PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelaziz Djerad évoque "l'autonomie" des universités
Rentrée universitaire
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 12 - 2020

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a plaidé lors d'une visite à M'Sila, hier, pour uneréforme de l'enseignement supérieur et pour l'ouverture de l'Université algérienne sur "son environnement national et international".
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a plaidé lors d'une visite à M'Sila, hier, pour uneréforme de l'enseignement supérieur et pour l'ouverture de l'Université algérienne sur "son environnement national et international".
I l a plaidé, lors d'une intervention à l'université Mohamed Boudiaf de M'Sila, pour l'amélioration de la qualité de l'enseignement et de la recherche scientifique. L'université doit, selon lui, maîtriser les moyens technologiques et numériques et rationaliser ses dépenses en vue "d'une gouvernance efficace". "Cela permettra d'aller graduellement vers l'autonomie des universités, et de développer leurs capacités
en matière d'innovation. Il est impératif d'entamer la conception d'une vision intégrée pour réformer le système des
oeuvres universitaires, selon une approche rationnelle", a-t-il dit, en soulignant la
nécessité d'améliorer les conditions d'hébergement, de restauration et de couverture sanitaire pour les étudiants. Il a estimé, que la formation universitairedoit s'adapter aussi aux exigences du développement local. "J'appelle toutes les compétences scientifiques algériennes, enseignants-chercheurs, chercheurs permanents, chercheurs établis à l'étranger, à contribuer à la prise en charge des besoins actuels exprimés par la société, aux fins de créer les conditions d'une reprise économique", a-t-il dit. Il faut, selon lui, tirer profit des recherches scientifiques en les mettant en application sur le terrain. "La crise sanitaire mondiale a montré l'importance de la recherche scientifique et des laboratoires. La recherche scientifique aide à la prise de décision", a-t-il noté.
Plan de recherche sur la sécurité alimentaire et énergétique
Intervenant avant le Premier ministre, Abdelbaki Benziane, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a annoncé que le gouvernement a adopté dernièrement, un plan national de recherche. "Un plan pluriannuel qui comprend trois programmes prioritaires: la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique et la santé. Il s'agit de plus de 700 projets de recherche qui seront pris en charge à partir de 2021", a-t-il annoncé. M. Benziane évoque la révision prochaine de la loi 99/05 du 4 avril 1999, portant loi d'orientation sur l'enseignement supérieur (revue en 2008 pour introduire le système LMD) et appelé la communauté universitaire à faire des propositions pour "enrichir le projet d'amendement". "Cette loi présenteun certain nombre de dysfonctionnements.
L'insuffisance majeure qui a étéconstatée, c'est l'absence d'un outil de gouvernance. S'ajoutent à cela, la non adoption des normes de qualité dans la formation au niveau des universités, la faible interactivité entre l'université et l'entreprise, l'absence d'une carte de formation universitaire, la faible contribution du secteur privé dans l'effort de l'enseignement supérieur, l'ouverture timide sur l'international", a détaillé, lors d'une intervention à la Radio algérienne, ce mardi 15 décembre, Boualem Saidani, directeur des enseignements et de la formation, au ministère de l'Enseignement supérieur.
