[Vidéo] Scène héroïque des sapeurs-pompiers à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Révolution dans le football européen
Naissance de la super ligue
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2021

Depuis le temps que la menace planait au-dessus du football européen, elle a fini par prendre corps. Dimanche, douze puissants du Vieux Continent ont annoncé la naissance de la Super Ligue, censée remplacer la Ligue des champions et rapporter beaucoup d'argent à une poignée de clubs, tels le Real Madrid ou la Juventus Turin. Des clubs qui viennent de piétiner leur histoire et le jeu. Peut-être avaient-ils un peu honte d'oeuvrer en plein jour, alors ils ont patienté jusqu'à la nuit tombée pour officiellement dévoiler leurs noirs desseins.
Depuis le temps que la menace planait au-dessus du football européen, elle a fini par prendre corps. Dimanche, douze puissants du Vieux Continent ont annoncé la naissance de la Super Ligue, censée remplacer la Ligue des champions et rapporter beaucoup d'argent à une poignée de clubs, tels le Real Madrid ou la Juventus Turin. Des clubs qui viennent de piétiner leur histoire et le jeu. Peut-être avaient-ils un peu honte d'oeuvrer en plein jour, alors ils ont patienté jusqu'à la nuit tombée pour officiellement dévoiler leurs noirs desseins.
A moins qu'ils n'aient simplement attendu que les compétitions domestiques aient rendu leur verdict dominical. Ce serait, vous en conviendrez, pour le moins ironique. Et très cynique. Ce qui, pour lecoup, est beaucoup plus plausible. Pour être tout à fait honnête, on serait étonné qu'ils se sentent honteux. Et qu'ils respectent encore un tant soit peu les championnats nationaux, ces compétitions d'un autre âge qui ne leur rapportent plus assez pour continuer à vivre au-dessus de leurs moyens.
Karim Benzema et Frenkie de Jong lors du match opposant le FC Barcelone au Real Madrid, le 24 octobre 2020, en Liga Pour la postérité et l'infamie, on va citer leurs noms : Real Madrid, FC Barcelone, Atlético Madrid, Juventus Turin, Inter Milan, AC Milan, Liverpool, Manchester United, Manchester City, Arsenal, Tottenham et Chelsea. Ces douze-là, on serait bien tenté de leur accoler un qualificatif qui renverrait au septième art mais cela ne serait pas forcément bienvenu, même si l'on n'en pense pas moins. On va simplement les appeler les fossoyeurs. Le Covid a bon dos Depuis le temps qu'ils laissaient planer la menace d'une sécession, ils sont (enfin) passés à l'acte. Dimanche, douze clubs puissants (et pas tous grands) ont annoncé le lancement de leur Super Ligue qui, soit dit en passant, n'a de super que le nom. Site internet, logo à l'appui et communiqué écrit sur un coin de nappe, la bande des fossoyeurs a succinctement présenté son bébé au monde. Si Florentino Perez, Andrea Agnelli et compagnie ont déjà pensé au format, ils ont surtout réfléchi aux finances. Parce que, finalement, ce n'est pas le visage de la Super Ligue qui leur importe mais combien elle va leur rapporter, alors que la crise leur est tombée sur le bec et que l'UEFA ne leur fait jamais assez de courbettes. Ce lundi, l'institution qui régit (toujours) le football européen doit d'ailleurs officialiser la réforme de la Ligue des champions, censée entrer en vigueur en 2024.
Vous savez celle à 36 clubs, au système suisse et au premier tour interminable... L'UEFA a eu beau se coucher devant les desiderata des grands clubs, ça n'a finalement pas suffi. Dimanche soir, les douze sécessionnistes ont justifié leur passage à l'acte, non pas au nom du sport, mais de leurs portefeuilles. Le Covid est passé par là et il a sérieusement grevé leurs finances ces derniers mois. Mais il a bon dos le Covid. Il n'est pourtant qu'un révélateur dans toute cette histoire. Le révélateur de leurs inconséquences et d'une fuite en avant qui dure depuis trop longtemps. Ces clubs - et ils ne sont pas les seuls - vivent au-dessus de leurs moyens. Endettés jusqu'au cou, ils n'ont d'autre solution que de chercher des pigeons pour financer leur excès et s'offrir le luxe de continuer à balancer l'argent par les fenêtres. Parce qu'ils ne savent pas faire autrement. Il suffit de jeter un coup d'oeil à leurs livres de comptes pour s'en persuader. L'Europe assommée par la Super Ligue La Super Ligue est annoncée, verra-t-elle le jour pour autant ? Rien n'est moins sûr. Par cette annonce nocturne et conjointe, les douze ont surtout voulu mettre un bon coup de pression sur l'UEFA qui, on l'espère, va définitivement comprendre qu'il ne sert à rien de se coucher devant ces gens-là. Leur tendre la main, c'est risquer son bras, et, toujours, l'assurance de se mettre le doigt dans l'oeil.
