Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Nous respectons la souveraineté de la Tunisie et sommes solidaires avec son peuple"
Lamamra :
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 08 - 2021

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra et son homologue égyptien, Sameh Shoukri ont mis en avant les profondes relations de coopération liant les deux pays dans divers domaines ainsi que la coordination commune autour des différentes questions d'intérêt commun.
Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra et son homologue égyptien, Sameh Shoukri ont mis en avant les profondes relations de coopération liant les deux pays dans divers domaines ainsi que la coordination commune autour des différentes questions d'intérêt commun.
Le chef de la diplomatie algérienne en visite en Egypte, a indiqué lors d'une conférence de presse animée conjointement avec son homologue égyptien, au terme de leur entretien, qu'il était porteur d'un message "d'amitié et de fraternité" de la part du président de la République, Abdelmadjid Tebboune au Président égyptien, Abdel-Fattah Al-Sissi Ce message insiste sur la nécessité de demeurer attaché au renforcement des relations bilatérales, à la lumière des liens historiques unissant les deux pays, a précisé M.
Lamamra, soulignant que le président de la République l'avait chargé d'effectuer une tournée dans nombre de pays frères et amis, dont "l'Egypte pour examiner plusieurs questions liées notamment au partenaria stratégique et à d'autres dossiers concernant la région du Maghreb, l'espace sahélo-saharien et la Corne de l'Afrique, objet de concertation avec l'Egypte". Répondant à une question sur ses visites en Ethiopie et au Soudan avant d'arriver au Caire et la vision algérienne sur une éventuelle issue au conflit du méga-barrage de la Renaissance, le chef de la diplomatie a affirmé que l'Algérie croit que les relations entre les pays du delta du Nil, à savoir le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie, passent par une conjoncture, qu'elle qualifie de "délicate". L'Algérie suit avec intérêt ce dossier "car étant capital pour des pays frères et amis", a expliqué M. Lamamra, mettant l'accent sur la position algérienne constante et son attachement " à ne pas mettre vainement la relation stratégique et privilégiée entre les parties arabe et africaine en péril".
Il a insisté au passage sur la nécessité d'aboutir à des solutions satisfaisantes à même de garantir les droits et devoirs de chaque partie pour consacrer la transparence absolue dans cette relation devant être établie sur des bases solides. Le barrage de la renaissance est une "question mondiale" qui a été le thème d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU et abordé dans plusieurs tribunes de par son importance. Nous devons apporter des vues et des idées à ce sujet. Le chef de la diplomatie algérienne a souligné la volonté constante de l'Algérie, dès lors que les conditions sont réunies, d'être une partie de la solution dans tous les dossiers majeurs qui intéressent nos frères. "Nous communiquons à notre direction les positions des frères dans les trois pays", at- il dit. S'agissant des développements en Tunisie, M. Lamamra a indiqué que la situation qui prévaut dans ce pays frère est "une affaire interne. Nous respectons la souveraineté de la Tunisie et sommes solidaires avec le peuple tunisien frère". L'Algérie, qui entretient des contacts avec ses dirigeants, est convaincue que le peuple tunisien surmontera cette phase et que des mesures seront prises pour mettre le processus politique et institutionnel de la Tunisie sur la bonne voie, a-t-il soutenu.
Pour ce qui est de la situation au Liban, il a précisé que l'Algérie faisait partie des dispositions prises par la Ligue arabe avec les frères au Liban, qui ont été sanctionnées par la signature de l'Accord de Taëf, ajoutant que des consultations sont en cours entre les composantes du peuple libanais pour la formation d'un gouvernement à même de conduire le pays vers un avenir meilleur. Concernant les derniers développements de la situation en Libye et la tenue d'élections à la fin de l'année en cours, M. Lamamra a précisé que « la scène libyenne enregistre un progrès par rapport aux épreuves endurées par le peuple libyen qui », a-t-il dit,« a pris conscience que l'avenir de la Libye est entre les mains du peuple libyen et que les pays du voisinage ont une entière responsabilité vis-à-vis de la Libye. » Le chef de la diplomatie a souhaité que les élections libyennes prévues permettent le rétablissement de la stabilité et de la sécurité dans le pays. De son côté, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukri a indiqué que "l'Egypte et l'Algérie accordent une extrême importance à la situation en Libye, étant deux pays du voisinage direct de la Libye avec laquelle ils ont des liens historiques et fraternels. De même, l'Egypte et l'Algérie partagent la même grande préoccupation concernant les pressions sur les Libyens, et nous oeuvrons au rétablissement de la sécurité et de la stabilité en Libye au profit du peuple libyen", a-t-il ajouté.
Se disant "optimiste" de voir le Forum du dialogue libyen aboutir à une sortie de crise en Libye et de voir les élections en Libye conforter la stabilité, la sécurité et la souveraineté sur le territoire libyen, M. Shoukri a affirmé que "l'Egypte aspire à davantage de coopération avec l'Algérie, en vue de restaurer la stabilité en Libye, tout en oeuvrant à travers les pays voisins, au soutien de l'Etat national libyen et de son action pour l'intérêt de son peuple". Il a, en outre, fait état d'une coordination entre l'Egypte et l'Algérie autour de la situation en Libye, en sus de la sollicitation d'autres partenaires qui portent de l'intérêt à la question libyenne. Le ministre égyptien des Affaires étrangères a fait savoir qu'il a tenu une séance de discussions bilatérales avec son homologue Lamamra, suivie d'une autre séance élargie aux délégations des deux pays, lors desquelles les voies et moyens de consolidation des relations et les principales questions régionales et internationales d'intérêt commun ont été abordés. M. Shoukri a indiqué qu'il a été "conven de poursuivre la concertation et les contacts, au mieux des intérêts de nos peuples et de la stabilité dans les deux régions arabe et africaine, ajoutant que le monde et la région font face à de grands défis, y compris ceux liés à la pandémie de coronavirus qui a entravé la programmation de la maîtrise des perspectives".
