Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sept personnes sauvées in extremis d'une mort certaine    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Deux suspects arrêtés    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Ligue des champions d'Afrique : Le CSC depuis hier en Egypte    Coupe d'Algérie (1/4 de finale aller) : L'USM Annaba et le NA Hussein-Dey prennent option    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Réunion des partis de l'opposition    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    En un an, la facture a presque doublé    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Sommet de l'opposition pour une candidature unique.. Des tractations laborieuses    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Hockey sur gazon.. Nécessité d'accompagner les formateurs de demain    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Dernière roue de la charrette…    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    LOGEMENT SOCIAL : 2 millions de bénéficiaires ne paient pas leurs redevances    Braquage de Boumerdès : 4 convoyeurs de fonds arrêtés    PRESIDENTIELLE 2019 : Ouyahia exhorte ses partisans à voter Bouteflika    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Aux actionnaires de valider le passage sous Hyproc    Varsovie attend des excuses d'Israël    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vibrant hommage à la chanteuse Seloua au TNA
De nombreux artistes ont animé la soirée
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 09 - 2008

Un vibrant hommage à été rendu durant la soirée de jeudi, à la célèbre interprète de la chanson algérienne Seloua, au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA), où un public nombreux, composé de personnalités du monde artistique et des nostalgiques, était présent.
Un vibrant hommage à été rendu durant la soirée de jeudi, à la célèbre interprète de la chanson algérienne Seloua, au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA), où un public nombreux, composé de personnalités du monde artistique et des nostalgiques, était présent.
Initiée par l'association artistique du troisième millénaire, la soirée hommage à celle qui a représenté la chanson algérienne dans le monde arabe et occidental, a vu le passage d'une panoplie de chanteurs et de chanteuses sur la scène, dans laquelle Seloua était installée entourée de fleurs et de roses de différentes couleurs. Habillée en tenue traditionnelle algéroise, le karakou, Seloua a été accueillie à son arrivée par le célèbre chanteur Mohamed Lamari qui clamait à haute voix «la grande Seloua est là!» sous les morceaux exécutés par une troupe de Zorna qui l'a accompagnée jusqu'aux planches du TNA sous des tonnerres d'applaudissements et de you you qui provenaient de chaque rangée de la salle. La soirée qui a été marquée par la présence de plusieurs noms de la chanson algérienne dans ses différents styles, du cinéma algérien (anciens et nouveaux) ainsi que du théâtre, à leur tête l'inoubliable Nouria, a commencé avec la chanteuse Nadia Benyoucef qui a gratifié le public d'un cocktail de messamî, hawzi et chaâbi. Le rossignol du hawzi, Nacereddine Chaouli a, à son tour, fait vibrer la salle par des morceaux assez rythmés tirés du patrimoine andalou, avant de laisser place à Mohamed Lamari qui a ramené le public aux années 70, en interprétant les éternelles chanson «Djazaïria» (Algérienne) et «Rana H'na» (Nous sommes encore là). Le chanteur Lamari a égayé la soirée avec les vibrations de sa voix et sa sympathie sur scène, notamment, lorsqu'il a invité Seloua à chanter avec lui «Mansitchi» (Je n'ai rien oublié), un duo déjà interprété dans le passé dans diverses occasions. Prenant la parole, Seloua a tenu à rendre, pour sa part, un hommage à ses fans et à son public qui, a-t-elle dit, l'a aimée, encouragée et suivie durant tout son parcours artistique, en espérant davantage l'organisation de ce genre de rencontres qui se distinguent par «l'amour, la paix et la fraternité». Certains artistes et amis de la chanteuse approchés par l'APS ont tous exprimé leur fierté d'assister à l'hommage d'une «diva» qui a su s'imposer sur la scène de la musique algérienne à travers sa «belle voix et sa forte personnalité». L'ancienne speakerine de la télévision algérienne, Amina Belouizdad, qui connaît Seloua depuis ses débuts dans la chanson, a affirmé que «Seloua a été et restera toujours la grande dame de la chanson», ajoutant qu'»elle n'a pas hésité à imposer et à honorer la chanson algérienne» durant toute sa carrière artistique. Elle a émis le voeu de voir la jeune génération de chanteurs suivre le cursus de Seloua. «Si je cherche tous les jolis et gentils mots dans tous les dictionnaires du monde, je n'en trouverai pas un seul qui pourrait qualifier comme il se doit la bonté de Seloua, cette grande artiste qui a tant donné au monde de la chanson et qui a interprété les plus belles chansons», a pour sa part indiqué, l'actrice Bahia Rachedi. Elle a ajouté que «Seloua est une chanteuse cultivée qui s'est consacrée à la chanson algérienne et elle a réussi à l'élever au plus haut niveau, notamment, en participant à des festivals nationaux et internationaux, où elle a pu représenter dignement la chanson algérienne». De son coté, le chanteur Lamari a souligné d'abord qu'il était «venu spécialement pour Seloua, même s'il se retrouvait au bout du monde, car il s'agit d'une grande dame qui est honorée ce soir, une dame qui représente la pureté de la culture et du patrimoine nationaux». La chanteuse de variété Naima Abbabsa a, quant à elle, qualifié Seloua de «pyramide artistique» et affirmé qu'elle représente une «bougie qui ne s'éteindra jamais et une école de la chanson algérienne», en lui souhaitant longue vie. Elle a, aussi, indiqué que le répertoire de Seloua comprend des chansons qui «resteront éternelles». La star du cinéma algérien Sid Ali Kouiret a précisé que les chansons de Seloua, à travers la musique, les paroles et la voix «portent un cachet typiquement algérien». Il a espéré la voir prochainement monter sur scène pour animer un concert ou sortir un nouvel album, en indiquant qu'il a «beaucoup de respect pour cette chanteuse» qui lui fait rappeler d'autres artistes femmes, à l'instar de Nora et Fadila Dziria.
