Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Célébration dans un climat de trahison
Journée de solidarité avec les palestiniens
Publié dans Le Midi Libre le 29 - 11 - 2021

La Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien sera célébrée, aujourd'hui, dans un contexte marqué par l'intensification de la colonisation israélienne en Palestine et le blocage persistant du processus de paix, exacerbés par la normalisation des relations entre l'entité sioniste et certains pays arabes, qualifiée de "trahison" à la cause palestinienne.
La Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien sera célébrée, aujourd'hui, dans un contexte marqué par l'intensification de la colonisation israélienne en Palestine et le blocage persistant du processus de paix, exacerbés par la normalisation des relations entre l'entité sioniste et certains pays arabes, qualifiée de "trahison" à la cause palestinienne.
L'Onu a retenu, en 1977, la date du 29 novembre pour la célébration de la "Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien". Cette date choisie, en raison de sa signification et de son importance pour le peuple palestinien, est basée sur l'appel de l'Assemblée générale des Nations unies à la célébration annuelle de la résolution sur le plan de partage de la Palestine. Adoptée le 29 novembre 1947, cette résolution est destinée à créer un état arabe et un état juif, sur ce territoire disputé. Depuis, le peuple palestinien continue d'y perdre du territoire au profit d'Israël et les conditions de vie des Palestiniens se sont détériorées. Les Palestiniens sont également victimes d'agressions militaires à répétition, tuant plusieurs civils (hommes, femmes et enfants), notamment dans la bande de Ghaza, soumise à un strict blocus depuis 15 ans. La Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien offre traditionnellement à la communauté internationale l'occasion de concentrer son attention sur le fait que la question de la Palestine n'est pas encore réglée et que le peuple palestinien n'a pas encore atteint ses droits inaliénables tel que définis par l'Assemblée générale, à savoir le droit à l'indépendance et à la souveraineté nationale, et le droit des Palestiniens de retourner dans leurs foyers et récupérer leurs biens. Cette année, la Journée de solidarité avec le peuple palestinien intervient au moment où la question palestinienne a connu un développement dangereux, marqué par la signature, fin 2020, d'"accords de normalisation" entre
l'entité sioniste et quatre pays arabes. La cause palestinienne prise en otage Les émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont ainsi normalisé leurs relations avec l'entité sioniste, dans le cadre des "Accords d'Abraham", bafouant ainsi l'initiative de paix arabe. En 2002, lors du sommet de la Ligue des états arabes à Beyrouth, l'Arabie saoudite avait proposé l'Initiative de paix arabe qui prévoyait la normalisation des relations avec Israël sous certaines conditions dont principalement la création d'un état palestinien "indépendant" et "souverain" sur les territoires palestiniens occupés. Il s'agit d'"une erreur politique", d'"une trahison d'al-Qods, d'al-Aqsa et de la cause palestinienne", et d'"un coup de poignard dans le dos" des Palestiniens, selon les termes utilisés par les responsables palestiniens dans leurs réactions à cette normalisation. Pour les Palestiniens, une normalisation avec Israël "encourage les forces d'occupatio à commettre davantage de violations contre le peuple palestinien" et ouvrira la voie à "une guerre plus agressive et à l'expansion du sionisme, de la judaïsation et de la colonisation de la terre palestinienne". C'est dans ce sillage qu'un vaste élan de solidarité internationale avec le peuple palestinien a été lancé notamment dans les pays ayant normalisé leurs relations avec l'entité sioniste à travers de manifestations de protestation contre cet accord, et de soutien à la cause palestinienne. Le Maroc, dont le souverain est président du Comité d'El-Qods, a normalisé ses relations avec Israël le 10 décembre 2020, en échange de la reconnaissance par l'ex- Président américain Donald Trump de la prétendue "souveraineté" du royaume sur le Sahara occidental.
Ce "troc" a été vivement condamné à travers le monde et surtout par le peuple marocain qui est descendu, pendant plusieurs jours, dans la rue, pour exprimer son rejet de cet accord, des manifestations souvent réprimées par le régime en place. à noter que des manifestations contre la normalisation sont également prévues lundi au Maroc, à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Donc, ce 29 novembre sera une nouvelle occasion pour beaucoup de pays et de peuples d'exprimer leur soutien au peuplepalestinien, d'interpeller la communauté internationale, les Nations unies en tête, sur la politique d'apartheid menée par l'entité sioniste et de l'appeler à agir et traduire ses paroles en actes face à l'escalade dangereuse dans les territoires palestiniens. Et le monde entier est appelé aussi à exercer de vraies pressions sur Israël pour l'amener à mettre fin à l'occupation et aux violations du droit international.
