Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Makhzen joue ses dernières cartes
Gazoduc Maghreb - Europe
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 10 - 2021

Les événements s'accélèrent au niveau du dossier du gazoduc Maghreb-Europe qui alimente l'Espagne en gaz via le Maroc.
Les événements s'accélèrent au niveau du dossier du gazoduc Maghreb-Europe qui alimente l'Espagne en gaz via le Maroc.
Alors que l'Algérie semble déterminée à mettre fin à ce transit, le Maroc tente de se rattraper en faisant appel à la médiation espagnole. Suite aux dernières tensions entre les deux pays voisins, l'Algérie a décidé de cesser de fournir le gaz naturel à l'Espagne via le gazoduc Maghreb-Europe. Ainsi, le Maroc sera privé du gaz algérien à compter du 1er novembre prochain, selon ce qu'a rapporté l'agence Reuters lundi dernier.
Comme alternative, l'Algérie décide de continuer l'approvisionnement de l'Espagne via le gazoduc sous-marin Medgaz d'une capacité annuelle de 8 milliards m3 qui ne passe pas par le Maroc. D'ailleurs, c'est ce qu'a dit le Président Tebboune le 11 octobre en cours. "Nous avons convenu avec nos amis espagnols de les approvisionner en gaz naturel via le gazoduc Medgaz", a-t-il déclaré lors d'une entrevue avec la presse. Cependant, les inquiétudes commencent déjà à se ressentir, notamment du côté marocain. Selon le quotidien espagnol El Pais, cette situation a conduit Rabat à négocier avec Madrid une solution pour sécuriser des alternatives à la résiliation du contrat qui permet la fourniture de gaz à l'Espagne via le gazoduc Maghreb-Europe (GME) et qui alimente également ce pays. Plus loin encore, le Makhzen négocie actuellement avec l'Espagne une autre alternative ; il s'agit d'une possibilité de se faire livrer du gaz à partir de l'Espagne. Selon une source espagnole citée anonymement par le même journal, "le Maroc pourrait demander à l'Espagne d'envoyer du gaz par le gazoduc Maghreb – Europe (GME) dans le sens inverse". Cela dit, cette même source affirme que l'Espagne redoute la réaction d'Alger quant à cette alternative, d'autant qu'il s'agit du gaz qu'expédie l'Algérie vers la péninsule. "Nous ne savons pas comment l'Algérie réagir si l'Espagne est d'accord", indique-t-on encore. La ministre de la Transition écologique espagnole en visite en Algérie
En tout cas, l'Espagne est déterminée à garder intact l'approvisionnement en gaz depuis l'Algérie. Dans cette optique, la troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique et du défi démographique espagnole, Teresa Ribera, devrait arriver ce mercredi à Alger pour rencontrer les autorités algériennes. Ces rencontres devront porter sur la recherche d'une solution à la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui traverse le Maroc et que l'Algérie envisage de fermer dès ce 1er novembre, date à laquelle prend fin le contrat de 25 ans qui garantit l'approvisionnemen et les accords tripartites. Par ailleurs, il convient de noter que l'arrêt du gazoduc Maghreb-Europe peut causer d'énormes dommages au Maroc. En effet, Rabat obtient entre 50 et 200 millions d'euros par an de droits de passage, un chiffre qui varie en fonction du quota expédié. Et, de plus, il garde 800 millions de mètres cubes par an de gaz algérien à un prix stable. Ce gaz est utilisé pour alimenter les centrales à cycle combiné de Tahaddart (dans la région de Tanger) et d'Aïn-Beni-Mathar (à Oujda),. Ces centrales couvrent environ 10 % de la production électrique marocaine.
Alors que l'Algérie semble déterminée à mettre fin à ce transit, le Maroc tente de se rattraper en faisant appel à la médiation espagnole. Suite aux dernières tensions entre les deux pays voisins, l'Algérie a décidé de cesser de fournir le gaz naturel à l'Espagne via le gazoduc Maghreb-Europe. Ainsi, le Maroc sera privé du gaz algérien à compter du 1er novembre prochain, selon ce qu'a rapporté l'agence Reuters lundi dernier.
Comme alternative, l'Algérie décide de continuer l'approvisionnement de l'Espagne via le gazoduc sous-marin Medgaz d'une capacité annuelle de 8 milliards m3 qui ne passe pas par le Maroc. D'ailleurs, c'est ce qu'a dit le Président Tebboune le 11 octobre en cours. "Nous avons convenu avec nos amis espagnols de les approvisionner en gaz naturel via le gazoduc Medgaz", a-t-il déclaré lors d'une entrevue avec la presse. Cependant, les inquiétudes commencent déjà à se ressentir, notamment du côté marocain. Selon le quotidien espagnol El Pais, cette situation a conduit Rabat à négocier avec Madrid une solution pour sécuriser des alternatives à la résiliation du contrat qui permet la fourniture de gaz à l'Espagne via le gazoduc Maghreb-Europe (GME) et qui alimente également ce pays. Plus loin encore, le Makhzen négocie actuellement avec l'Espagne une autre alternative ; il s'agit d'une possibilité de se faire livrer du gaz à partir de l'Espagne. Selon une source espagnole citée anonymement par le même journal, "le Maroc pourrait demander à l'Espagne d'envoyer du gaz par le gazoduc Maghreb – Europe (GME) dans le sens inverse". Cela dit, cette même source affirme que l'Espagne redoute la réaction d'Alger quant à cette alternative, d'autant qu'il s'agit du gaz qu'expédie l'Algérie vers la péninsule. "Nous ne savons pas comment l'Algérie réagir si l'Espagne est d'accord", indique-t-on encore. La ministre de la Transition écologique espagnole en visite en Algérie
En tout cas, l'Espagne est déterminée à garder intact l'approvisionnement en gaz depuis l'Algérie. Dans cette optique, la troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique et du défi démographique espagnole, Teresa Ribera, devrait arriver ce mercredi à Alger pour rencontrer les autorités algériennes. Ces rencontres devront porter sur la recherche d'une solution à la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui traverse le Maroc et que l'Algérie envisage de fermer dès ce 1er novembre, date à laquelle prend fin le contrat de 25 ans qui garantit l'approvisionnemen et les accords tripartites. Par ailleurs, il convient de noter que l'arrêt du gazoduc Maghreb-Europe peut causer d'énormes dommages au Maroc. En effet, Rabat obtient entre 50 et 200 millions d'euros par an de droits de passage, un chiffre qui varie en fonction du quota expédié. Et, de plus, il garde 800 millions de mètres cubes par an de gaz algérien à un prix stable. Ce gaz est utilisé pour alimenter les centrales à cycle combiné de Tahaddart (dans la région de Tanger) et d'Aïn-Beni-Mathar (à Oujda),. Ces centrales couvrent environ 10 % de la production électrique marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.