Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baisse prévisionnelle des réserves de change à moins de 47 mds/USD
Projet de loi de finances 2021 (plf)
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 10 - 2020

Selon un exposé sur le projet de loi de finances du ministère des Finances, le niveau des réserves de change atteindra 46,84 MDS/USD soit près de 16,2 mois d'importations de marchandises et de services hors facteurs de production.
Selon un exposé sur le projet de loi de finances du ministère des Finances, le niveau des réserves de change atteindra 46,84 MDS/USD soit près de 16,2 mois d'importations de marchandises et de services hors facteurs de production.
Le projet de loi de finances 2021, présenté, ce 19 octobre, devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), prévoit une baisse des réserves de change à moins de 47 MDS de dollars en 2021, avant une reprise progressive lors des deux années suivantes. Selon un exposé sur le projet de loi de finances du ministère des Finances, le niveau des réserves de change atteindra 46,84 MDS/USD soit près de 16,2 mois d'importations de marchandises et de services hors facteurs de production.
Cette situation interviendra suite àl'amélioration prévue dans le déficit de la balance des paiements qui devrait atteindre -3,6 MDS en 2021. Néanmoins, le niveau des réserves de change connaîtra une hausse progressive en 2022 (47,53 MDS/USD) et en 2023 (50,02 MDS/USD) grâce à l'excédent prévu pour ces deux années, ajoute le ministre des Finances. Pour rappel, l'Algérie est entrée en récession économique au premier trimestre 2020. Le pays a enregistré une croissance économique négative de -3,9% au 1er trimestre 2020, contre une croissance positive (+1,3 %) à la même période de 2019, a indiqué l'Office national des statistiques (ONS). L'office précise que cette baisse "conséquente" a été aggravée par la crise sanitaire mondiale de la Covid-19. Durant l'année 2019, la croissance économique de l'Algérie a atteint 0,8 % et le taux de croissance du PIB hors hydrocarbures a été de 2,4 %. L'Algérie a connu plusieurs épisodes de croissance négative depuis l'indépendance dont l'épisode le plus douloureux est celui des années 90 qui a été suivi par l'intervention du FMI et l'application de son plan d'ajustement structurel
Le projet de loi de finances 2021, présenté, ce 19 octobre, devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), prévoit une baisse des réserves de change à moins de 47 MDS de dollars en 2021, avant une reprise progressive lors des deux années suivantes. Selon un exposé sur le projet de loi de finances du ministère des Finances, le niveau des réserves de change atteindra 46,84 MDS/USD soit près de 16,2 mois d'importations de marchandises et de services hors facteurs de production.
Cette situation interviendra suite àl'amélioration prévue dans le déficit de la balance des paiements qui devrait atteindre -3,6 MDS en 2021. Néanmoins, le niveau des réserves de change connaîtra une hausse progressive en 2022 (47,53 MDS/USD) et en 2023 (50,02 MDS/USD) grâce à l'excédent prévu pour ces deux années, ajoute le ministre des Finances. Pour rappel, l'Algérie est entrée en récession économique au premier trimestre 2020. Le pays a enregistré une croissance économique négative de -3,9% au 1er trimestre 2020, contre une croissance positive (+1,3 %) à la même période de 2019, a indiqué l'Office national des statistiques (ONS). L'office précise que cette baisse "conséquente" a été aggravée par la crise sanitaire mondiale de la Covid-19. Durant l'année 2019, la croissance économique de l'Algérie a atteint 0,8 % et le taux de croissance du PIB hors hydrocarbures a été de 2,4 %. L'Algérie a connu plusieurs épisodes de croissance négative depuis l'indépendance dont l'épisode le plus douloureux est celui des années 90 qui a été suivi par l'intervention du FMI et l'application de son plan d'ajustement structurel


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.