Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"
Mahfoud Kaoubi, analyste politique et économique :
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 10 - 2021

Intervenant hier à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, Mahfoud Kaoubi, analyste politique et économique, est revenu sur le projet de finances 2022 et ce qu'il propose comme réformes, réajustements,
Intervenant hier à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, Mahfoud Kaoubi, analyste politique et économique, est revenu sur le projet de finances 2022 et ce qu'il propose comme réformes, réajustements,
mais aussi ce qu'il devrait réviser comme lois ou situation financière. "Le projet de loi de finances marque un certain nombre de points dont l'harmonisation fiscale à travers le réajustement de l'IRG, que cela soit en termes de barème ou d'élargissement des revenus concernés par cet IRG", souligne Mahfoud Kaoubi, pour qui ce projet est "une logique qui tend vers un équilibre et une parité entre les différents citoyens en termes de fiscalité. Donc les revenus sont répertoriés et soumis à un nouveau barème qui a été réajusté afin de permettre l'amélioration et l'élargissement de l'assiette fiscale." Pour M. Kaoubi, "libérer les salaires ne veut pas dire leur augmentation", il explique que le salaire est négocié par rapport à une valeur ajoutée, vu qu'il s'agit d'une contrepartie du travail.
"Or, nous sommes déconnectés de cette réalité, nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat", regrette-t-il. En ce qui importe à la fiscalité locale, l'analyste politique et économique révèle que ce même projet de finances soumet les activités non commerciales, agricoles, les revenus immobiliers à l'IRG. Ce qui "permet de passer à une équité sociale et de mettre en vigueur l'impôt sur la richesse", précise-t-il. Quant au passage au terrain, ce projet de loi s'avère, selon M. Kaoubi, difficile, vu la situation socio-économique. "Maintenant il faut travailler d'une manière sérieuse à ce que le système soit mis en place dans la durée. Ce qui permettra d'avoir un système fiscal qui fonctionne correctement et selon les st ndards internationaux", conclut-il.
mais aussi ce qu'il devrait réviser comme lois ou situation financière. "Le projet de loi de finances marque un certain nombre de points dont l'harmonisation fiscale à travers le réajustement de l'IRG, que cela soit en termes de barème ou d'élargissement des revenus concernés par cet IRG", souligne Mahfoud Kaoubi, pour qui ce projet est "une logique qui tend vers un équilibre et une parité entre les différents citoyens en termes de fiscalité. Donc les revenus sont répertoriés et soumis à un nouveau barème qui a été réajusté afin de permettre l'amélioration et l'élargissement de l'assiette fiscale." Pour M. Kaoubi, "libérer les salaires ne veut pas dire leur augmentation", il explique que le salaire est négocié par rapport à une valeur ajoutée, vu qu'il s'agit d'une contrepartie du travail.
"Or, nous sommes déconnectés de cette réalité, nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat", regrette-t-il. En ce qui importe à la fiscalité locale, l'analyste politique et économique révèle que ce même projet de finances soumet les activités non commerciales, agricoles, les revenus immobiliers à l'IRG. Ce qui "permet de passer à une équité sociale et de mettre en vigueur l'impôt sur la richesse", précise-t-il. Quant au passage au terrain, ce projet de loi s'avère, selon M. Kaoubi, difficile, vu la situation socio-économique. "Maintenant il faut travailler d'une manière sérieuse à ce que le système soit mis en place dans la durée. Ce qui permettra d'avoir un système fiscal qui fonctionne correctement et selon les st ndards internationaux", conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.