Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De l'alliance à la concurrence
Rapports Sonatrach-Gazprom
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 07 - 2008

L'alliance Sonatrach-Gazprom qui a fait tremblé l'Europe en juillet 2006, n'est qu'un souvenir. Les deux compagnies ne cheminent plus vers la création d'une Opep du Gaz, mais plutôt vers la concurrence. Le russe Gazprom a conclu hier un accord de collaboration commerciale dans le domaine du gaz naturel liquéfié (GNL) avec le groupe espagnol Gas Natural. D'une durée de 2 années, cet accord a été qualifié de prélude à une collaboration « étroite », par Gas Natural. Les deux compagnies, ajoute-t-on, étudient de « possibles collaborations dans d'autres activités concernant les opérations par gazoduc et l'électricité ».
Le rapprochement hispano-russe en matière énergétique, est intervenu, faut-il le noter, dans une conjoncture assez riche en événements. Il intervient quelques mois après l'annonce de la tombée dans l'eau du « fameux » protocole d'accord signés par le géant russe et son homologue algérien. Le P-DG de la compagnie nationale des hydrocarbures Mohamed Meziane avait déclaré, en avril dernier, à partir de Rome, que « l'accord a expiré au mois d'août 2007 et n'a débouché sur aucun projet concret». Un contrat qui n'a pas été fructifié tout comme d'autres marchés traitant de la fourniture d'équipements militaires, conclus entre les deux pays.
Aussi, la signature de ce contrat entre Gazprom et Gas Natural est survenue au moment où le litige opposant cette dernière à Sonatrach est en cours d'examen au niveau des juridictions internationales. Les prix de vente de gaz algérien et le projet de Gassi Touil en sont les motifs du conflit.
Au-delà de ces litiges, pour les russes, l'accord conclu avec Gas Natural est, avant tout, une clé permettant à son géant gazier de s'affermir dans le marché Ibérique. D'autre part, ce même accord permet à l'Espagne de diversifier ses apprivoisements pour réduire sa dépendance à l'Algérie qui lui fournit prés de 35 % de ses besoins. La sécurité énergétique est le souci majeur de, pratiquement, tous les pays du Vieux continent. L'Allemagne, plutôt dépendante de la Norvège et de la Russie, s'est dirigée vers le sud en opérant un véritable forcing en direction de l'Algérie. Les deux pays ont engagé des projets communs dans les domaines gaziers et de l'énergie solaire.
C'est dans ce contexte de partage du marché européens, indiquent des spécialistes que les rapports liant Sonatrach et Gazprom ont pris les formes de concurrence. Gazprom avec 125 milliards de mètres cubes et Sonatrach avec 61 milliards de mètres cubes, les deux compagnies couvrent 36% des besoins de l'Union européenne en matière de gaz. Sonatrach, ajoute-on, est devenu un sérieux rival pour le géant russe implanté dans les quatre coins de la planète. En effet, la Compagnie national s'est engagé dans une politique de développement à l'international en lançant des projets dans d'autres pays. La compagnie nationale et son homologue russe, sous contrôle étroit du Kremlin, se disputent actuellement l'exploitation de gisements de gaz en Libye.
Soulignons toutefois, que malgré la tournure concurrentielle que prennent les rapports des deux compagnies, le partenariat reste toujours de mise. Les sociétés russes participent aux appels d'offres lancés par Sonatrach sur le projet de gazoduc Transalia qui relie le Nigeria à l'Algérie pour l'approvisionnement de l'Europe.
L'alliance Sonatrach-Gazprom qui a fait tremblé l'Europe en juillet 2006, n'est qu'un souvenir. Les deux compagnies ne cheminent plus vers la création d'une Opep du Gaz, mais plutôt vers la concurrence. Le russe Gazprom a conclu hier un accord de collaboration commerciale dans le domaine du gaz naturel liquéfié (GNL) avec le groupe espagnol Gas Natural. D'une durée de 2 années, cet accord a été qualifié de prélude à une collaboration « étroite », par Gas Natural. Les deux compagnies, ajoute-t-on, étudient de « possibles collaborations dans d'autres activités concernant les opérations par gazoduc et l'électricité ».
Le rapprochement hispano-russe en matière énergétique, est intervenu, faut-il le noter, dans une conjoncture assez riche en événements. Il intervient quelques mois après l'annonce de la tombée dans l'eau du « fameux » protocole d'accord signés par le géant russe et son homologue algérien. Le P-DG de la compagnie nationale des hydrocarbures Mohamed Meziane avait déclaré, en avril dernier, à partir de Rome, que « l'accord a expiré au mois d'août 2007 et n'a débouché sur aucun projet concret». Un contrat qui n'a pas été fructifié tout comme d'autres marchés traitant de la fourniture d'équipements militaires, conclus entre les deux pays.
Aussi, la signature de ce contrat entre Gazprom et Gas Natural est survenue au moment où le litige opposant cette dernière à Sonatrach est en cours d'examen au niveau des juridictions internationales. Les prix de vente de gaz algérien et le projet de Gassi Touil en sont les motifs du conflit.
Au-delà de ces litiges, pour les russes, l'accord conclu avec Gas Natural est, avant tout, une clé permettant à son géant gazier de s'affermir dans le marché Ibérique. D'autre part, ce même accord permet à l'Espagne de diversifier ses apprivoisements pour réduire sa dépendance à l'Algérie qui lui fournit prés de 35 % de ses besoins. La sécurité énergétique est le souci majeur de, pratiquement, tous les pays du Vieux continent. L'Allemagne, plutôt dépendante de la Norvège et de la Russie, s'est dirigée vers le sud en opérant un véritable forcing en direction de l'Algérie. Les deux pays ont engagé des projets communs dans les domaines gaziers et de l'énergie solaire.
C'est dans ce contexte de partage du marché européens, indiquent des spécialistes que les rapports liant Sonatrach et Gazprom ont pris les formes de concurrence. Gazprom avec 125 milliards de mètres cubes et Sonatrach avec 61 milliards de mètres cubes, les deux compagnies couvrent 36% des besoins de l'Union européenne en matière de gaz. Sonatrach, ajoute-on, est devenu un sérieux rival pour le géant russe implanté dans les quatre coins de la planète. En effet, la Compagnie national s'est engagé dans une politique de développement à l'international en lançant des projets dans d'autres pays. La compagnie nationale et son homologue russe, sous contrôle étroit du Kremlin, se disputent actuellement l'exploitation de gisements de gaz en Libye.
Soulignons toutefois, que malgré la tournure concurrentielle que prennent les rapports des deux compagnies, le partenariat reste toujours de mise. Les sociétés russes participent aux appels d'offres lancés par Sonatrach sur le projet de gazoduc Transalia qui relie le Nigeria à l'Algérie pour l'approvisionnement de l'Europe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.