Inter Milan-Milan AC : Les compositions probables    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rahabi s'attend à une relance du processus politique
Cause Sahraouie
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 11 - 2020

Le diplomate et ancien ministre, Abdelaziz Rahabi, a estimé que la situation actuelle au Sahara occidental suite à l'agression militaire marocaine à El-Guerguerat "devrait relancer le processus politique selon un nouvel agenda pour sortir du statu quo qui dure depuis des décennies".
Le diplomate et ancien ministre, Abdelaziz Rahabi, a estimé que la situation actuelle au Sahara occidental suite à l'agression militaire marocaine à El-Guerguerat "devrait relancer le processus politique selon un nouvel agenda pour sortir du statu quo qui dure depuis des décennies".
Dans un entretien accordé au journal arabophone El Khabar, M.Rahabi a affirmé que les Sahraouis tendent, à travers leur réaction à l'agression marocaine, à "sortir du statu quo en recourant aux armes comme ultime solution après avoirtenté les négociations et fait preuve de patience".
Les derniers développements survenus devraient "relancer le processus politique sérieusement suivant un engagement etun agenda bien déterminés, et non par le simple principe de le relancer", confie le diplomate qui fait part également de "l'appréhension ressentie en Europe de voir ce conflit politique se transformer en foyerde tension et menacer, partant, la sécurité et la stabilité de la région". En recourant aux armes, les Sahraouis "ne voudraient en aucun cas trainer la région dans une spirale de violence et d'instabilité. Bien au contraire, ils aspirent à relancer ce processus politique et diplomatique pour sortir de la situation actuelle", a-t-il soutenu. Estimant que le précédent processus politique "s'est soldé par un échec", M. Rahabi a relevé que "tous les pays ont exercé une pression sur la partie sahraouie pour l'amener à cesser la guerre dans cette région". Cette pression a été motivée par les garanties avancées par l'Onu, qui ne les a d'ailleurs pas tenues, ce qui fait porter à cette dernière une responsabilité directe, indépendamment de la responsabilité politique de la France et de la responsabilité historique de l'Espagne qui demeure la puissance administrante dans la région au regard du Droit international.
A la question de savoir si la cause sahraouie constitue véritablement une entrave au processus d'édification de l'Union maghrébine, l'ancien ministre considère que cette thèse "est totalement contraire à l'Histoire", tout en étayant ses propos sur des preuves historiques. Et d'ajouter : "Le responsable du gel du processus maghrébin est le Maroc et non la cause sahraouie".Dans le même cadre, il a salué la positionofficielle "constante" de l'Algérie à l'égardde la cause sahraouie depuis 1975, relevant que plusieurs pays avaient tenté de "faire pression sur l'Algérie pour changer sa doctrine en matière d'affaires étrangères". Ces tentatives ont été vaines devant la solidité de la politique étrangère algérienne qui puise se forcedes expériences passées en sus de fairel'objet d'un consensus national. Mettant en garde contre des contenus diffusés par plusieurs pays ayant une forte présence sur la Toile en Algérie,
M. Rahabi a relevé la nécessité de se doter d'un "système médiatique fort qui se met au diapason de la diplomatie et des positions de l'Etat". M. Rahabi n'a pas écarté des pressions françaises sur le Maroc pour l'amener à amorcer des négociations "sérieuses et directes", rappelant que l'organisation d'un référendum d'autodétermination "a été d'abord une revendication marocaine formulée par le souverain Hassan II en 1981 lors du sommet africain à Nairobi". Cet engagement, marocain de surcroit,ne peut pas être changé "car n'arrangeant pas les intérêts du Maroc ou de ses alliés", a ajouté M. Rahabi, relevant que l'Algérie "tient compte de la morale dans sa politique étrangère. Le pragmatisme ne saurait se faire aux dépens des valeurs".
Dans un entretien accordé au journal arabophone El Khabar, M.Rahabi a affirmé que les Sahraouis tendent, à travers leur réaction à l'agression marocaine, à "sortir du statu quo en recourant aux armes comme ultime solution après avoirtenté les négociations et fait preuve de patience".
Les derniers développements survenus devraient "relancer le processus politique sérieusement suivant un engagement etun agenda bien déterminés, et non par le simple principe de le relancer", confie le diplomate qui fait part également de "l'appréhension ressentie en Europe de voir ce conflit politique se transformer en foyerde tension et menacer, partant, la sécurité et la stabilité de la région". En recourant aux armes, les Sahraouis "ne voudraient en aucun cas trainer la région dans une spirale de violence et d'instabilité. Bien au contraire, ils aspirent à relancer ce processus politique et diplomatique pour sortir de la situation actuelle", a-t-il soutenu. Estimant que le précédent processus politique "s'est soldé par un échec", M. Rahabi a relevé que "tous les pays ont exercé une pression sur la partie sahraouie pour l'amener à cesser la guerre dans cette région". Cette pression a été motivée par les garanties avancées par l'Onu, qui ne les a d'ailleurs pas tenues, ce qui fait porter à cette dernière une responsabilité directe, indépendamment de la responsabilité politique de la France et de la responsabilité historique de l'Espagne qui demeure la puissance administrante dans la région au regard du Droit international.
A la question de savoir si la cause sahraouie constitue véritablement une entrave au processus d'édification de l'Union maghrébine, l'ancien ministre considère que cette thèse "est totalement contraire à l'Histoire", tout en étayant ses propos sur des preuves historiques. Et d'ajouter : "Le responsable du gel du processus maghrébin est le Maroc et non la cause sahraouie".Dans le même cadre, il a salué la positionofficielle "constante" de l'Algérie à l'égardde la cause sahraouie depuis 1975, relevant que plusieurs pays avaient tenté de "faire pression sur l'Algérie pour changer sa doctrine en matière d'affaires étrangères". Ces tentatives ont été vaines devant la solidité de la politique étrangère algérienne qui puise se forcedes expériences passées en sus de fairel'objet d'un consensus national. Mettant en garde contre des contenus diffusés par plusieurs pays ayant une forte présence sur la Toile en Algérie,
M. Rahabi a relevé la nécessité de se doter d'un "système médiatique fort qui se met au diapason de la diplomatie et des positions de l'Etat". M. Rahabi n'a pas écarté des pressions françaises sur le Maroc pour l'amener à amorcer des négociations "sérieuses et directes", rappelant que l'organisation d'un référendum d'autodétermination "a été d'abord une revendication marocaine formulée par le souverain Hassan II en 1981 lors du sommet africain à Nairobi". Cet engagement, marocain de surcroit,ne peut pas être changé "car n'arrangeant pas les intérêts du Maroc ou de ses alliés", a ajouté M. Rahabi, relevant que l'Algérie "tient compte de la morale dans sa politique étrangère. Le pragmatisme ne saurait se faire aux dépens des valeurs".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.