113ème vendredi de manifestations: La mobilisation ne faiblit pas    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Algérie Poste: Les grévistes menacés de licenciement    LA POUSSIÈRE SOUS LE TAPIS    Droit de grève et service public    Groupe Est: Le trio de tête en déplacement    FAF - Elu président à la majorité: Les chantiers de Charaf-Eddine Amara    Ligue 2 - Groupe Ouest: Sérieux tests pour l'ASMO et le CRT    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    Sidi Bel Abbès: Des jeunes manifestent contre le confinement    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Le processus électoral est inéluctable    Tebboune appelle à choisir «en toute liberté»    Le Hirak perd son inspiration    Place au carré se dessine    Brèves Omnisports    Lancement des essais du système d'éclairage    Garder son numéro en changeant d'opérateur    Le gouvernement desserre l'étau    L'entente cordiale    Takeda met à l'honneur «Home Infusion»    Les étudiants affichent leur mécontentement    Impressionnant bilan du MDN    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Le gouvernement français «regrette»...    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale
Circulation fiduciaire
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 03 - 2021

La Banque d'Algérie (BA) a confirmé la baisse des liquidités bancaires durant les 9 premiers mois de l'année 2020, mais qui a connu une amélioration durant le dernier trimestre de l'année passée.
La Banque d'Algérie (BA) a confirmé la baisse des liquidités bancaires durant les 9 premiers mois de l'année 2020, mais qui a connu une amélioration durant le dernier trimestre de l'année passée.
La Banque centrale a noté l'augmentation de 12,93 % de la circulation fiduciaire hors banques durant l'année 2020. Dans un communiqué publié dimanche 28 février 2021 et intitulé « "Evolution des situations monétaires et prudentielle à fin 2020", la Banque d'Algérie a indiqué que "la situation monétaire à fin 2020 indique une reprise de l'expansion de la masse monétaire au sens large." En effet, a précisé la Banque centrale, "après avoir enregistré un recul de 0,78 % à fin 2019, la masse monétaire a significativement augmenté à 7,12 % à fin 2020 culminant ainsi à 17.682,7 milliards de dinars contre 16.506,6 milliards de dinars fin 2019. Hors dépôts des hydrocarbures elle a augmenté de 0,05% contre 6,03 % à fin décembre 2019." La circulation fiduciaire hors banques augmenté de 12,93 %
La Banque d'Algérie a informé que la circulation fiduciaire hors banques a augmenté de 12,93 %, passant de 5.437,6 milliards de dinars à fin 2019 à 6.140,7 milliards de dinars fin 2020. "Elle représente 34,73 % de la masse monétaire à fin 2020 contre 32,94 % à fin 2019". Les dépôts à vue ont diminué de 3,22 %, baisse moindre que celle enregistrée à fin 2019 (-19 %). Ces dépôts sont passés de 4.351,2 milliards de dinars à fin 2019 à 4.211 milliards de dinars à fin 2020. Le communiqué de la BA précise : "En revanche les dépôts à terme ont enregistré une croissance positive de 3,98% pour l'année 2020 contre une hausse de 5.71 % une année auparavant." Par secteurs juridiques, "les dépôts à vue collectés auprès du secteur public et fortement baissé de 17,80 % a fin 2020. Quant aux dépôts à vue collectés auprès des entreprises privées et des ménages ils ont augmenté de 10,62% et 9,01% respectivement", a précisé encore la BA qui a ajouté :
"De même, les dépôts à terme en dinars collectés auprès du secteur public ont connu une baisse de 7.86 % alors que ceux collectés auprès des entreprises privées et des ménages ont enregistré une hausse de 30,53 % et 2,70 % respectivement." Selon la même source : "Les crédits à l'économie affichent une croissance de 3,05 % en 2020 contre 8,84 % en 2019. Ainsi, leur encours est passé de 10.857,8 milliards de dinars fin 2019 à 11.188,6 milliards de dinars à fin 2020. Aussi, les crédits accordés en 2020 aux entreprises publiques, aux entreprises privées et aux ménages ont augmenté respectivement de 2,57 3,45 % et 4,15 %." Parallèlement, par secteurs juridiques, les crédits accordés au secteur public représentent 51,67 % du total des crédits accordés en 2020 et les crédits accordés au secteur privé représentent 48,32 % dont 8 20 % sont accordés aux ménages. Baisse de la liquidité globale des banques au cours des 9 premiers mois de 2020 Par ailleurs, a relevé la BA, "la liquidité globale des banques a baissé au cours des 9 premiers mois de 2020 passant de 1.100,8 milliards de dinars à fin 2019 à 461,8 milliards de dinars à fin septembre 2020, corrélativement au déficit courant de la balance des paiements et aux impacts économiques de la pandémie Covid-19. Cette liquidité a commencé à s'améliorer au cours du dernier trimestre de 2020, sous l'effet des mesures de politique monétaire décidées par la Banque d'Algérie en matière de baisse du taux des réserves obligatoires de l'augmentation des seuils de refinancement des titres publics négociables de l'allongement de la durée des refinancements de 7 jours à 1 mois et de la satisfaction totale des demandes de refinancement des banques. Ainsi, la liquidité bancaire a atteint 632,3 milliards de dinars à fin 2020. En termes prudentiels, et au regard des inicateurs de solidité financière, l'analyse de la situation du système bancaire au 30
septembre 2020 (données provisoires) laisse apparaître, en termes de solvabilité, un coefficient de solvabilité global de 18 % et un coefficient de fonds propres d base de 14 % des niveaux d'élargissement supérieurs aux minimas réglementaires exigés à savoir au moins 7 % pour le coefficient des fonds propres de base et 9,5 % pour le coefficient de solvabilité, calculé sur la base des fonds propres réglementaires. Dans ce contexte, le coefficient de liquidité global à un mois, au 30 septembre 2020, se situe à 94.03 %. Un niveau supérieur au minimum de 60 % prévu par l'instruction 05-2020 du 6 avril 2020 portant mesures exceptionnelles d'allègement de certaines dispositions prudentielles applicables aux banques et établissements financiers. Enfin, il est à noter au 31 décembre 2020 que 95 % des banques dont les 6 banques publiques, ainsi que 90 % des établissements financiers se sont déjà élargis aux nouvelles exigences du capital minimum.