L'Onu a retenu, en 1977, la date du 29 novembre pour la célébration de la "Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien". Cette date choisie, en raison de sa signification et de son importance pour le peuple palestinien, est basée sur l'appel de l'Assemblée générale des Nations unies à la célébration annuelle de la résolution sur le plan de partage de la Palestine. Adoptée le 29 novembre 1947, cette résolution est destinée à créer un état arabe et un état juif, sur ce territoire disputé. Depuis, le peuple palestinien continue d'y perdre du territoire au profit d'Israël et les conditions de vie des Palestiniens se sont détériorées. Les Palestiniens sont également victimes d'agressions militaires à répétition, tuant plusieurs civils (hommes, femmes et enfants), notamment dans la bande de Ghaza, soumise à un strict blocus depuis 15 ans. La Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien offre traditionnellement à la communauté internationale l'occasion de concentrer son attention sur le fait que la question de la Palestine n'est pas encore réglée et que le peuple palestinien n'a pas encore atteint ses droits inaliénables tel que définis par l'Assemblée générale, à savoir le droit à l'indépendance et à la souveraineté nationale, et le droit des Palestiniens de retourner dans leurs foyers et récupérer leurs biens. Cette année, la Journée de solidarité avec le peuple palestinien intervient au moment où la question palestinienne a connu un développement dangereux, marqué par la signature, fin 2020, d'"accords de normalisation" entre
l'entité sioniste et quatre pays arabes. La cause palestinienne prise en otage Les émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont ainsi normalisé leurs relations avec l'entité sioniste, dans le cadre des "Accords d'Abraham", bafouant ainsi l'initiative de paix arabe. En 2002, lors du sommet de la Ligue des états arabes à Beyrouth, l'Arabie saoudite avait proposé l'Initiative de paix arabe qui prévoyait la normalisation des relations avec Israël sous certaines conditions dont principalement la création d'un état palestinien "indépendant" et "souverain" sur les territoires palestiniens occupés. Il s'agit d'"une erreur politique", d'"une trahison d'al-Qods, d'al-Aqsa et de la cause palestinienne", et d'"un coup de poignard dans le dos" des Palestiniens, selon les termes utilisés par les responsables palestiniens dans leurs réactions à cette normalisation. Pour les Palestiniens, une normalisation avec Israël "encourage les forces d'occupatio à commettre davantage de violations contre le peuple palestinien" et ouvrira la voie à "une guerre plus agressive et à l'expansion du sionisme, de la judaïsation et de la colonisation de la terre palestinienne". C'est dans ce sillage qu'un vaste élan de solidarité internationale avec le peuple palestinien a été lancé notamment dans les pays ayant normalisé leurs relations avec l'entité sioniste à travers de manifestations de protestation contre cet accord, et de soutien à la cause palestinienne. Le Maroc, dont le souverain est président du Comité d'El-Qods, a normalisé ses relations avec Israël le 10 décembre 2020, en échange de la reconnaissance par l'ex- Président américain Donald Trump de la prétendue "souveraineté" du royaume sur le Sahara occidental.
Ce "troc" a été vivement condamné à travers le monde et surtout par le peuple marocain qui est descendu, pendant plusieurs jours, dans la rue, pour exprimer son rejet de cet accord, des manifestations souvent réprimées par le régime en place. à noter que des manifestations contre la normalisation sont également prévues lundi au Maroc, à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Donc, ce 29 novembre sera une nouvelle occasion pour beaucoup de pays et de peuples d'exprimer leur soutien au peuplepalestinien, d'interpeller la communauté internationale, les Nations unies en tête, sur la politique d'apartheid menée par l'entité sioniste et de l'appeler à agir et traduire ses paroles en actes face à l'escalade dangereuse dans les territoires palestiniens. Et le monde entier est appelé aussi à exercer de vraies pressions sur Israël pour l'amener à mettre fin à l'occupation et aux violations du droit international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.