L'enseignement présentiel se fera par groupes pour les matières essentielles
Les étudiants ne seront présents dans les amphithéâtres et classes que deux fois par semaine. Et, un tiers des étudiants occupera les cités universitaires avec priorité pour ceux qui viennent du sud du pays. L'enseignement présentiel se fera par groupes pour les étudiants, uniquement pour les matières essentielles. Cet enseignement, qui concerne un tiers des étudiants,sera assuré pour une moyenne de12 semaines par semestre. Les établissements universitaires auront toutefois la liberté d'adapter ce système selon les spécialités, le nombre d'étudiants et les capacités d'accueil. "Dans certains établissements, il est possible d'accueillir la moitiédu nombre d'étudiants, dans d'autres,un tiers. Et pour les petits établissements, l'accueil des étudiants pourrait se faire à 100 %. Le plus important est de respecter scrupuleusement le protocole sanitaire
dans la situation que nous vivons actuellement (pour éviter la propagation de la Covid 19)", a précisé Abdelbaki Benziane, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, lors d'une interview accordée à une chaine de télévision privée. Les cours seront dispensés en grande partie à distance (ils ont commencé début décembre pour certains établissements)."L'enseignement à distance estune nouvelle expérience pour nous. Nous avons entamé la préparation des conférences en ligne en avril 2020. Les établissements universitaires ont ouvert des plate-formes numériques. Mais, nous avons constaté des failles en ce qui concerne la relation entre l'enseignant et l'étudiant. Après évaluation, nous avons adopté une nouvelle méthode en améliorant les connexions internet et en augmentant le débit", a-t-il ajouté.
Création prochaine d'une grande école de l'Intelligence artificielle
Le ministre a annoncé, par ailleurs, qu'un projet de décret est à l'étude au niveau duSGG (Secrétariat général du gouvernement), pour prendre en charge les insuffisances constatés dans l'application du système LMD (Licence-Master-Doctorat), et redéfinir les concepts qui en sont liés.Le système LMD a été introduit en Algérie en 2004, avant d'être généralisé à toutes les universités en 2010. "Un système qui doit être soumis à une évaluation continue parce que les préoccupations et la situation socio-économique changent dans le pays", a souligné le ministère. Sondépartement entend encourager la création de "pôles d'excellence".
En ce sens, Abdelbaki Benziane a parlé del'ouverture de trois grandes écoles : forêts (Khenchela), informatique et numérisation (Béjaia) et énergies renouvelables (Batna). Il a annoncé que deux autres grandes écoles seront ouvertes, spécialisées en Intelligence artificielle et en mathématiques. Le ministre a précisé, que le système de recherche scientifique sera revu, pour l'adapter aux exigences du secteur économique et que les diplômés en doctorat auront un statut particulier. A cet effet, "ledoctorat en entreprise" sera encouragé. En Algérie, il existe 109 établissements universitaires, répartis sur les 48 wilayas. Des établissements qui accueillent cett
I l a plaidé, lors d'une intervention à l'université Mohamed Boudiaf de M'Sila, pour l'amélioration de la qualité de l'enseignement et de la recherche scientifique. L'université doit, selon lui, maîtriser les moyens technologiques et numériques et rationaliser ses dépenses en vue "d'une gouvernance efficace". "Cela permettra d'aller graduellement vers l'autonomie des universités, et de développer leurs capacités
en matière d'innovation. Il est impératif d'entamer la conception d'une vision intégrée pour réformer le système des
oeuvres universitaires, selon une approche rationnelle", a-t-il dit, en soulignant la
nécessité d'améliorer les conditions d'hébergement, de restauration et de couverture sanitaire pour les étudiants. Il a estimé, que la formation universitairedoit s'adapter aussi aux exigences du développement local. "J'appelle toutes les compétences scientifiques algériennes, enseignants-chercheurs, chercheurs permanents, chercheurs établis à l'étranger, à contribuer à la prise en charge des besoins actuels exprimés par la société, aux fins de créer les conditions d'une reprise économique", a-t-il dit. Il faut, selon lui, tirer profit des recherches scientifiques en les mettant en application sur le terrain. "La crise sanitaire mondiale a montré l'importance de la recherche scientifique et des laboratoires. La recherche scientifique aide à la prise de décision", a-t-il noté.
Plan de recherche sur la sécurité alimentaire et énergétique
Intervenant avant le Premier ministre, Abdelbaki Benziane, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a annoncé que le gouvernement a adopté dernièrement, un plan national de recherche. "Un plan pluriannuel qui comprend trois programmes prioritaires: la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique et la santé. Il s'agit de plus de 700 projets de recherche qui seront pris en charge à partir de 2021", a-t-il annoncé. M. Benziane évoque la révision prochaine de la loi 99/05 du 4 avril 1999, portant loi d'orientation sur l'enseignement supérieur (revue en 2008 pour introduire le système LMD) et appelé la communauté universitaire à faire des propositions pour "enrichir le projet d'amendement". "Cette loi présenteun certain nombre de dysfonctionnements.