Il est probablement temps de manier le bâton et d'oublier la carotte. "Criminel", "honte", "dernier clou du cercueil" : la Super Ligue a déjà tout le monde à dos A cette heure, on ne sait pas si le Real, le Barça, les clubs de Manchester et les autres iront au bout de leurs idées et seront exclus, eux et leurs joueurs, des compétitions UEFA et FIFA. Mais, quoi qu'il advienne, quelque chose s'est cassé ce dimanche. Qu'ils mettent ou non leur menace à exécution, on ne les regardera plus du même oeil. Notamment ceux dont on pensait que la vertu était une qualité et non un fonds de commerce. On pense à Liverpool, évidemment. On pense à Bill Shankly. On pense à Bob Paisley. On pense au Kop. A Anfield. On se dit que ce n'est pas vrai Que c'est un cauchemar. Que l'on va se réveiller. Mais on a beau se pincer...
A moins qu'ils n'aient simplement attendu que les compétitions domestiques aient rendu leur verdict dominical. Ce serait, vous en conviendrez, pour le moins ironique. Et très cynique. Ce qui, pour lecoup, est beaucoup plus plausible. Pour être tout à fait honnête, on serait étonné qu'ils se sentent honteux. Et qu'ils respectent encore un tant soit peu les championnats nationaux, ces compétitions d'un autre âge qui ne leur rapportent plus assez pour continuer à vivre au-dessus de leurs moyens.
Karim Benzema et Frenkie de Jong lors du match opposant le FC Barcelone au Real Madrid, le 24 octobre 2020, en Liga Pour la postérité et l'infamie, on va citer leurs noms : Real Madrid, FC Barcelone, Atlético Madrid, Juventus Turin, Inter Milan, AC Milan, Liverpool, Manchester United, Manchester City, Arsenal, Tottenham et Chelsea. Ces douze-là, on serait bien tenté de leur accoler un qualificatif qui renverrait au septième art mais cela ne serait pas forcément bienvenu, même si l'on n'en pense pas moins. On va simplement les appeler les fossoyeurs. Le Covid a bon dos Depuis le temps qu'ils laissaient planer la menace d'une sécession, ils sont (enfin) passés à l'acte. Dimanche, douze clubs puissants (et pas tous grands) ont annoncé le lancement de leur Super Ligue qui, soit dit en passant, n'a de super que le nom. Site internet, logo à l'appui et communiqué écrit sur un coin de nappe, la bande des fossoyeurs a succinctement présenté son bébé au monde. Si Florentino Perez, Andrea Agnelli et compagnie ont déjà pensé au format, ils ont surtout réfléchi aux finances. Parce que, finalement, ce n'est pas le visage de la Super Ligue qui leur importe mais combien elle va leur rapporter, alors que la crise leur est tombée sur le bec et que l'UEFA ne leur fait jamais assez de courbettes. Ce lundi, l'institution qui régit (toujours) le football européen doit d'ailleurs officialiser la réforme de la Ligue des champions, censée entrer en vigueur en 2024.
Vous savez celle à 36 clubs, au système suisse et au premier tour interminable... L'UEFA a eu beau se coucher devant les desiderata des grands clubs, ça n'a finalement pas suffi. Dimanche soir, les douze sécessionnistes ont justifié leur passage à l'acte, non pas au nom du sport, mais de leurs portefeuilles. Le Covid est passé par là et il a sérieusement grevé leurs finances ces derniers mois. Mais il a bon dos le Covid. Il n'est pourtant qu'un révélateur dans toute cette histoire. Le révélateur de leurs inconséquences et d'une fuite en avant qui dure depuis trop longtemps. Ces clubs - et ils ne sont pas les seuls - vivent au-dessus de leurs moyens. Endettés jusqu'au cou, ils n'ont d'autre solution que de chercher des pigeons pour financer leur excès et s'offrir le luxe de continuer à balancer l'argent par les fenêtres. Parce qu'ils ne savent pas faire autrement. Il suffit de jeter un coup d'oeil à leurs livres de comptes pour s'en persuader. L'Europe assommée par la Super Ligue La Super Ligue est annoncée, verra-t-elle le jour pour autant ? Rien n'est moins sûr. Par cette annonce nocturne et conjointe, les douze ont surtout voulu mettre un bon coup de pression sur l'UEFA qui, on l'espère, va définitivement comprendre qu'il ne sert à rien de se coucher devant ces gens-là. Leur tendre la main, c'est risquer son bras, et, toujours, l'assurance de se mettre le doigt dans l'oeil.
Il est probablement temps de manier le bâton et d'oublier la carotte. "Criminel", "honte", "dernier clou du cercueil" : la Super Ligue a déjà tout le monde à dos A cette heure, on ne sait pas si le Real, le Barça, les clubs de Manchester et les autres iront au bout de leurs idées et seront exclus, eux et leurs joueurs, des compétitions UEFA et FIFA. Mais, quoi qu'il advienne, quelque chose s'est cassé ce dimanche. Qu'ils mettent ou non leur menace à exécution, on ne les regardera plus du même oeil. Notamment ceux dont on pensait que la vertu était une qualité et non un fonds de commerce. On pense à Liverpool, évidemment. On pense à Bill Shankly. On pense à Bob Paisley. On pense au Kop. A Anfield. On se dit que ce n'est pas vrai Que c'est un cauchemar. Que l'on va se réveiller. Mais on a beau se pincer...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.