Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»
Ibrahim Ghali à la chaine Al Hurra :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 08 - 2019

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde le régime marocain contre la poursuite de ses tentatives de changer le statu quo dans la zone tampon Guerguerat, soulignant que «la violation de l'accord de cessez-le-feu conclu sur cette zone peut provoquer un conflit armé qui menacerait la sécurité de toute la région».
S'exprimant dans un entretien accordé à la chaîne TV américaine Al Hurra, diffusé mardi soir, le Président sahraoui a mis en garde le régime marocain contre la poursuite de ses tentatives de changer le statu quo dans la zone tampon Guerguerat, dénonçant la violation marocaine de l'accord de cessez-le-feu de 1991 conclu à cet effet.
Rappelant l'illégalité de la route érigée par le régime marocain dans cette zone pour faire acheminer vers des pays africains des ressources naturelles sahraouies pillées, le Président de la RASD a indiqué avoir saisi le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, et le Conseil de sécurité pour mettre fin à ce problème.
«Nous avons clairement exprimé auprès du SG de l'ONU notre préoccupation quant aux manœuvres marocaines visant à transgresser l'accord de cessez-le-feu sur cette zone. C'est de la responsabilité du Conseil de sécurité de faire face à ce problème qui risque d'être une source de tension et une bombe qui pourra exploser à tout moment. Probablement, ça sera une des causes qui enflammera toute la région», a averti, en outre, M. Ghali.
Au cours des derniers jours, les autorités marocaines ont fait venir un groupe d'agents de sécurité et de renseignement marocains et les ont installés à proximité de la route construite et goudronnée illégalement à travers la zone tampon située dans la région méridionale du Sahara occidental.
Les autorités marocaines ont construit aussi une cabane pour abriter le groupe et sont sur le point d'ériger d'autres bâtiments illégaux dans la région dans l'objectif d'exploiter cette zone pour le passage vers des pays africains des ressources naturelles sahraouies pillées dans les territoires occupés, dont des produits halieutiques et des matières premières, tel que le phosphate.
Assurant que le régime marocain a manqué de respect envers la communauté internationale à travers ses agissements, le dirigeant sahraoui a appelé le Conseil de sécurité à agir de «manière décisive» face à cette situation.
En l'absence d'une réaction ferme de l'ONU, M. Ghali n'a pas exclu le recours aux armes, soutenant que le peuple sahraoui ne peut se taire devant de «tels dépassements récurrents» commis par les autorités du régime marocain.
Les Sahraouis ne sont pas marocains pour accepter un plan d'autonomie
«Le peuple sahraoui est impatient et la communauté internationale doit assumer ses responsabilités et accélérer le processus de l'autodétermination par le biais d'un référendum libre, juste et transparent permettant aux Sahraouis de s'exprimer sur son destin. C'est notre droit et nous allons le concrétiser malgré l'entêtement du régime marocain», a souligné, encore, M.Ghali.
Interrogé sur le plan d'autonomie défendu par le Maroc, le chef de l'Etat sahraoui a rejeté catégoriquement ce projet «mort-né» du roi Mohammed VI, rappelant que le Sahara occidental est inscrit au sein de l'Assemblée générale des Nations Unies parmi les 17 territoires concernés par le processus de décolonisation. «Le roi du Maroc, comme tout colonialiste, cherche des solutions boiteuses», a noté M. Ghali, ajoutant «que les Sahraouis ne sont pas Marocains pour accepter un plan d'autonomie».
«L'autonomie peut être une solution aux zones rebelles dans un Etat. Nous n'avons pas été marocains, nous ne sommes pas marocains et nous ne serons pas marocains. Si le régime marocain est généreux, il n'a qu'à accorder l'autonomie à la région du Rif», a fait observer le Président sahraoui.
«Nous réclamons notre droit à l'autodétermination. Le peuple sahraoui doit s'exprimer librement dans un référendum et ne pas être sous les armes ou sous l'oppression», a-t-il insisté. Le Président de la RASD a critiqué, par ailleurs, le traitement de la question sahraouie au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, affirmant que «le peuple sahraoui est déçu, en particulier de la position de la France qui est devenue, selon lui, une partie du problème». «Celle-ci obstrue, a-t-il relevé, les efforts de la communauté internationale dans l'application de la légitimité internationale et l'exercice du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui».
Dans ce contexte, le dirigeant sahraoui a demandé au Conseil de sécurité d'assumer ses responsabilités en veillant à trouver une solution au conflit sahraoui afin d'éviter une guerre dans une «région déjà instable».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.