Le chef de la diplomatie algérienne en visite en Egypte, a indiqué lors d'une conférence de presse animée conjointement avec son homologue égyptien, au terme de leur entretien, qu'il était porteur d'un message "d'amitié et de fraternité" de la part du président de la République, Abdelmadjid Tebboune au Président égyptien, Abdel-Fattah Al-Sissi Ce message insiste sur la nécessité de demeurer attaché au renforcement des relations bilatérales, à la lumière des liens historiques unissant les deux pays, a précisé M.
Lamamra, soulignant que le président de la République l'avait chargé d'effectuer une tournée dans nombre de pays frères et amis, dont "l'Egypte pour examiner plusieurs questions liées notamment au partenaria stratégique et à d'autres dossiers concernant la région du Maghreb, l'espace sahélo-saharien et la Corne de l'Afrique, objet de concertation avec l'Egypte". Répondant à une question sur ses visites en Ethiopie et au Soudan avant d'arriver au Caire et la vision algérienne sur une éventuelle issue au conflit du méga-barrage de la Renaissance, le chef de la diplomatie a affirmé que l'Algérie croit que les relations entre les pays du delta du Nil, à savoir le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie, passent par une conjoncture, qu'elle qualifie de "délicate". L'Algérie suit avec intérêt ce dossier "car étant capital pour des pays frères et amis", a expliqué M. Lamamra, mettant l'accent sur la position algérienne constante et son attachement " à ne pas mettre vainement la relation stratégique et privilégiée entre les parties arabe et africaine en péril".
Il a insisté au passage sur la nécessité d'aboutir à des solutions satisfaisantes à même de garantir les droits et devoirs de chaque partie pour consacrer la transparence absolue dans cette relation devant être établie sur des bases solides. Le barrage de la renaissance est une "question mondiale" qui a été le thème d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU et abordé dans plusieurs tribunes de par son importance. Nous devons apporter des vues et des idées à ce sujet. Le chef de la diplomatie algérienne a souligné la volonté constante de l'Algérie, dès lors que les conditions sont réunies, d'être une partie de la solution dans tous les dossiers majeurs qui intéressent nos frères. "Nous communiquons à notre direction les positions des frères dans les trois pays", at- il dit. S'agissant des développements en Tunisie, M. Lamamra a indiqué que la situation qui prévaut dans ce pays frère est "une affaire interne. Nous respectons la souveraineté de la Tunisie et sommes solidaires avec le peuple tunisien frère". L'Algérie, qui entretient des contacts avec ses dirigeants, est convaincue que le peuple tunisien surmontera cette phase et que des mesures seront prises pour mettre le processus politique et institutionnel de la Tunisie sur la bonne voie, a-t-il soutenu.
Pour ce qui est de la situation au Liban, il a précisé que l'Algérie faisait partie des dispositions prises par la Ligue arabe avec les frères au Liban, qui ont été sanctionnées par la signature de l'Accord de Taëf, ajoutant que des consultations sont en cours entre les composantes du peuple libanais pour la formation d'un gouvernement à même de conduire le pays vers un avenir meilleur. Concernant les derniers développements de la situation en Libye et la tenue d'élections à la fin de l'année en cours, M. Lamamra a précisé que « la scène libyenne enregistre un progrès par rapport aux épreuves endurées par le peuple libyen qui », a-t-il dit,« a pris conscience que l'avenir de la Libye est entre les mains du peuple libyen et que les pays du voisinage ont une entière responsabilité vis-à-vis de la Libye. » Le chef de la diplomatie a souhaité que les élections libyennes prévues permettent le rétablissement de la stabilité et de la sécurité dans le pays. De son côté, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukri a indiqué que "l'Egypte et l'Algérie accordent une extrême importance à la situation en Libye, étant deux pays du voisinage direct de la Libye avec laquelle ils ont des liens historiques et fraternels. De même, l'Egypte et l'Algérie partagent la même grande préoccupation concernant les pressions sur les Libyens, et nous oeuvrons au rétablissement de la sécurité et de la stabilité en Libye au profit du peuple libyen", a-t-il ajouté.
Se disant "optimiste" de voir le Forum du dialogue libyen aboutir à une sortie de crise en Libye et de voir les élections en Libye conforter la stabilité, la sécurité et la souveraineté sur le territoire libyen, M. Shoukri a affirmé que "l'Egypte aspire à davantage de coopération avec l'Algérie, en vue de restaurer la stabilité en Libye, tout en oeuvrant à travers les pays voisins, au soutien de l'Etat national libyen et de son action pour l'intérêt de son peuple". Il a, en outre, fait état d'une coordination entre l'Egypte et l'Algérie autour de la situation en Libye, en sus de la sollicitation d'autres partenaires qui portent de l'intérêt à la question libyenne. Le ministre égyptien des Affaires étrangères a fait savoir qu'il a tenu une séance de discussions bilatérales avec son homologue Lamamra, suivie d'une autre séance élargie aux délégations des deux pays, lors desquelles les voies et moyens de consolidation des relations et les principales questions régionales et internationales d'intérêt commun ont été abordés. M. Shoukri a indiqué qu'il a été "conven de poursuivre la concertation et les contacts, au mieux des intérêts de nos peuples et de la stabilité dans les deux régions arabe et africaine, ajoutant que le monde et la région font face à de grands défis, y compris ceux liés à la pandémie de coronavirus qui a entravé la programmation de la maîtrise des perspectives".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.