Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cette guerre est celle des Libyens, non celle des Occidentaux.
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 31 - 08 - 2011

Par Christian Makarian, publié le 31/08/2011 à 14:10
Le scénario libyen n'a rien à voir avec le désastre irakien
Dès l'Antiquité, Thalès avait prévenu : « Rien n'est plus rare qu'un tyran qui vieillit. » Assurément, Mouammar Kadhafi ne fera pas un beau vieux. Le bédouin qui disait vivre de quelques dattes et d'un verre de lait de chamelle a choisi de mettre un point final à sa carrière en ne laissant derrière lui qu'une traînée de sang. Ultime épisode de son orgueil destructeur, sa cavale aura eu pour effet d'accroître les sacrifices de ses adversaires et d'accentuer le chaos général qui recouvre le paysage libyen. Pour priver la rébellion d'une victoire nette, le Guide aura su y faire – jusqu'au bout. Au point que certains se prennent à invoquer maintenant le spectre de l'Irak. A les en croire, il y aurait un risque réel de catastrophe. Et les sceptiques de citer, après l'enlisement de l'OTAN – prédit mais non advenu -, l'assassinat, fin juillet, du général Younès, chef militaire de l'insurrection, comme préfiguration d'un éclatement tribal du pays. Ou encore les bisbilles au sein du CNT, immédiatement perçues comme une menace sur l'avenir politique de la Libye.
Que répondre ? Il y a plusieurs « événements » dans l'opération libyenne qui lui confèrent un caractère résolument novateur, ce qui devrait écarter les mauvaises comparaisons. Malgré l'impression de grand désordre qui se dégage du théâtre des opérations, on peut déjà tirer une première conclusion : cette guerre est celle des Libyens, non celle des Occidentaux. Ce qui, en l'occurrence, est un bon point pour ces derniers et établit d'emblée une énorme différence avec le schéma irakien. En 2003, en s'emparant de Bagdad à grand renfort de moyens militaires, non seulement les Etats-Unis menèrent une croisade à but démocratique, dont on sait l'aboutissement désastreux, mais ils le firent sans l'aval de l'ONU et en position frontale. Le résultat fut une déroute américaine. En Libye, non seulement le pari militaire lancé par l'Otan est désormais gagné, mais il l'est à partir de moyens limités, en l'occurrence aériens (ce qu'imposait la résolution 1973 de l'ONU). De surcroît, l'intervention alliée s'est faite en application de la « R2P » (responsabilité de protéger), principe onusien adopté en 2005, en partie à l'instigation de la France. Ce principe, qui vise à défendre les populations civiles contre les génocides, les crimes de guerre ou les crimes contre l'humanité, est une variante aménagée du droit d'ingérence. C'est la première fois qu'il est employé de façon globale, et avec succès ! Bref, le contraire parfait de l'Irak.
Deuxième leçon, ni Paris, ni Londres, ni Washington ne souhaitent régenter la Libye (même si les arrière-calculs économiques et stratégiques font partie de l' »après-guerre »). Là encore, à l'inverse de l'Irak, ce sont les dirigeants du CNT libyen qui ont souhaité que les forces de l'Otan maintiennent leur pression jusqu'à la capture de Kadhafi. En Irak, la question pour les Américains s'est rapidement résumée à savoir pourquoi rester et comment partir ; tandis qu'en Libye elle a consisté pour l'Otan à se demander comment ne pas s'enliser alors qu'on la priait tant d'agir. Autre différence de taille, la reprise en main du pays après les ravages causés par les affrontements entre adversaires et derniers partisans de Kadhafi sera le fait des pouvoirs libyens eux-mêmes, non d'une administration d'obédience occidentale. Enfin, contrairement au parti Baas irakien, qui tenait tout le pays pour le compte de Saddam Hussein si bien que l'anarchie s'installa dès que le système fut démembré, le CNT s'est érigé en alternative anti-Kadhafi en préalable à la chute du régime. Autant de facteurs qui ne constituent pas une garantie de stabilité, loin s'en faut, mais qui montrent de façon éclatante que l'Otan, pour la première fois de son histoire, a pris des risques pour aider un peuple arabe à briser ses chaînes.
Lectures: 8


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.