OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Man City : Mendy passe devant la justice    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    10 morts lors d'une attaque terroriste    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    Un plan d'urgence pour développer ces filières    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Boumerdès à l'heure d'été    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les “cinq libertés” accordées par la Tunisie pour les maghrébins, va relancer l'UMA
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 30 - 06 - 2012


30 juin 2012
Les pays du Maghreb suivront-ils l'exemple de la Tunisie ?
La Tunisie a décidé d'instaurer « unilatéralement » la liberté de circulation, de résidence, de travail, d'investissement et du vote aux élections municipales pour les citoyens maghrébins sans obligation d'octroi d'autorisations préalables auprès l'administration tunisienne à partir du 1er juillet. Cette décision, décriée par certains politiques, médias et un pan de la société civile, est interprétée comme un geste fort de la Tunisie pour relancer la construction du Maghreb « profitable à tout le monde », soutient l'économiste Camille Sari.
« J'ai une bonne et mauvaise nouvelle : la mauvaise est que la Tunisie n'a aucun avenir en Tunisie. La bonne nouvelle est que la Tunisie est en train de bâtir un espace maghrébin pour s'épanouir », avait déclaré le 21 juin dernier Moncef Marzouki, président provisoire de la République tunisienne faisant référence aux « cinq libertés » nécessaires pour redynamiser l'Union du Maghreb Arabe (UMA). Cette décision confirmée par le secrétaire d'Etat chargé des Affaires arabes et africaines, Abdallah Triki, en fin de semaine passée, a valu à Moncef Marzouki les foudres d'une large partie de la presse tunisienne qui voit en cette décision une menace pour la sécurité intérieure de la Tunisie. Cette décision a été aussi décriée par certains partis politiques et une partie de la société civile en Tunisie. Cependant, Marzouki croit dur comme fer, en panarabe et Maghrébin convaincu, que « nous avons besoin de nos frères Algériens, Marocains, Libyens et Mauritaniens » et la Tunisie « a pris l'initiative pour gagner ». « Nous somme dans l'obligation d'ouvrir l'espace maghrébin. C'est ça notre avenir », avait-il insisté dans son discours télévisé, affirmant que ce « cadeau est offert en prévision du prochain sommet de l'UMA », en comptant en retour sur la « générosité séculaire » des Algériens, Marocains et autres Maghrébins.
Un premier jalon de la (re)construction de l'espace commun maghrébin
Au-delà de l'interprétation politique en « interne » qu'on peut donner à cette décision lourde de conséquences, dans le contexte politique actuel dans lequel baigne la Tunisie, Moncef Marzouki veut donner l'exemple aux dirigeants du Maghreb pour redynamiser l'espace commun qui ne peut qu'être que bénéfique pour tous les pays de la région, estime Camille Sari, spécialiste de l'intégration économique maghrébine. « Il faut bien commencer par des initiatives de ce genre pour parvenir à l'édification de l'UMA », a-t-il indiqué dans une déclaration à Maghreb Emergent, exprimant une conviction que les autres pays maghrébins vont suivre « l'exemple ». Pour lui, l'Algérie comme tous les pays du Maghreb a son avenir dans un espace commun. Cependant, a-t-il ajouté, la Tunisie a non seulement posé une première pierre à l'édifice de l'UMA, mais aussi sa décision va avoir comme effet immédiat la relance de l'économie tunisienne « en reconstruction » après les bouleversements qu'elle a connu. Contrairement aux appréhensions de certains, Camille Sari soutient que ces « largesses » vont certainement accroitre les flux de touristes, des capitaux et des investissements. L'argument de la menace sur la sécurité intérieure de la Tunisie ne tient pas le coup selon lui. Surtout que l'accès au territoire tunisien par simple carte d'identité (sans passeport) sera assujetti à une coopération sécuritaire intermaghrébine. « Il faut combattre l'idée partagée par certains selon laquelle la construction d'un espace commun maghrébin va profiter à tel ou tel pays. Ça va bénéficier à tout le monde mais à des niveaux différents », a conclu notre interlocuteur.
Nombre de lectures: 1606


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.