L'insuffisance majeure qui a étéconstatée, c'est l'absence d'un outil de gouvernance. S'ajoutent à cela, la non adoption des normes de qualité dans la formation au niveau des universités, la faible interactivité entre l'université et l'entreprise, l'absence d'une carte de formation universitaire, la faible contribution du secteur privé dans l'effort de l'enseignement supérieur, l'ouverture timide sur l'international", a détaillé, lors d'une intervention à la Radio algérienne, ce mardi 15 décembre, Boualem Saidani, directeur des enseignements et de la formation, au ministère de l'Enseignement supérieur.
L'enseignement présentiel se fera par groupes pour les matières essentielles
Les étudiants ne seront présents dans les amphithéâtres et classes que deux fois par semaine. Et, un tiers des étudiants occupera les cités universitaires avec priorité pour ceux qui viennent du sud du pays. L'enseignement présentiel se fera par groupes pour les étudiants, uniquement pour les matières essentielles. Cet enseignement, qui concerne un tiers des étudiants,sera assuré pour une moyenne de12 semaines par semestre. Les établissements universitaires auront toutefois la liberté d'adapter ce système selon les spécialités, le nombre d'étudiants et les capacités d'accueil. "Dans certains établissements, il est possible d'accueillir la moitiédu nombre d'étudiants, dans d'autres,un tiers. Et pour les petits établissements, l'accueil des étudiants pourrait se faire à 100 %. Le plus important est de respecter scrupuleusement le protocole sanitaire
dans la situation que nous vivons actuellement (pour éviter la propagation de la Covid 19)", a précisé Abdelbaki Benziane, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, lors d'une interview accordée à une chaine de télévision privée. Les cours seront dispensés en grande partie à distance (ils ont commencé début décembre pour certains établissements)."L'enseignement à distance estune nouvelle expérience pour nous. Nous avons entamé la préparation des conférences en ligne en avril 2020. Les établissements universitaires ont ouvert des plate-formes numériques. Mais, nous avons constaté des failles en ce qui concerne la relation entre l'enseignant et l'étudiant. Après évaluation, nous avons adopté une nouvelle méthode en améliorant les connexions internet et en augmentant le débit", a-t-il ajouté.
Création prochaine d'une grande école de l'Intelligence artificielle
Le ministre a annoncé, par ailleurs, qu'un projet de décret est à l'étude au niveau duSGG (Secrétariat général du gouvernement), pour prendre en charge les insuffisances constatés dans l'application du système LMD (Licence-Master-Doctorat), et redéfinir les concepts qui en sont liés.Le système LMD a été introduit en Algérie en 2004, avant d'être généralisé à toutes les universités en 2010. "Un système qui doit être soumis à une évaluation continue parce que les préoccupations et la situation socio-économique changent dans le pays", a souligné le ministère. Sondépartement entend encourager la création de "pôles d'excellence".
En ce sens, Abdelbaki Benziane a parlé del'ouverture de trois grandes écoles : forêts (Khenchela), informatique et numérisation (Béjaia) et énergies renouvelables (Batna). Il a annoncé que deux autres grandes écoles seront ouvertes, spécialisées en Intelligence artificielle et en mathématiques. Le ministre a précisé, que le système de recherche scientifique sera revu, pour l'adapter aux exigences du secteur économique et que les diplômés en doctorat auront un statut particulier. A cet effet, "ledoctorat en entreprise" sera encouragé. En Algérie, il existe 109 établissements universitaires, répartis sur les 48 wilayas. Des établissements qui accueillent cett


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.