, algérien et français.
Le président français Emmanuel Macron a reçu vendredi, l'historien Benjamin Stora, et lui a confié officiellement une "mission sur la colonisation et la guerre d'Algérie". L'annonce a été faite par l'Elysée en précisant que l'objectif de ce travail est de favoriser « la réconciliation" entre les deux peuples, algérien et français.
"M. Stora doit rendre son travail avant la fin de l'année, et sa mission « permettra de dresser un état des lieux juste et précis du cheminaccompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie, ainsi que du regard porté sur ces enjeux de part et d'autre de la Méditerranée", a précisé la Présidence française. La désignation de Benjamin Stora pour cette mission, intervient moins d'une semaine après l'annonce par le président Abdelmadjid Tebboune de la nomination du directeur des Archives nationales Abdelmadjid Chikhi, comme le représentant de l'Algérie dans la Commission mémorielle algéro-française.
La mission de M. Chikhi est de mener le travail en cours avec "l'Etat français, représenté par Benjamin Stora", sur les dossiers relatifs à la mémoire et à la récupération desarchives nationales, selon l'agence officielle. Toutefois, l'historien Benjamin Stora a précisé avant-hier dans un entretien à RFI, qu'il "n'est pas le représentant de l'Etat français". Il admet qu'on ne peut jamais définitivement réconcilier des mémoires, et plaide pour une "relative paix des mémoires pour précisément affronter les défis de l'avenir" et "ne pas rester prisonniers tout le temps du passé". "L'Algérie et la France ont besoin l'une de l'autre", ajoute Benjamin Stora.Le président français Emmanuel Macron a
reçu vendredi, l'historien Benjamin Stora, et lui a confié officiellement une "mission sur
la colonisation et la guerre d'Algérie".
L'annonce a été faite par l'Elysée en précisant que l'objectif de ce travail est de favoriser « la réconciliation" entre les deux peuples, algérien et français. "M. Stora doit rendre son travail avant la fin de l'année, et sa mission « permettra de dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie, ainsi que du regard porté sur ces enjeux de par et d'autre de la Méditerranée", a précisé la Présidence française. La désignation de Benjamin Stora pour cette mission, intervient moins d'une semaine après l'annonce par le président Abdelmadjid Tebboune de la nomination du directeur des Archives nationales Abdelmadjid Chikhi, comme le représentant de l'Algérie dans la Commission mémorielle algéro-française.
La mission de M. Chikhi est de mener le travail en cours avec "l'Etat français, représenté par Benjamin Stora", sur les dossiers relatifs à la mémoire et à la récupération des archives nationales, selon l'agence officielle. Toutefois, l'historien Benjamin Stora a précisé avant-hier dans un entretien à RFI, qu'il "n'est pas le représentant de l'Etat français". Il admet qu'on ne peut jamais définitivement réconcilier des mémoires, et plaide pour une "relative paix des mémoires pour précisément affronter les défis de l'avenir" et "ne pas rester prisonniers tout le temps du passé". "L'Algérie et la France ont besoin l'une de l'autre", ajoute Benjamin Stora.
"M. Stora doit rendre son travail avant la fin de l'année, et sa mission « permettra de dresser un état des lieux juste et précis du cheminaccompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie, ainsi que du regard porté sur ces enjeux de part et d'autre de la Méditerranée", a précisé la Présidence française. La désignation de Benjamin Stora pour cette mission, intervient moins d'une semaine après l'annonce par le président Abdelmadjid Tebboune de la nomination du directeur des Archives nationales Abdelmadjid Chikhi, comme le représentant de l'Algérie dans la Commission mémorielle algéro-française.
La mission de M. Chikhi est de mener le travail en cours avec "l'Etat français, représenté par Benjamin Stora", sur les dossiers relatifs à la mémoire et à la récupération desarchives nationales, selon l'agence officielle. Toutefois, l'historien Benjamin Stora a précisé avant-hier dans un entretien à RFI, qu'il "n'est pas le représentant de l'Etat français". Il admet qu'on ne peut jamais définitivement réconcilier des mémoires, et plaide pour une "relative paix des mémoires pour précisément affronter les défis de l'avenir" et "ne pas rester prisonniers tout le temps du passé". "L'Algérie et la France ont besoin l'une de l'autre", ajoute Benjamin Stora.Le président français Emmanuel Macron a
reçu vendredi, l'historien Benjamin Stora, et lui a confié officiellement une "mission sur
la colonisation et la guerre d'Algérie".
L'annonce a été faite par l'Elysée en précisant que l'objectif de ce travail est de favoriser « la réconciliation" entre les deux peuples, algérien et français. "M. Stora doit rendre son travail avant la fin de l'année, et sa mission « permettra de dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie, ainsi que du regard porté sur ces enjeux de par et d'autre de la Méditerranée", a précisé la Présidence française. La désignation de Benjamin Stora pour cette mission, intervient moins d'une semaine après l'annonce par le président Abdelmadjid Tebboune de la nomination du directeur des Archives nationales Abdelmadjid Chikhi, comme le représentant de l'Algérie dans la Commission mémorielle algéro-française.
La mission de M. Chikhi est de mener le travail en cours avec "l'Etat français, représenté par Benjamin Stora", sur les dossiers relatifs à la mémoire et à la récupération des archives nationales, selon l'agence officielle. Toutefois, l'historien Benjamin Stora a précisé avant-hier dans un entretien à RFI, qu'il "n'est pas le représentant de l'Etat français". Il admet qu'on ne peut jamais définitivement réconcilier des mémoires, et plaide pour une "relative paix des mémoires pour précisément affronter les défis de l'avenir" et "ne pas rester prisonniers tout le temps du passé". "L'Algérie et la France ont besoin l'une de l'autre", ajoute Benjamin Stora.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.