La Banque centrale a noté l'augmentation de 12,93 % de la circulation fiduciaire hors banques durant l'année 2020. Dans un communiqué publié dimanche 28 février 2021 et intitulé « "Evolution des situations monétaires et prudentielle à fin 2020", la Banque d'Algérie a indiqué que "la situation monétaire à fin 2020 indique une reprise de l'expansion de la masse monétaire au sens large." En effet, a précisé la Banque centrale, "après avoir enregistré un recul de 0,78 % à fin 2019, la masse monétaire a significativement augmenté à 7,12 % à fin 2020 culminant ainsi à 17.682,7 milliards de dinars contre 16.506,6 milliards de dinars fin 2019. Hors dépôts des hydrocarbures elle a augmenté de 0,05% contre 6,03 % à fin décembre 2019." La circulation fiduciaire hors banques augmenté de 12,93 %
La Banque d'Algérie a informé que la circulation fiduciaire hors banques a augmenté de 12,93 %, passant de 5.437,6 milliards de dinars à fin 2019 à 6.140,7 milliards de dinars fin 2020. "Elle représente 34,73 % de la masse monétaire à fin 2020 contre 32,94 % à fin 2019". Les dépôts à vue ont diminué de 3,22 %, baisse moindre que celle enregistrée à fin 2019 (-19 %). Ces dépôts sont passés de 4.351,2 milliards de dinars à fin 2019 à 4.211 milliards de dinars à fin 2020. Le communiqué de la BA précise : "En revanche les dépôts à terme ont enregistré une croissance positive de 3,98% pour l'année 2020 contre une hausse de 5.71 % une année auparavant." Par secteurs juridiques, "les dépôts à vue collectés auprès du secteur public et fortement baissé de 17,80 % a fin 2020. Quant aux dépôts à vue collectés auprès des entreprises privées et des ménages ils ont augmenté de 10,62% et 9,01% respectivement", a précisé encore la BA qui a ajouté :
"De même, les dépôts à terme en dinars collectés auprès du secteur public ont connu une baisse de 7.86 % alors que ceux collectés auprès des entreprises privées et des ménages ont enregistré une hausse de 30,53 % et 2,70 % respectivement." Selon la même source : "Les crédits à l'économie affichent une croissance de 3,05 % en 2020 contre 8,84 % en 2019. Ainsi, leur encours est passé de 10.857,8 milliards de dinars fin 2019 à 11.188,6 milliards de dinars à fin 2020. Aussi, les crédits accordés en 2020 aux entreprises publiques, aux entreprises privées et aux ménages ont augmenté respectivement de 2,57 3,45 % et 4,15 %." Parallèlement, par secteurs juridiques, les crédits accordés au secteur public représentent 51,67 % du total des crédits accordés en 2020 et les crédits accordés au secteur privé représentent 48,32 % dont 8 20 % sont accordés aux ménages. Baisse de la liquidité globale des banques au cours des 9 premiers mois de 2020 Par ailleurs, a relevé la BA, "la liquidité globale des banques a baissé au cours des 9 premiers mois de 2020 passant de 1.100,8 milliards de dinars à fin 2019 à 461,8 milliards de dinars à fin septembre 2020, corrélativement au déficit courant de la balance des paiements et aux impacts économiques de la pandémie Covid-19. Cette liquidité a commencé à s'améliorer au cours du dernier trimestre de 2020, sous l'effet des mesures de politique monétaire décidées par la Banque d'Algérie en matière de baisse du taux des réserves obligatoires de l'augmentation des seuils de refinancement des titres publics négociables de l'allongement de la durée des refinancements de 7 jours à 1 mois et de la satisfaction totale des demandes de refinancement des banques. Ainsi, la liquidité bancaire a atteint 632,3 milliards de dinars à fin 2020. En termes prudentiels, et au regard des inicateurs de solidité financière, l'analyse de la situation du système bancaire au 30
septembre 2020 (données provisoires) laisse apparaître, en termes de solvabilité, un coefficient de solvabilité global de 18 % et un coefficient de fonds propres d base de 14 % des niveaux d'élargissement supérieurs aux minimas réglementaires exigés à savoir au moins 7 % pour le coefficient des fonds propres de base et 9,5 % pour le coefficient de solvabilité, calculé sur la base des fonds propres réglementaires. Dans ce contexte, le coefficient de liquidité global à un mois, au 30 septembre 2020, se situe à 94.03 %. Un niveau supérieur au minimum de 60 % prévu par l'instruction 05-2020 du 6 avril 2020 portant mesures exceptionnelles d'allègement de certaines dispositions prudentielles applicables aux banques et établissements financiers. Enfin, il est à noter au 31 décembre 2020 que 95 % des banques dont les 6 banques publiques, ainsi que 90 % des établissements financiers se sont déjà élargis aux nouvelles exigences du capital minimum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.