«Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Une aubaine pour Sonatrach    Le Maroc veut-il la guerre?    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Les engagements de Belabed    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Vingt médailles pour les Algériens à 24h de la clôture    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Saisie de 250 quintaux de son destinés à la spéculation illicite    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Le Président Poutine accuse les élites occidentales    Skikda Un incendie maîtrisé    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Lancement d'un programme d'appui spécifique au cinéma au théâtre et à la musique    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Maroc: trois morts par asphyxie dans un puits d'extraction de charbon au nord-est du pays    Judo / Jeux de la solidarité islamique 2022 : l'argent pour Asselah, le bronze pour Ouallal    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    La canicule continuera d'affecter l'Est du pays jusqu'à mercredi    Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    La faim plus menaçante    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les souvenirs enchanteurs de la terre natale
«Pays d'aucun mal», deuxième roman de l'écrivain El-Mahdi Acherchour
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 10 - 2008

L'œuvre de ce romancier est très poétique et philosophique. La plupart de ses textes, écrits en vers ou en prose, retracent les multiples quêtes existentielles de l'humaniste et du poète qui rêve d'un monde meilleur.
L'œuvre de ce romancier est très poétique et philosophique. La plupart de ses textes, écrits en vers ou en prose, retracent les multiples quêtes existentielles de l'humaniste et du poète qui rêve d'un monde meilleur.
Le deuxième roman de El-Mahdi Acherchour, publié aux éditions Aden, en France, est un voyage dans la terre natale. C'est un texte bien écrit qui confirme la plume de l'auteur.
Acherchour est né en 1973 à Sidi-Aïch, dans la vallée de la Soummam , à Béjaïa. Diplômé en journalisme à l'université d'Alger, il a toujours été captivé par l'écriture. Après la publication de deux recueils de poésie : «L'Oeil de l'égaré» (éditions Marsa) et «Chemin des choses nocturnes» (éditions Barzakh), il édite son premier roman à Alger, sous le titre, «Lui le livre». El-Mahdi vit actuellement aux Pays-Bas, où il est parti, dans un premier temps, pour une résidence d'écriture. L'œuvre de ce romancier est très poétique et philosophique. La plupart de ces textes, écrits en vers ou en prose, retracent les multiples quêtes existentielles de l'humaniste et du pète qui rêve d'un monde meilleur, un monde si singulier. Dans « Pays d'aucun mal », l'homme de lettre nous livre une courte fiction bien élaborée. « Moh-Ammar Amnar, le narrateur, est seul. La nuit est sombre et le moindre souvenir lui est tourment. Il dit qu'il revient de loin, chargé de toutes les fatigues du monde et de toute une errance éperdue. Qu'a-t-il donc à dire, qu'a-t-il à se dire après tant d'années d'absence ? Le voilà enfin chez lui, à Tasta-Guilef, son village natal. Beaucoup de ceux qu'il avait laissés autrefois habitent maintenant leur dernière demeure, ou sont partis. Beaucoup de choses ont changé. Quelques vies, souvent anciennes et silencieuses, se débattent encore dans les entrailles de cette terre perdue qui n'est pas sans rappeler l'Algérie profonde et qui semble toujours gouvernée par une présence lointaine, une apparition anonyme et obscure comme un mauvais songe, comme un gros nuage venu du grand passé. Avec très peu, devant un comble de pauvreté et de dénuement, là où la parole s'épanouit dans le frêle bruit du silence, là où tout s'achève avant même le commencement », écrit le talentueux écrivain. L'auteur fait ressurgir mille et une histoires, les racontant sur un ton extrêmement émouvant, sans décorum ni fioriture, et c'est une œuvre de prodige que d'avoir pu tirer du néant un texte si beau. Le narrateur revient voir son grand-père, qu'on croit sourd, tantôt mort, tantôt ressuscité et dont la première femme s'appelait Zegloum. Le narrateur revient, ainsi, revoir ce village, comme déterré de nulle part, ou bien du rêve de l'auteur lui-même. En réalité l'appellation du village en question n'existe pas, mais le romancier a eu recours à la fiction pour plonger dans son propre village, perché sur les hauteurs de l'Akfadou, en Kabylie. Ecrit dans un style simple et accessible, ce roman est peut–être la meilleurs œuvre de l'auteur. Après quelques années passé en Europe, Acherchour, se rappelle son pays et s'invente des subterfuges pour dire sa nostalgie. Les plus beaux moments de l'enfance sont, souvent, une source inépuisable pour la création artistique. Y. R.
