Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Froger poussé vers la sortie ?    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grandes manoeuvres et sourde bataille
Importation de vehicules neufs
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 01 - 2021

Finalement, le ministère de l'Industrie a donné le quitus à quatre concessionnaires,désormais autorisés à importer des véhicules neufs. L'annonce a été faite en début de soirée d'avant-hier, après une longue attente.
Finalement, le ministère de l'Industrie a donné le quitus à quatre concessionnaires,désormais autorisés à importer des véhicules neufs. L'annonce a été faite en début de soirée d'avant-hier, après une longue attente.
C'est un lourd dossier qui a suscité de nombreuses controverses et polémiques et autour duquel, sans doute, la bataille a été depuis ledébut féroce entre les différentes partiesintéressées par la question de l'importation des véhicules neufs. D'où, à l'evidence, les multiples rebondissements et autres retournements de situation qui ont laissé pantois plus d'un observateur. D'ailleurs, l'annonce, qui devait intervenir dimanche comme annoncé préalablement par le ministère, n'est finalement intervenue que lundi, soit avec un décalage de 24 heures. Ce qui a, en toute logique, suscité des interrogations sur ce décalage. Ensuite, le ministère n'a pas dévoilé l'identité des quatre operateurs qui ont réussi à obtenir cet agrément provisoire. Et là aussi, les interrogations vont bon train sur les motifs duministère qui a gardé "secrete", l'identité des heureux gagnants. Et même l'explication donnée par le ministère de l'Industrie n'a pas convaincu grandmonde. Anticipant sans doute les questionnements, le ministère a estimé, que les "notifications de décisions sont destinées uniquement aux intéressés, et ne sont pas portées à la connaissance du public", ajoutant que la "loi prohibant la publication d'informations d‘ordre professionnel privé, à toute autre partie que celles intéressées par la procédure".
Le ministère précise, en outre, que les autorisations provisoires ont été signées par le ministre Ferhat Ait A i, "sur avis du Comité technique chargé de l'examen et du suivi des dossiers relatifs à l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs". Comme quoi, le ministre s'est juste borné a avaliser la décision de ce Comité, contrairement à ce que pensent certains qui soupconnent des lobbies tapis dans l'ombre, qui seraient à l'origine de toutes ces décisions. Et justement, le communiqué du ministère en a fait allusion, en accusant "certaines parties, tant internes qu'externes aux intérêts contraires, à ceux de l'économie nationale, et contrariées dans leurs démarches passées et projections futures", d'alimenter une campagne "tendancieuse à travers certains médias, dans le but vain d'influer sur la démarche du ministère de l'Industrie dans le sens d'une démarche non conforme à la réglementation édictée par les pouvoirs publics à cet effet". Soutenant mordicus, que la démarche est "transparente", le ministère n'a pas dévoilé l'identité de ces "parties", dont les intérêts sont contraires à l'économie nationale. Mais ces précisions prouvent que ce dossier n'a pas été facile a gérer, et il est évident, que de grosses manoeuvres et de sourdes batailles, ont opposé les cercles aux objectifs diamétralement opposés, àl'effet, bien évidemment, de peser et d'infléchir la décision des pouvoirs publics. Il est vrai que l'enjeu, financier s'entend, est de taille et aiguise les appétits des uns et des autres.
Le ministre Ferhat Ait Ali a annoncé, il y'a quelquesjours, que le budget qui sera alloué à l'importation des vehicules neufs, tourne autour de deux milliards de dollars. On comprend, dés lors, mieux pourquoi il y'a tant de manoeuvres autour de ce dossier, et pourquoi certains ont clairement affiché leur animosité contre la personne du ministre, allant même jusqu'à l'accuser d'être au service de puissants lobbies. Bien avant l'annonce de l'octroi de ces quatre autorisations d'importations, il a même été dit que le ministre oeuvrait contre les instructions du président de la République. Autant dire, que Ferhat Ait Ali est un ministre qui dérange, au point où certains espèrent même son limogeage.
C'est un lourd dossier qui a suscité de nombreuses controverses et polémiques et autour duquel, sans doute, la bataille a été depuis ledébut féroce entre les différentes partiesintéressées par la question de l'importation des véhicules neufs. D'où, à l'evidence, les multiples rebondissements et autres retournements de situation qui ont laissé pantois plus d'un observateur. D'ailleurs, l'annonce, qui devait intervenir dimanche comme annoncé préalablement par le ministère, n'est finalement intervenue que lundi, soit avec un décalage de 24 heures. Ce qui a, en toute logique, suscité des interrogations sur ce décalage. Ensuite, le ministère n'a pas dévoilé l'identité des quatre operateurs qui ont réussi à obtenir cet agrément provisoire. Et là aussi, les interrogations vont bon train sur les motifs duministère qui a gardé "secrete", l'identité des heureux gagnants. Et même l'explication donnée par le ministère de l'Industrie n'a pas convaincu grandmonde. Anticipant sans doute les questionnements, le ministère a estimé, que les "notifications de décisions sont destinées uniquement aux intéressés, et ne sont pas portées à la connaissance du public", ajoutant que la "loi prohibant la publication d'informations d‘ordre professionnel privé, à toute autre partie que celles intéressées par la procédure".
Le ministère précise, en outre, que les autorisations provisoires ont été signées par le ministre Ferhat Ait A i, "sur avis du Comité technique chargé de l'examen et du suivi des dossiers relatifs à l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs". Comme quoi, le ministre s'est juste borné a avaliser la décision de ce Comité, contrairement à ce que pensent certains qui soupconnent des lobbies tapis dans l'ombre, qui seraient à l'origine de toutes ces décisions. Et justement, le communiqué du ministère en a fait allusion, en accusant "certaines parties, tant internes qu'externes aux intérêts contraires, à ceux de l'économie nationale, et contrariées dans leurs démarches passées et projections futures", d'alimenter une campagne "tendancieuse à travers certains médias, dans le but vain d'influer sur la démarche du ministère de l'Industrie dans le sens d'une démarche non conforme à la réglementation édictée par les pouvoirs publics à cet effet". Soutenant mordicus, que la démarche est "transparente", le ministère n'a pas dévoilé l'identité de ces "parties", dont les intérêts sont contraires à l'économie nationale. Mais ces précisions prouvent que ce dossier n'a pas été facile a gérer, et il est évident, que de grosses manoeuvres et de sourdes batailles, ont opposé les cercles aux objectifs diamétralement opposés, àl'effet, bien évidemment, de peser et d'infléchir la décision des pouvoirs publics. Il est vrai que l'enjeu, financier s'entend, est de taille et aiguise les appétits des uns et des autres.
Le ministre Ferhat Ait Ali a annoncé, il y'a quelquesjours, que le budget qui sera alloué à l'importation des vehicules neufs, tourne autour de deux milliards de dollars. On comprend, dés lors, mieux pourquoi il y'a tant de manoeuvres autour de ce dossier, et pourquoi certains ont clairement affiché leur animosité contre la personne du ministre, allant même jusqu'à l'accuser d'être au service de puissants lobbies. Bien avant l'annonce de l'octroi de ces quatre autorisations d'importations, il a même été dit que le ministre oeuvrait contre les instructions du président de la République. Autant dire, que Ferhat Ait Ali est un ministre qui dérange, au point où certains espèrent même son limogeage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.