2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vibrant hommage à la chanteuse Seloua au TNA
De nombreux artistes ont animé la soirée
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 09 - 2008

Un vibrant hommage à été rendu durant la soirée de jeudi, à la célèbre interprète de la chanson algérienne Seloua, au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA), où un public nombreux, composé de personnalités du monde artistique et des nostalgiques, était présent.
Un vibrant hommage à été rendu durant la soirée de jeudi, à la célèbre interprète de la chanson algérienne Seloua, au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA), où un public nombreux, composé de personnalités du monde artistique et des nostalgiques, était présent.
Initiée par l'association artistique du troisième millénaire, la soirée hommage à celle qui a représenté la chanson algérienne dans le monde arabe et occidental, a vu le passage d'une panoplie de chanteurs et de chanteuses sur la scène, dans laquelle Seloua était installée entourée de fleurs et de roses de différentes couleurs. Habillée en tenue traditionnelle algéroise, le karakou, Seloua a été accueillie à son arrivée par le célèbre chanteur Mohamed Lamari qui clamait à haute voix «la grande Seloua est là!» sous les morceaux exécutés par une troupe de Zorna qui l'a accompagnée jusqu'aux planches du TNA sous des tonnerres d'applaudissements et de you you qui provenaient de chaque rangée de la salle. La soirée qui a été marquée par la présence de plusieurs noms de la chanson algérienne dans ses différents styles, du cinéma algérien (anciens et nouveaux) ainsi que du théâtre, à leur tête l'inoubliable Nouria, a commencé avec la chanteuse Nadia Benyoucef qui a gratifié le public d'un cocktail de messamî, hawzi et chaâbi. Le rossignol du hawzi, Nacereddine Chaouli a, à son tour, fait vibrer la salle par des morceaux assez rythmés tirés du patrimoine andalou, avant de laisser place à Mohamed Lamari qui a ramené le public aux années 70, en interprétant les éternelles chanson «Djazaïria» (Algérienne) et «Rana H'na» (Nous sommes encore là). Le chanteur Lamari a égayé la soirée avec les vibrations de sa voix et sa sympathie sur scène, notamment, lorsqu'il a invité Seloua à chanter avec lui «Mansitchi» (Je n'ai rien oublié), un duo déjà interprété dans le passé dans diverses occasions. Prenant la parole, Seloua a tenu à rendre, pour sa part, un hommage à ses fans et à son public qui, a-t-elle dit, l'a aimée, encouragée et suivie durant tout son parcours artistique, en espérant davantage l'organisation de ce genre de rencontres qui se distinguent par «l'amour, la paix et la fraternité». Certains artistes et amis de la chanteuse approchés par l'APS ont tous exprimé leur fierté d'assister à l'hommage d'une «diva» qui a su s'imposer sur la scène de la musique algérienne à travers sa «belle voix et sa forte personnalité». L'ancienne speakerine de la télévision algérienne, Amina Belouizdad, qui connaît Seloua depuis ses débuts dans la chanson, a affirmé que «Seloua a été et restera toujours la grande dame de la chanson», ajoutant qu'»elle n'a pas hésité à imposer et à honorer la chanson algérienne» durant toute sa carrière artistique. Elle a émis le voeu de voir la jeune génération de chanteurs suivre le cursus de Seloua. «Si je cherche tous les jolis et gentils mots dans tous les dictionnaires du monde, je n'en trouverai pas un seul qui pourrait qualifier comme il se doit la bonté de Seloua, cette grande artiste qui a tant donné au monde de la chanson et qui a interprété les plus belles chansons», a pour sa part indiqué, l'actrice Bahia Rachedi. Elle a ajouté que «Seloua est une chanteuse cultivée qui s'est consacrée à la chanson algérienne et elle a réussi à l'élever au plus haut niveau, notamment, en participant à des festivals nationaux et internationaux, où elle a pu représenter dignement la chanson algérienne». De son coté, le chanteur Lamari a souligné d'abord qu'il était «venu spécialement pour Seloua, même s'il se retrouvait au bout du monde, car il s'agit d'une grande dame qui est honorée ce soir, une dame qui représente la pureté de la culture et du patrimoine nationaux». La chanteuse de variété Naima Abbabsa a, quant à elle, qualifié Seloua de «pyramide artistique» et affirmé qu'elle représente une «bougie qui ne s'éteindra jamais et une école de la chanson algérienne», en lui souhaitant longue vie. Elle a, aussi, indiqué que le répertoire de Seloua comprend des chansons qui «resteront éternelles». La star du cinéma algérien Sid Ali Kouiret a précisé que les chansons de Seloua, à travers la musique, les paroles et la voix «portent un cachet typiquement algérien». Il a espéré la voir prochainement monter sur scène pour animer un concert ou sortir un nouvel album, en indiquant qu'il a «beaucoup de respect pour cette chanteuse» qui lui fait rappeler d'autres artistes femmes, à l'instar de Nora et Fadila Dziria.
