Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    Produits de consommation: Le ministre s'explique sur la hausse des prix    Véhicules de moins de trois ans: Ce pourquoi l'importation a été gelée    Affaire autoroute est-ouest: Le procès en appel reporté    Football - Ligue 1: Le WAT respire, le cauchemar continue pour le CABBA    La JSM Tiaret en deuil: Mohamed Zaoui n'est plus    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    Mots et maux de l'histoire    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    La plateforme internet en stand-by    «Nous ne recevrons pas la quantité nécessaire de vaccin de façon immédiate»    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Vu à Alger    Quand l'offre dépasse la demande    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron provoque la tempête !
Après ses propos malveillants
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2020

déclarations du président français, Emmanuel Macron, sur la repentance de la France par rapport aux crimes commis en Algérie lors de l'époque coloniale, s'enchainent. Un tant soit peu timides au tout début cesréactions vont chaque jour s'amplifiant, dénonçant, quelques fois avec virulence, le refus du Président français de présenter des excuses de la France aux Algériens.
déclarations du président français, Emmanuel Macron, sur la repentance de la France par rapport aux crimes commis en Algérie lors de l'époque coloniale, s'enchainent. Un tant soit peu timides au tout début cesréactions vont chaque jour s'amplifiant, dénonçant, quelques fois avec virulence, le refus du Président français de présenter des excuses de la France aux Algériens.
En effet, dans un récent entretien accordé a l'hebdomadaire français "Jeune Afrique", le locataire de l'Elysée a laissé clairement entendre, qu'il n'est pas question pour la France de demander paardon au peuple algerien pour les crimes commis lors de la colonisation.
C'était suffisant pour de larges pans de l'opinion publique, des partis politiques et des organisations de la société civile, de monter alors au creneau pour denocer cette position et rapeler combien cette question sensible demeure au couleur de toute normalisation des relations entre les deux pays. Certes, ce n'est pas vraiment un tollé général, mais c'est tout comme, puisque les réactions de refus de ces propos montent en cadence. Ainsi, avant hier, c'était au tour de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM), de monter au front pour rappeler au Président français, les revendications, fort légitimes d'ailleurs, de l'écrasante majorité des Algériens sur la question mémorielle, joignant ainsi sa voix à celles d'autres associations, partis politiques et personnalités, qui l'ont précédé.L'ONM campe ainsi sur ses positions,s'agissant de l'impérieuse nécessité pour la France, de réparer ses graves torts et demander le pardon au peuple algérien. C'est seulement à ce prix, que les deux pays pourront entrevoir l'avenir dans de meilleures conditions. Dans ce memeentretien, le Président français a aussi fait une intrusion dans les affaires internes del'Algerie, en disant soutenir le président Abdelmadjid Tebboune.
Et là aussi, et à l'instar d'autres acteurs politiques, l'ONM n'a pas manqué de fustiger cette ingérence. "Comme ses prédécesseurs, le Président français ne fait que reproduire le discours habituel conquérant du colonisateur, infantilisant et tuteur. Ils nous regardent toujours comme des indigènes colonisés", a ainsi indiqué le secrétaire général de l'ONM, dans une vidéo . "Cela est inacceptable", dit Mohand Aoumar Benlhadj. Le même jour, un autre politique est monté au créneau, pour en faire de même. Karim Tabou a en effet tiré à boulets rouges sur le Président français, en considérant que le locataire de l'Elysée fait clairement dans l'ingérence dans les affaires internes de l'Algérie.
Le RCD, le MSP et d'autres partis politiques, à l'exemple du mouvement El Bina que présideAbdelkader Bengrina, ont aussi critiqué cette sortie médiatique du Président français. Autant dire, que la classe politique, toutes tendances confondues, a accordé ses violons pour rejeter avec force, les propos de Macron. Dans ce concert de réactions, un seul dénominateur commun: les Algeriens s'en tiennent plus que jamais à leurs revendications. La France doit faire acte de repentance de ses crimes coloniaux, si elle veut construire des relations saines avec l'Algerie.
En effet, dans un récent entretien accordé a l'hebdomadaire français "Jeune Afrique", le locataire de l'Elysée a laissé clairement entendre, qu'il n'est pas question pour la France de demander paardon au peuple algerien pour les crimes commis lors de la colonisation.
C'était suffisant pour de larges pans de l'opinion publique, des partis politiques et des organisations de la société civile, de monter alors au creneau pour denocer cette position et rapeler combien cette question sensible demeure au couleur de toute normalisation des relations entre les deux pays. Certes, ce n'est pas vraiment un tollé général, mais c'est tout comme, puisque les réactions de refus de ces propos montent en cadence. Ainsi, avant hier, c'était au tour de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM), de monter au front pour rappeler au Président français, les revendications, fort légitimes d'ailleurs, de l'écrasante majorité des Algériens sur la question mémorielle, joignant ainsi sa voix à celles d'autres associations, partis politiques et personnalités, qui l'ont précédé.L'ONM campe ainsi sur ses positions,s'agissant de l'impérieuse nécessité pour la France, de réparer ses graves torts et demander le pardon au peuple algérien. C'est seulement à ce prix, que les deux pays pourront entrevoir l'avenir dans de meilleures conditions. Dans ce memeentretien, le Président français a aussi fait une intrusion dans les affaires internes del'Algerie, en disant soutenir le président Abdelmadjid Tebboune.
Et là aussi, et à l'instar d'autres acteurs politiques, l'ONM n'a pas manqué de fustiger cette ingérence. "Comme ses prédécesseurs, le Président français ne fait que reproduire le discours habituel conquérant du colonisateur, infantilisant et tuteur. Ils nous regardent toujours comme des indigènes colonisés", a ainsi indiqué le secrétaire général de l'ONM, dans une vidéo . "Cela est inacceptable", dit Mohand Aoumar Benlhadj. Le même jour, un autre politique est monté au créneau, pour en faire de même. Karim Tabou a en effet tiré à boulets rouges sur le Président français, en considérant que le locataire de l'Elysée fait clairement dans l'ingérence dans les affaires internes de l'Algérie.
Le RCD, le MSP et d'autres partis politiques, à l'exemple du mouvement El Bina que présideAbdelkader Bengrina, ont aussi critiqué cette sortie médiatique du Président français. Autant dire, que la classe politique, toutes tendances confondues, a accordé ses violons pour rejeter avec force, les propos de Macron. Dans ce concert de réactions, un seul dénominateur commun: les Algeriens s'en tiennent plus que jamais à leurs revendications. La France doit faire acte de repentance de ses crimes coloniaux, si elle veut construire des relations saines avec l'Algerie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.