El-Mahdi Acherchour, Pays d'aucun mal
éditions Aden, France, 2008, 94 pages.
Le deuxième roman de El-Mahdi Acherchour, publié aux éditions Aden, en France, est un voyage dans la terre natale. C'est un texte bien écrit qui confirme la plume de l'auteur.
Acherchour est né en 1973 à Sidi-Aïch, dans la vallée de la Soummam , à Béjaïa. Diplômé en journalisme à l'université d'Alger, il a toujours été captivé par l'écriture. Après la publication de deux recueils de poésie : «L'Oeil de l'égaré» (éditions Marsa) et «Chemin des choses nocturnes» (éditions Barzakh), il édite son premier roman à Alger, sous le titre, «Lui le livre». El-Mahdi vit actuellement aux Pays-Bas, où il est parti, dans un premier temps, pour une résidence d'écriture. L'œuvre de ce romancier est très poétique et philosophique. La plupart de ces textes, écrits en vers ou en prose, retracent les multiples quêtes existentielles de l'humaniste et du pète qui rêve d'un monde meilleur, un monde si singulier. Dans « Pays d'aucun mal », l'homme de lettre nous livre une courte fiction bien élaborée. « Moh-Ammar Amnar, le narrateur, est seul. La nuit est sombre et le moindre souvenir lui est tourment. Il dit qu'il revient de loin, chargé de toutes les fatigues du monde et de toute une errance éperdue. Qu'a-t-il donc à dire, qu'a-t-il à se dire après tant d'années d'absence ? Le voilà enfin chez lui, à Tasta-Guilef, son village natal. Beaucoup de ceux qu'il avait laissés autrefois habitent maintenant leur dernière demeure, ou sont partis. Beaucoup de choses ont changé. Quelques vies, souvent anciennes et silencieuses, se débattent encore dans les entrailles de cette terre perdue qui n'est pas sans rappeler l'Algérie profonde et qui semble toujours gouvernée par une présence lointaine, une apparition anonyme et obscure comme un mauvais songe, comme un gros nuage venu du grand passé. Avec très peu, devant un comble de pauvreté et de dénuement, là où la parole s'épanouit dans le frêle bruit du silence, là où tout s'achève avant même le commencement », écrit le talentueux écrivain. L'auteur fait ressurgir mille et une histoires, les racontant sur un ton extrêmement émouvant, sans décorum ni fioriture, et c'est une œuvre de prodige que d'avoir pu tirer du néant un texte si beau. Le narrateur revient voir son grand-père, qu'on croit sourd, tantôt mort, tantôt ressuscité et dont la première femme s'appelait Zegloum. Le narrateur revient, ainsi, revoir ce village, comme déterré de nulle part, ou bien du rêve de l'auteur lui-même. En réalité l'appellation du village en question n'existe pas, mais le romancier a eu recours à la fiction pour plonger dans son propre village, perché sur les hauteurs de l'Akfadou, en Kabylie. Ecrit dans un style simple et accessible, ce roman est peut–être la meilleurs œuvre de l'auteur. Après quelques années passé en Europe, Acherchour, se rappelle son pays et s'invente des subterfuges pour dire sa nostalgie. Les plus beaux moments de l'enfance sont, souvent, une source inépuisable pour la création artistique. Y. R.
El-Mahdi Acherchour, Pays d'aucun mal
éditions Aden, France, 2008, 94 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.