Les forces d'occupation marocaines répriment violemment des militantes sahraouies    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Des enseignants universitaires véreux    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron fait un parallèle entre la guerre d'Algérie et la Shoah
Il souhaite régler la question mémorielle
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2020

Le locataire de l'Elysée dit vouloir suivre les traces du président Jacques Chirac qui avait reconnu la responsabilité de la France dans la déportation des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.
Levée de boucliers à droite et à l'extrême droite en France à la suite de nouvelles déclarations d'Emmanuel Macron sur la guerre d'indépendance de l'Algérie. À son retour, il y a deux jours, de Jérusalem où il a pris part à la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz, le président français a accordé, dans l'avion présidentiel, une interview au quotidien Le Figaro, où il a exprimé son désir de régler la question mémorielle concernant la présence coloniale française en l'Algérie.
Même s'il a reconnu ne pas avoir actuellement de réponse au "conflit de mémoire" entre la France et l'Algérie, Macron souhaite y parvenir en conférant au sujet à "peu près le même statut que la Shoah pour Chirac en 1995". Jacques Chirac avait notamment reconnu la responsabilité de l'Etat français dans la déportation des juifs français pendant la Seconde Guerre mondiale, dans ce qui est communément appelé "La rafle du Vel'd'Hiv". Dans son interview au Figaro, le président français est revenu sur cette déclaration en indiquant qu'il avait "crispé des gens", mais qu'il "les avait ramenés dans une capacité de dialoguer." "Je suis très lucide sur les défis que j'ai devant moi d'un point de vue mémoriel et qui sont politiques. La guerre d'Algérie, sans doute, est le plus dramatique d'entre eux. (…) Je le sais depuis ma campagne", a encore souligné Emmanuel Macron. Selon lui, le sujet reste, toutefois, encore tabou. "On n'en a pas parlé, on a écrasé (…) Il n'y a pas eu un travail politique mémoriel (…) On a jamais fait ce travail, aussi, parce que le problème, c'est que la contrepartie n'est pas là", a-t-il expliqué sans préciser de quelle "contrepartie" il s'agit. Pour Macron, la reconnaissance des crimes coloniaux de la France en Algérie est entravée par un certain nombre d'obstacles.
"Il y a une histoire officielle de la relation à l'Algérie. Il y a une histoire d'Etat (…) C'est une histoire très particulière, d'ailleurs, qui a toujours été au cœur d'une histoire militaire héroïque. C'est ensuite un dialogue très particulier avec l'Algérie (…) Et, ensuite, c'est un traumatisme dans l'histoire d'Etat. Je veux dire : la guerre d'Algérie, c'est ce qui fait la Ve république. Et donc c'est, dans la vie institutionnelle, politique, militaire française, quelque chose qui pèse", a affirmé le chef de l'Etat français. Sur Twitter, des élus du parti des Républicains se sont offusqués du rapprochement fait par Macron. "C'est de l'indécence. Après avoir qualifié la colonisation de crime contre l'humanité. Il fait l'amalgame entre la guerre d'Algérie et le pire génocide de l'histoire de l'humanité", a dénoncé le sénateur, Bruno Retailleau.
De son côté, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a estimé qu'Emmanuel Macron "est en pleine dérive". "Comparer la guerre d'Algérie à la Shoah est obscène", a-t-elle asséné.
Plusieurs sites de la fachosphère se sont également déchaînés. Dans les colonnes du Figaro, Jean Sevillia, essayiste proche des milieux identitaires, a déclaré que la comparaison entre la Shoah et la guerre d'Algérie "est de la folie sur tous les plans." De son côté, l'historien Benjamin Stora, interviewé par le journal Le Parisien, a reconnu l'engagement de Macron pour "la réconciliation des mémoires". "Il est le premier (président français, ndlr) à aborder le sujet globalement en traitant de la question coloniale", comme il l'a fait dans l'affaire Audin. Benjamin Stora a également rappelé les propos tenus par Macron en Algérie, en 2017, peu avant son élection, lorsqu'il avait qualifié la colonisation de crime contre l'humanité.

De Paris : Samia Lokmane-Khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.