«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Scénes de chaos à l'aéroport
Kaboul aux mains des talibans, ashraf ghani en fuite
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 08 - 2021

Les talibans ont "gagné", a reconnu dimanche soir le Président afghan Ashraf Ghani, en fuite à l'étranger, tandis que les insurgés criaient victoire dans le palais présidentiel à Kaboul. Presque 20 ans après avoir été chassés du pouvoir, la victoire militaire des talibans est totale, les forces gouvernementales s'étant effondrées sans le soutien américain. Ghani a fui dimanche au moment où les insurgés finissaient d'encercler la capitale,
Les talibans ont "gagné", a reconnu dimanche soir le Président afghan Ashraf Ghani, en fuite à l'étranger, tandis que les insurgés criaient victoire dans le palais présidentiel à Kaboul. Presque 20 ans après avoir été chassés du pouvoir, la victoire militaire des talibans est totale, les forces gouvernementales s'étant effondrées sans le soutien américain. Ghani a fui dimanche au moment où les insurgés finissaient d'encercler la capitale,
où ils sont finalement entrés et ont investi le palais présidentiel, selon des images de la chaîne d'information Al Jazeera. "Les talibans ont gagné avec le jugement de leurs glaives et de leurs fusils et sont à présent responsables de l'honneur, de la possession et de l'autopréservation de leur pays", a reconnu M. Ghani sur Facebook. Il dit avoir quitté l'Afghanistan pour éviter un "bain de sang, car d'innombrables patriotes auraient été tués". "Des unités militaires de l'Emirat islamique d'Afghanistan sont entrées dans la ville de Kaboul pour y assurer la sécurité", a de son côté annoncé sur Twitter un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid. En 10 jours, le mouvemen islamiste radical, qui avait déclenché une offensive en mai à la faveur du début du retrait des troupes étrangères a pris le contrôle de quasiment tout l'Afghanistan. La débâcle est totale pour les forces de sécurité afghanes, pourtant financées pendant 20 ans à coups de centaines de milliards de dollars par les Etats- Unis. Les Etats-Unis ont commencé l'évacuation vers l'aéroport, désormais seule porte de sortie du pays, de leurs diplomates et des civils afghans ayant travaillé pour eux qui craignent pour leur vie,
soit quelque 30.000 personnes. Joe Biden a pour sa part annoncé l'envoi de 1.000 militaires supplémentaires pour aider à l'évacuation, ce qui portera le contingent américain à 6.000 soldats d'ici à quelques jours. Au fil de la journée, la panique a gagné Kaboul. Les magasins ont fermé, des embouteillages monstres sont apparus, des policiers ont été vus troquant leur uniforme pour des vêtements civils. Une énorme cohue était visible auprès de la plupart des banques, les gens cherchant à retirer leur argent. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent des groupes de combattants talibans lourdement armés patrouillant dans les grandes villes. Dans les zones nouvellement conquises, les talibans ont déjà été accusés de nombreuses atrocités : meurtres de civils, décapitations, enlèvements d'adolescentes pour les marier de force, entre autres.
où ils sont finalement entrés et ont investi le palais présidentiel, selon des images de la chaîne d'information Al Jazeera. "Les talibans ont gagné avec le jugement de leurs glaives et de leurs fusils et sont à présent responsables de l'honneur, de la possession et de l'autopréservation de leur pays", a reconnu M. Ghani sur Facebook. Il dit avoir quitté l'Afghanistan pour éviter un "bain de sang, car d'innombrables patriotes auraient été tués". "Des unités militaires de l'Emirat islamique d'Afghanistan sont entrées dans la ville de Kaboul pour y assurer la sécurité", a de son côté annoncé sur Twitter un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid. En 10 jours, le mouvemen islamiste radical, qui avait déclenché une offensive en mai à la faveur du début du retrait des troupes étrangères a pris le contrôle de quasiment tout l'Afghanistan. La débâcle est totale pour les forces de sécurité afghanes, pourtant financées pendant 20 ans à coups de centaines de milliards de dollars par les Etats- Unis. Les Etats-Unis ont commencé l'évacuation vers l'aéroport, désormais seule porte de sortie du pays, de leurs diplomates et des civils afghans ayant travaillé pour eux qui craignent pour leur vie,
soit quelque 30.000 personnes. Joe Biden a pour sa part annoncé l'envoi de 1.000 militaires supplémentaires pour aider à l'évacuation, ce qui portera le contingent américain à 6.000 soldats d'ici à quelques jours. Au fil de la journée, la panique a gagné Kaboul. Les magasins ont fermé, des embouteillages monstres sont apparus, des policiers ont été vus troquant leur uniforme pour des vêtements civils. Une énorme cohue était visible auprès de la plupart des banques, les gens cherchant à retirer leur argent. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent des groupes de combattants talibans lourdement armés patrouillant dans les grandes villes. Dans les zones nouvellement conquises, les talibans ont déjà été accusés de nombreuses atrocités : meurtres de civils, décapitations, enlèvements d'adolescentes pour les marier de force, entre autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.