"Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    Le débit Internet 2 Mbs passe à 4 Mbs    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    Sanhadji soutient le maintien des frontières fermées    Le M.A.R.W. appelle à accomplir Salat El Istisqa samedi prochain    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    10.000 logements à la clé    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Beldjoud préside l'installation du wali de Timimoune    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Mahious passera sur le billard    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le visa est devenu un enjeu diplomatique
Un rapport parlementaire Francais le dèplore
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 01 - 2021

La question incommode, concernant l'octroi de visas français, ne cesse de provoquer une large déception populaire, suite à la réduction du quota de visas alloués aux Algériens !
La question incommode, concernant l'octroi de visas français, ne cesse de provoquer une large déception populaire, suite à la réduction du quota de visas alloués aux Algériens !
En effet, le dernier rapport sur la politique des visas de l'Etat français, réalisé par deux députés français établis à l'étranger, notamment en Afrique, M'jid El-Guerrab et Syra Sylla le confirme. Il révèle la baisse drastique des visas pour les Algériens, qui est passé de 412.000 en 2017 à 274.000 en 2019. Alors que 45% des demandes ont également été rejetées en 2019. Quant aux taux de refus mondial pour la même année, il était de 16%. Le rapport affirme notamment, que notre pays a nettement régressé dans le classement des nationalités bénéficiant du visa français, passant de la deuxième place en 2017, avec 413.976 visas, derrière la Chine avec 849.039 visas, au quatrième rang, avec 279.104 visas. En effet, la Russie précède l'Algérie avec 372. 451, le Maroc avec 334.016, l'Inde à 268.239 et la Tunisie à 154.011 visas octroyés. "Le durcissement des contrôles a même eu un effet ‘désincitatif ',
sur la demande des visas", observent les auteurs du rapport parlementaire, qui s'interrogent sur une "volonté clairement chiffrée et objective, de fermer la porte aux Algériennes et aux Algériens". Le chantage aux visas, ciblant les pays réfractaires à la réadmission de leurs ressortissants en situation irrégulière sur le territoire français, a également été dénoncé dans le rapport. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a reconnu dernièrement devant les membres du Sénat, que la France a opté pour cette solution afin de faciliter les expulsions, des individus radicalisés notamment. En effet, cette épineuse question, de la circulation des hommes et des femmes vers la France, mérite d'être posée. Car, les structures et les mécanismes mis en place, afin de la faciliter ou de la limiter, sont révélateurs des relations entre les deux pays et déterminent les liens qui peuvent exister entre leurs populations, les réglementations concernant la circulation ainsi que l'octroi et le refus de visa, peuvent s'avérer de véritables instruments diplomatiques. C'est ce qu'ont affirmé d'ailleurs les deux parlementaires français, dénonçant cette manière de procéder, qui montre clairement, que "le visa est devenu un enjeu diplomatique, inconciliable avec la politique d'attractivité de la France".
En effet, le dernier rapport sur la politique des visas de l'Etat français, réalisé par deux députés français établis à l'étranger, notamment en Afrique, M'jid El-Guerrab et Syra Sylla le confirme. Il révèle la baisse drastique des visas pour les Algériens, qui est passé de 412.000 en 2017 à 274.000 en 2019. Alors que 45% des demandes ont également été rejetées en 2019. Quant aux taux de refus mondial pour la même année, il était de 16%. Le rapport affirme notamment, que notre pays a nettement régressé dans le classement des nationalités bénéficiant du visa français, passant de la deuxième place en 2017, avec 413.976 visas, derrière la Chine avec 849.039 visas, au quatrième rang, avec 279.104 visas. En effet, la Russie précède l'Algérie avec 372. 451, le Maroc avec 334.016, l'Inde à 268.239 et la Tunisie à 154.011 visas octroyés. "Le durcissement des contrôles a même eu un effet ‘désincitatif ',
sur la demande des visas", observent les auteurs du rapport parlementaire, qui s'interrogent sur une "volonté clairement chiffrée et objective, de fermer la porte aux Algériennes et aux Algériens". Le chantage aux visas, ciblant les pays réfractaires à la réadmission de leurs ressortissants en situation irrégulière sur le territoire français, a également été dénoncé dans le rapport. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a reconnu dernièrement devant les membres du Sénat, que la France a opté pour cette solution afin de faciliter les expulsions, des individus radicalisés notamment. En effet, cette épineuse question, de la circulation des hommes et des femmes vers la France, mérite d'être posée. Car, les structures et les mécanismes mis en place, afin de la faciliter ou de la limiter, sont révélateurs des relations entre les deux pays et déterminent les liens qui peuvent exister entre leurs populations, les réglementations concernant la circulation ainsi que l'octroi et le refus de visa, peuvent s'avérer de véritables instruments diplomatiques. C'est ce qu'ont affirmé d'ailleurs les deux parlementaires français, dénonçant cette manière de procéder, qui montre clairement, que "le visa est devenu un enjeu diplomatique, inconciliable avec la politique d'attractivité de la France".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.