Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'action récursoire est entrée en vigueur dans les compagnies d'assurance»
Zohir Laïche, directeur général adjoint de la CAAR, chargé du technique et du commerce
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 12 - 2008

Le directeur général adjoint de la compagnie algérienne d'assurance et de réassurance (CAAR), Zohir Laïche, nous explique la démarche de cette compagnie concernant la méthode de l'action récursoire qui permet aux assurés d'encaisser leur dû relatif au remboursement des frais de dommage collision en une seule fois, au lieu d'attendre la réponse de la compagnie d'assurance de l'autre partie adverse.
Midi Libre : quelles sont les
caractéristiques de l'action
récursoire nouvellement introduite au sein de la CAAR ?
La méconnaissance de l'action récursoire est à l'origine des retards de règlement des sinistres et de l'indemnisation. C'est ainsi que l'existence de cette procédure du règlement direct qui profite aux clients au moment de l'indemnisation est devenue importante. Il a été clairement écrit dans un protocole d'accord signé entre les compagnies que les assureurs doivent régler l'indemnisation de leurs clients et se retourner ensuite contre l'autre assureur dont le client est fautif. En dépit de la signature de ce protocole d'accord qui a été mis en place et effectif pour accélérer la procédure d'indemnisation des clients, il y a des assureurs qui ne jouent pas le jeu à fond.
En outre, la compagnie a déboursé en 2008 un montant supérieur à 4 milliards de DA pour régler les dossiers indemnisations de l'exercice de l'année en cours et de ceux des années antérieures. Nous sommes en progression par rapport à l'année 2007 où nous avons indemnisé seulement pour un montant de 3, 7 milliards de DA. Il s'agit de mettre en valeur l'amélioration des paramètres de gestion du service sinistre et indemnisation et la qualité des informations reçues de la part de la clientèle de la CAAR.
Ce sont les clients qui contribuent en fait à la rapidité du règlement des sinistres. Il s'agit de sensibiliser les clients dans la bonne gestion des dossiers d'assurance en vue, justement, d'accélérer la procédure d'indemnisation. Les clients qui continuent de se plaindre des retards de règlement doivent d'abord comprendre tout ce que je viens d'élucider en matière de dommages-réparation.
Qu'en est-il des clients lésés ?
Les clients lésés peuvent aussi employer d'autres voies de recours comme l'action en justice contre leurs assureurs. J'estime aussi que la connaissance et la maîtrise du problème de base sont des facteurs importants de rapidité dans le règlement du sinistre et de l'indemnisation des clients. Mais il s'agit d'attirer l'attention des assurés au moment de la contraction de la police d'assurance. D'où l'intérêt de contracter une garantie « tous risques » qui permet de meilleures conditions d'indemnisation en cas de sinistre. Mais quand vous souscrivez des garanties de moindre importance telle que dommage collision ou la responsabilité civile, là il y a problème dont j'ai parlé plus haut. Quand le client d'une compagnie n'est pas responsable, l'autre assureur va chercher le montant de l'indemnisation chez l'autre assureur dont le client est l'auteur du dommage. Et c'est pourquoi dans la recherche de la réparation du dommage, il y a parfois un certain temps qui va s'écouler. C'est ce qui retarde l'indemnisation du client.
Pourquoi ?
L'autre assureur ne perçoit pas le client comme un client à lui. Il s'agit pour lui d'une sortie d'argent au profit de quelqu'un qui n'est pas un client au niveau de sa compagnie. Voilà les raisons qui expliquent, en fait, le retard pris au moment de l'indemnisation, casse-tête des assureurs et des assurés. Mais les victimes peuvent réclamer l'application de l'action récursoire pour bénéficier de l'indemnisation rapide.
Propos recuellis A. A.
Le directeur général adjoint de la compagnie algérienne d'assurance et de réassurance (CAAR), Zohir Laïche, nous explique la démarche de cette compagnie concernant la méthode de l'action récursoire qui permet aux assurés d'encaisser leur dû relatif au remboursement des frais de dommage collision en une seule fois, au lieu d'attendre la réponse de la compagnie d'assurance de l'autre partie adverse.
Midi Libre : quelles sont les
caractéristiques de l'action
récursoire nouvellement introduite au sein de la CAAR ?
La méconnaissance de l'action récursoire est à l'origine des retards de règlement des sinistres et de l'indemnisation. C'est ainsi que l'existence de cette procédure du règlement direct qui profite aux clients au moment de l'indemnisation est devenue importante. Il a été clairement écrit dans un protocole d'accord signé entre les compagnies que les assureurs doivent régler l'indemnisation de leurs clients et se retourner ensuite contre l'autre assureur dont le client est fautif. En dépit de la signature de ce protocole d'accord qui a été mis en place et effectif pour accélérer la procédure d'indemnisation des clients, il y a des assureurs qui ne jouent pas le jeu à fond.
En outre, la compagnie a déboursé en 2008 un montant supérieur à 4 milliards de DA pour régler les dossiers indemnisations de l'exercice de l'année en cours et de ceux des années antérieures. Nous sommes en progression par rapport à l'année 2007 où nous avons indemnisé seulement pour un montant de 3, 7 milliards de DA. Il s'agit de mettre en valeur l'amélioration des paramètres de gestion du service sinistre et indemnisation et la qualité des informations reçues de la part de la clientèle de la CAAR.
Ce sont les clients qui contribuent en fait à la rapidité du règlement des sinistres. Il s'agit de sensibiliser les clients dans la bonne gestion des dossiers d'assurance en vue, justement, d'accélérer la procédure d'indemnisation. Les clients qui continuent de se plaindre des retards de règlement doivent d'abord comprendre tout ce que je viens d'élucider en matière de dommages-réparation.
Qu'en est-il des clients lésés ?
Les clients lésés peuvent aussi employer d'autres voies de recours comme l'action en justice contre leurs assureurs. J'estime aussi que la connaissance et la maîtrise du problème de base sont des facteurs importants de rapidité dans le règlement du sinistre et de l'indemnisation des clients. Mais il s'agit d'attirer l'attention des assurés au moment de la contraction de la police d'assurance. D'où l'intérêt de contracter une garantie « tous risques » qui permet de meilleures conditions d'indemnisation en cas de sinistre. Mais quand vous souscrivez des garanties de moindre importance telle que dommage collision ou la responsabilité civile, là il y a problème dont j'ai parlé plus haut. Quand le client d'une compagnie n'est pas responsable, l'autre assureur va chercher le montant de l'indemnisation chez l'autre assureur dont le client est l'auteur du dommage. Et c'est pourquoi dans la recherche de la réparation du dommage, il y a parfois un certain temps qui va s'écouler. C'est ce qui retarde l'indemnisation du client.
Pourquoi ?
L'autre assureur ne perçoit pas le client comme un client à lui. Il s'agit pour lui d'une sortie d'argent au profit de quelqu'un qui n'est pas un client au niveau de sa compagnie. Voilà les raisons qui expliquent, en fait, le retard pris au moment de l'indemnisation, casse-tête des assureurs et des assurés. Mais les victimes peuvent réclamer l'application de l'action récursoire pour bénéficier de l'indemnisation rapide.
Propos recuellis A. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.