Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    En finir avec les «gamineries»!    Divindus chez Zeghdar    Beldjoud exige une accélération du rythme    Les professionnels du tourisme suffoquent    Les partis islamistes s'agitent    Des groupes pro-Iran saluent la «fin de la mission de combat» des Etats-Unis    Le temps que le péril passe    Osaka s'est éteinte à domicile    Benchabla battu en 8es de finale    Les Américaines passent en quarts    Le diktat des solariums a la peau dure    Un «ouf» de soulagement    Un plan d'urgence s'impose    «La famille de Barack Obama produira un film sur ma carrière...»    Henri Vernes est mort    Le livre aura son festival à Bouzeguène    Les spécialistes pointent les insuffisances    L'administration biden souhaite travailler avec l'Algérie    Un hôtel transformé en hôpital à Zéralda    Du nouveau pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    Lamamra s'entretient avec Hood sur les perspectives du règlement des crises dans la région    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Dekimeche s'en va, Hanniched promu    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Tebboune réitère son "niet"    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?
Enseignement supérieur
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 06 - 2021

L'agence d'accréditation et d'assurance qualité aura un statut particulier et sera complètement indépendante. Elle aura en charge l'évaluation du secteur, notamment, des offres de formation...
L'agence d'accréditation et d'assurance qualité aura un statut particulier et sera complètement indépendante. Elle aura en charge l'évaluation du secteur, notamment, des offres de formation...
Le directeur général de l'enseignement et de la formation supérieure, au ministère de l'Enseignement supérieur (MERS), Boualem Saïdani, le soutient mordicus. "La loi date de 1999, elle a été partiellement révisée en 2008 avec l'introduction du système LMD. Après vingt ans d'existence, cette loi mérite d'être révisée dans son intégralité et en profondeur" a-til indiqué, mercredi, sur les ondes de la Radio nationale. L'invité de la rédaction de la chaîne3 pose comme critères essentiels prioritaires pour la nouvelle approche du MERS, la qualité de la formation.
Pour ce faire il a focalisé sur une mesure phare, tendant à la création d'une agence d'accréditation et d'assurance qualité, "eu égard à l'exigence mondiale en matière de qualité de la formation, de la recherche et de la gouvernance de nos universités", a-til expliqué. Et de préciser que cette "agence aura un statut particulier et sera complètement indépendante", soulignant qu'"elle aura en charge l'évaluation du secteur notamment, des offres de formation". Sur ce plan, il notera que si "jusque-là le montage des offres de formation, leur habilitation et leur accréditation se faisaient en interne, la mise en place de l'agence permettra d'apporter un regard extérieur pour une évaluation plus objective la qualité des offres de formations dispensées". Cette agence va "s'efforcer de faire respecter les normes internationales. Elle permettra ainsi au secteur de l'Enseignement supérieur de répondre aux standards universels", dira-t-il en substance.
Quid de la gouvernance des universités ?
Boualem Saïdani a, par ailleurs, axé sur la qualité de la gestion des universités ; jugée également comme une priorité pour le MERS. "La gouvernance des établissements universitaires est essentielle et doit également répondre au standard international", affirmera-t-il, prévenant qu'"à moyen terme, nos diplômes doivent répondre à des standards universels, faute de quoi ils ne seront plus reconnus à l'échelle planétaire, c'est pourquoi, nous considérons que cette agence est essentielle". Sur ce chapitre et s'adossant à l'exemple des diplômes de médecine, il pointe "l'obsolescence des programmes", déplorant que "la formation médicale n'ait pas été révisée depuis les années 70, ce alors que la science et la technologie ont beaucoup évolués", a-t-il conclu.
Le directeur général de l'enseignement et de la formation supérieure, au ministère de l'Enseignement supérieur (MERS), Boualem Saïdani, le soutient mordicus. "La loi date de 1999, elle a été partiellement révisée en 2008 avec l'introduction du système LMD. Après vingt ans d'existence, cette loi mérite d'être révisée dans son intégralité et en profondeur" a-til indiqué, mercredi, sur les ondes de la Radio nationale. L'invité de la rédaction de la chaîne3 pose comme critères essentiels prioritaires pour la nouvelle approche du MERS, la qualité de la formation.
Pour ce faire il a focalisé sur une mesure phare, tendant à la création d'une agence d'accréditation et d'assurance qualité, "eu égard à l'exigence mondiale en matière de qualité de la formation, de la recherche et de la gouvernance de nos universités", a-til expliqué. Et de préciser que cette "agence aura un statut particulier et sera complètement indépendante", soulignant qu'"elle aura en charge l'évaluation du secteur notamment, des offres de formation". Sur ce plan, il notera que si "jusque-là le montage des offres de formation, leur habilitation et leur accréditation se faisaient en interne, la mise en place de l'agence permettra d'apporter un regard extérieur pour une évaluation plus objective la qualité des offres de formations dispensées". Cette agence va "s'efforcer de faire respecter les normes internationales. Elle permettra ainsi au secteur de l'Enseignement supérieur de répondre aux standards universels", dira-t-il en substance.
Quid de la gouvernance des universités ?
Boualem Saïdani a, par ailleurs, axé sur la qualité de la gestion des universités ; jugée également comme une priorité pour le MERS. "La gouvernance des établissements universitaires est essentielle et doit également répondre au standard international", affirmera-t-il, prévenant qu'"à moyen terme, nos diplômes doivent répondre à des standards universels, faute de quoi ils ne seront plus reconnus à l'échelle planétaire, c'est pourquoi, nous considérons que cette agence est essentielle". Sur ce chapitre et s'adossant à l'exemple des diplômes de médecine, il pointe "l'obsolescence des programmes", déplorant que "la formation médicale n'ait pas été révisée depuis les années 70, ce alors que la science et la technologie ont beaucoup évolués", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.