Initiée par l'association artistique du troisième millénaire, la soirée hommage à celle qui a représenté la chanson algérienne dans le monde arabe et occidental, a vu le passage d'une panoplie de chanteurs et de chanteuses sur la scène, dans laquelle Seloua était installée entourée de fleurs et de roses de différentes couleurs. Habillée en tenue traditionnelle algéroise, le karakou, Seloua a été accueillie à son arrivée par le célèbre chanteur Mohamed Lamari qui clamait à haute voix «la grande Seloua est là!» sous les morceaux exécutés par une troupe de Zorna qui l'a accompagnée jusqu'aux planches du TNA sous des tonnerres d'applaudissements et de you you qui provenaient de chaque rangée de la salle. La soirée qui a été marquée par la présence de plusieurs noms de la chanson algérienne dans ses différents styles, du cinéma algérien (anciens et nouveaux) ainsi que du théâtre, à leur tête l'inoubliable Nouria, a commencé avec la chanteuse Nadia Benyoucef qui a gratifié le public d'un cocktail de messamî, hawzi et chaâbi. Le rossignol du hawzi, Nacereddine Chaouli a, à son tour, fait vibrer la salle par des morceaux assez rythmés tirés du patrimoine andalou, avant de laisser place à Mohamed Lamari qui a ramené le public aux années 70, en interprétant les éternelles chanson «Djazaïria» (Algérienne) et «Rana H'na» (Nous sommes encore là). Le chanteur Lamari a égayé la soirée avec les vibrations de sa voix et sa sympathie sur scène, notamment, lorsqu'il a invité Seloua à chanter avec lui «Mansitchi» (Je n'ai rien oublié), un duo déjà interprété dans le passé dans diverses occasions. Prenant la parole, Seloua a tenu à rendre, pour sa part, un hommage à ses fans et à son public qui, a-t-elle dit, l'a aimée, encouragée et suivie durant tout son parcours artistique, en espérant davantage l'organisation de ce genre de rencontres qui se distinguent par «l'amour, la paix et la fraternité». Certains artistes et amis de la chanteuse approchés par l'APS ont tous exprimé leur fierté d'assister à l'hommage d'une «diva» qui a su s'imposer sur la scène de la musique algérienne à travers sa «belle voix et sa forte personnalité». L'ancienne speakerine de la télévision algérienne, Amina Belouizdad, qui connaît Seloua depuis ses débuts dans la chanson, a affirmé que «Seloua a été et restera toujours la grande dame de la chanson», ajoutant qu'»elle n'a pas hésité à imposer et à honorer la chanson algérienne» durant toute sa carrière artistique. Elle a émis le voeu de voir la jeune génération de chanteurs suivre le cursus de Seloua. «Si je cherche tous les jolis et gentils mots dans tous les dictionnaires du monde, je n'en trouverai pas un seul qui pourrait qualifier comme il se doit la bonté de Seloua, cette grande artiste qui a tant donné au monde de la chanson et qui a interprété les plus belles chansons», a pour sa part indiqué, l'actrice Bahia Rachedi. Elle a ajouté que «Seloua est une chanteuse cultivée qui s'est consacrée à la chanson algérienne et elle a réussi à l'élever au plus haut niveau, notamment, en participant à des festivals nationaux et internationaux, où elle a pu représenter dignement la chanson algérienne». De son coté, le chanteur Lamari a souligné d'abord qu'il était «venu spécialement pour Seloua, même s'il se retrouvait au bout du monde, car il s'agit d'une grande dame qui est honorée ce soir, une dame qui représente la pureté de la culture et du patrimoine nationaux». La chanteuse de variété Naima Abbabsa a, quant à elle, qualifié Seloua de «pyramide artistique» et affirmé qu'elle représente une «bougie qui ne s'éteindra jamais et une école de la chanson algérienne», en lui souhaitant longue vie. Elle a, aussi, indiqué que le répertoire de Seloua comprend des chansons qui «resteront éternelles». La star du cinéma algérien Sid Ali Kouiret a précisé que les chansons de Seloua, à travers la musique, les paroles et la voix «portent un cachet typiquement algérien». Il a espéré la voir prochainement monter sur scène pour animer un concert ou sortir un nouvel album, en indiquant qu'il a «beaucoup de respect pour cette chanteuse» qui lui fait rappeler d'autres artistes femmes, à l'instar de Nora et Fadila Dziria.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.