Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Changement attendu dans la fabrication automobile    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    La guerre de libération "ne s'arrêtera qu'avec la fin de l'occupation marocaine"    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Le Maroc entrave la démarche de l'UA visant à faire taire les armes en 2020    Belgique: arrestation de plusieurs individus proches du régime marocain impliqués dans une attaque contre des manifestants sahraouis    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    «Les Buffles peuvent se qualifier»    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Programme    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Bordj Ménaïel : Les 700 logts AADL sans gaz    Une absence et des interrogations    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    CHU d'Oran: 12 nouveaux cas de sida chez les enfants en 11 mois    Diego...    Football - Ligue 1: Oran, Béchar et Chlef, pôles d'attraction    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Pourquoi un étranger pour évaluer le potentiel de notre domaine minier ?    J'irai me plaindre à mon député !    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le wali d'Oran botte en touche
Alerté sur la situation 'catastrophique' d'une école
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 10 - 2020

Alerté par une enseignante sur l'état d'une école ce mercredi 21 octobre 2020 lors de la rentrée scolaire, le wali d'Oran, Messaoud Djari n'a pas trouvé mieux que de s'attarder sur un détail en guise de réponse. Filmée par la chaîne de télévision locale dans la cour de l'école, l'enseignante a d'abord évoqué la situation hygiénique de l'établissement.
Alerté par une enseignante sur l'état d'une école ce mercredi 21 octobre 2020 lors de la rentrée scolaire, le wali d'Oran, Messaoud Djari n'a pas trouvé mieux que de s'attarder sur un détail en guise de réponse. Filmée par la chaîne de télévision locale dans la cour de l'école, l'enseignante a d'abord évoqué la situation hygiénique de l'établissement.
"C'est nous, enseignants, qui la payons pour nettoyer notre école", dit elle, montrant de la main une dame plus loin, souffrant d'un handicap selon elle. La même enseignante poursuit que "c'est un parent d'élève qui a payé 25.000 Da pour rétablir, nettoyer les sanitaires et remplir la citerne. Lorsque nous alertons sur notre situation, on nous rétorque - on ne peut rien vous faire, nous n'avons pas de budget -", affirme-t-elle.
A la veille de la rentrée scolaire, les enseignants de l'école Benzerdjeb ont ainsi été "obligés de nettoyer et désinfecter eux mêmes les classes et ce, jusqu'à 23h, pour que les enfants reprennent leur scolarité dans la propreté", a rajouté l'enseignante au micro de la chaine de télévision privée, qualifiant la situation de "catastrophique". Encouragée par Messaoud Djari à poursuivre ses doléances, l'enseignante évoque alors l'état des tables, qui datent, selon elle, "de l'époque coloniale" et qui n'auraient pu être exploitables sans leur revêtement par des enseignants. Le wali d'Oran rebondit sur son allégation, la défiant de les lui montrer. A l'intérieur de la classe, il dément les propos de son interlocutrice. "Cette table ne date pas de l'époque coloniale", affirme-t-il. L'enseignante campe sur ses positions, expliquant avoir enseigné pendant 32 ans dans cette école. "Les parents d'élèves ont étudié sur ces tables". Le wali d'Oran, visiblement irrité par la référence à l'époque coloniale, suggère alors à son interlocutrice "de parler de mauvais état des tables, de leur ancienneté, de la nécessité de les changer. Mais parler de période coloniale, non !", a-t-il lancé, avant de partir.
"C'est nous, enseignants, qui la payons pour nettoyer notre école", dit elle, montrant de la main une dame plus loin, souffrant d'un handicap selon elle. La même enseignante poursuit que "c'est un parent d'élève qui a payé 25.000 Da pour rétablir, nettoyer les sanitaires et remplir la citerne. Lorsque nous alertons sur notre situation, on nous rétorque - on ne peut rien vous faire, nous n'avons pas de budget -", affirme-t-elle.
A la veille de la rentrée scolaire, les enseignants de l'école Benzerdjeb ont ainsi été "obligés de nettoyer et désinfecter eux mêmes les classes et ce, jusqu'à 23h, pour que les enfants reprennent leur scolarité dans la propreté", a rajouté l'enseignante au micro de la chaine de télévision privée, qualifiant la situation de "catastrophique". Encouragée par Messaoud Djari à poursuivre ses doléances, l'enseignante évoque alors l'état des tables, qui datent, selon elle, "de l'époque coloniale" et qui n'auraient pu être exploitables sans leur revêtement par des enseignants. Le wali d'Oran rebondit sur son allégation, la défiant de les lui montrer. A l'intérieur de la classe, il dément les propos de son interlocutrice. "Cette table ne date pas de l'époque coloniale", affirme-t-il. L'enseignante campe sur ses positions, expliquant avoir enseigné pendant 32 ans dans cette école. "Les parents d'élèves ont étudié sur ces tables". Le wali d'Oran, visiblement irrité par la référence à l'époque coloniale, suggère alors à son interlocutrice "de parler de mauvais état des tables, de leur ancienneté, de la nécessité de les changer. Mais parler de période coloniale, non !", a-t-il lancé, avant de partir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.