Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sahara Occidental : l'Eucoco appelle l'ONU à agir afin d'éviter toute aggravation de la situation    CAN-2021/Zimbabwe: "Ce serait bien de réaliser de bons résultats face à l'Algérie" (Kadewere)    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Covid-19: au moins 1.160.768 décès dans le monde    L'état de santé du président Tebboune "n'inspire aucune inquiétude"    Algérie-Hongrie: approfondir le dialogue politique au service du partenariat bilatéral    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    AG ordinaire de la FAF: adoption des bilans moral et financier    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Révision de la Constitution: la loi organique relative au régime électoral fixe les règles du silence électoral    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Mine de Phosphate à Bir El Ater (Tébessa) : Un projet pour décongestionner le trafic routier    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Erdogan appelle au boycott des produits français    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Le Real de Madrid doit réagir    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khiati favorable à l'"application de la peine de mort"
Viol, kidnapping et assassinat d'enfants
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 10 - 2020

La violence faite aux enfants et les actions adoptées pour la prévenir et la combattre, ont été traités, hier mercredi, dans l'émission l'Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne.
La violence faite aux enfants et les actions adoptées pour la prévenir et la combattre, ont été traités, hier mercredi, dans l'émission l'Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne.
Mustapha Khiati, président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche, (Forem) est intervenu pour avouer que l'Algérie est aujourd'hui face à une "situation sociale très critique". Il précisera que "durant les 20 dernières années nous avons eu en moyenne un à deux kidnappings par an. Il y a un problème réel, puisque dans d'autres pays se sont des cas exceptionnels, qui se voient tout les cinq à 10 ans". Pour lutter contre ce phénomène, le professeur Khiatiestime que "si on arrive à mettre en place une politique de prévention, on pourrait réduire l'ampleur de ce phénomène. Ce n'est pas une affaire des seuls services de sécurité, la lutte contre ce fléau nécessite la mobilisation de tous". L'invité de la Chaîne 3 propose, entre autres, l'implication des associations de quartiers. "Les gens du quartier connaissent se connaissent entre eux et la plupart de ces attaques se font, justement, dans l'entourage immédiat de l'enfant, pas loin de la maison", avance-t-il. Donc, le fait de renforcer la vigilance grâce à l'implication de ces associations "pourrait réduire le phénomène qui prend de l'ampleur dans notre société".
Selon lui, cela va "beaucoup aider les autorités judiciaires à mieux étudier les cas". M. Khiati propose de mettre systématiquement des bracelets électroniques aux agresseurs et le durcissement des mesures du code pénal envers les kidnappeurs, violeurs et assassins d'enfant. Il s'est même déclaré favorable à l'application de la peine de mort. "En cas d'enlèvement d'enfant, suivi d'agression sexuelle et d'assassinat, la peine de mort doit être appliquée", estime-t-il. Au dernier lieu, l'invité s'est montré très critique envers les chiffres du ministère de la Solidarité nationale, concernant les enfants qui travaillent, et affirme qu'ils "ne reflètent pas la réalité", car ils n'englobent pas la catégorie des enfants activant dans un cadre informel comme les rues et les marchés anarchiques. "Les chiffres officiels se limitent au seul champ des sociétés et entreprises soumisesau contrôle prévu par la loi", dit-il, alors que "le cadre informel, notamment les marchés, constituent l'espace qui attirent plus cette catégorie, et ce, pour plusieurs raisons, dont la pauvreté et la déperdition scolaire", conclut-il.
Mustapha Khiati, président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche, (Forem) est intervenu pour avouer que l'Algérie est aujourd'hui face à une "situation sociale très critique". Il précisera que "durant les 20 dernières années nous avons eu en moyenne un à deux kidnappings par an. Il y a un problème réel, puisque dans d'autres pays se sont des cas exceptionnels, qui se voient tout les cinq à 10 ans". Pour lutter contre ce phénomène, le professeur Khiatiestime que "si on arrive à mettre en place une politique de prévention, on pourrait réduire l'ampleur de ce phénomène. Ce n'est pas une affaire des seuls services de sécurité, la lutte contre ce fléau nécessite la mobilisation de tous". L'invité de la Chaîne 3 propose, entre autres, l'implication des associations de quartiers. "Les gens du quartier connaissent se connaissent entre eux et la plupart de ces attaques se font, justement, dans l'entourage immédiat de l'enfant, pas loin de la maison", avance-t-il. Donc, le fait de renforcer la vigilance grâce à l'implication de ces associations "pourrait réduire le phénomène qui prend de l'ampleur dans notre société".
Selon lui, cela va "beaucoup aider les autorités judiciaires à mieux étudier les cas". M. Khiati propose de mettre systématiquement des bracelets électroniques aux agresseurs et le durcissement des mesures du code pénal envers les kidnappeurs, violeurs et assassins d'enfant. Il s'est même déclaré favorable à l'application de la peine de mort. "En cas d'enlèvement d'enfant, suivi d'agression sexuelle et d'assassinat, la peine de mort doit être appliquée", estime-t-il. Au dernier lieu, l'invité s'est montré très critique envers les chiffres du ministère de la Solidarité nationale, concernant les enfants qui travaillent, et affirme qu'ils "ne reflètent pas la réalité", car ils n'englobent pas la catégorie des enfants activant dans un cadre informel comme les rues et les marchés anarchiques. "Les chiffres officiels se limitent au seul champ des sociétés et entreprises soumisesau contrôle prévu par la loi", dit-il, alors que "le cadre informel, notamment les marchés, constituent l'espace qui attirent plus cette catégorie, et ce, pour plusieurs raisons, dont la pauvreté et la déperdition scolaire", conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.