Initiée par l'association artistique du troisième millénaire, la soirée hommage à celle qui a représenté la chanson algérienne dans le monde arabe et occidental, a vu le passage d'une panoplie de chanteurs et de chanteuses sur la scène, dans laquelle Seloua était installée entourée de fleurs et de roses de différentes couleurs. Habillée en tenue traditionnelle algéroise, le karakou, Seloua a été accueillie à son arrivée par le célèbre chanteur Mohamed Lamari qui clamait à haute voix «la grande Seloua est là!» sous les morceaux exécutés par une troupe de Zorna qui l'a accompagnée jusqu'aux planches du TNA sous des tonnerres d'applaudissements et de you you qui provenaient de chaque rangée de la salle. La soirée qui a été marquée par la présence de plusieurs noms de la chanson algérienne dans ses différents styles, du cinéma algérien (anciens et nouveaux) ainsi que du théâtre, à leur tête l'inoubliable Nouria, a commencé avec la chanteuse Nadia Benyoucef qui a gratifié le public d'un cocktail de messamî, hawzi et chaâbi. Le rossignol du hawzi, Nacereddine Chaouli a, à son tour, fait vibrer la salle par des morceaux assez rythmés tirés du patrimoine andalou, avant de laisser place à Mohamed Lamari qui a ramené le public aux années 70, en interprétant les éternelles chanson «Djazaïria» (Algérienne) et «Rana H'na» (Nous sommes encore là). Le chanteur Lamari a égayé la soirée avec les vibrations de sa voix et sa sympathie sur scène, notamment, lorsqu'il a invité Seloua à chanter avec lui «Mansitchi» (Je n'ai rien oublié), un duo déjà interprété dans le passé dans diverses occasions. Prenant la parole, Seloua a tenu à rendre, pour sa part, un hommage à ses fans et à son public qui, a-t-elle dit, l'a aimée, encouragée et suivie durant tout son parcours artistique, en espérant davantage l'organisation de ce genre de rencontres qui se distinguent par «l'amour, la paix et la fraternité». Certains artistes et amis de la chanteuse approchés par l'APS ont tous exprimé leur fierté d'assister à l'hommage d'une «diva» qui a su s'imposer sur la scène de la musique algérienne à travers sa «belle voix et sa forte personnalité». L'ancienne speakerine de la télévision algérienne, Amina Belouizdad, qui connaît Seloua depuis ses débuts dans la chanson, a affirmé que «Seloua a été et restera toujours la grande dame de la chanson», ajoutant qu'»elle n'a pas hésité à imposer et à honorer la chanson algérienne» durant toute sa carrière artistique. Elle a émis le voeu de voir la jeune génération de chanteurs suivre le cursus de Seloua. «Si je cherche tous les jolis et gentils mots dans tous les dictionnaires du monde, je n'en trouverai pas un seul qui pourrait qualifier comme il se doit la bonté de Seloua, cette grande artiste qui a tant donné au monde de la chanson et qui a interprété les plus belles chansons», a pour sa part indiqué, l'actrice Bahia Rachedi. Elle a ajouté que «Seloua est une chanteuse cultivée qui s'est consacrée à la chanson algérienne et elle a réussi à l'élever au plus haut niveau, notamment, en participant à des festivals nationaux et internationaux, où elle a pu représenter dignement la chanson algérienne». De son coté, le chanteur Lamari a souligné d'abord qu'il était «venu spécialement pour Seloua, même s'il se retrouvait au bout du monde, car il s'agit d'une grande dame qui est honorée ce soir, une dame qui représente la pureté de la culture et du patrimoine nationaux». La chanteuse de variété Naima Abbabsa a, quant à elle, qualifié Seloua de «pyramide artistique» et affirmé qu'elle représente une «bougie qui ne s'éteindra jamais et une école de la chanson algérienne», en lui souhaitant longue vie. Elle a, aussi, indiqué que le répertoire de Seloua comprend des chansons qui «resteront éternelles». La star du cinéma algérien Sid Ali Kouiret a précisé que les chansons de Seloua, à travers la musique, les paroles et la voix «portent un cachet typiquement algérien». Il a espéré la voir prochainement monter sur scène pour animer un concert ou sortir un nouvel album, en indiquant qu'il a «beaucoup de respect pour cette chanteuse» qui lui fait rappeler d'autres artistes femmes, à l'instar de Nora et Fadila Dziria.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.