Energie et Mines : Arkab reçoit une délégation parlementaire vietnamienne    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    L'Algérie honorée à Bamako pour son rôle en faveur de la paix et la réconciliation au Mali    Une délégation parlementaire algérienne prend part à la 46e EUCOCO à Berlin    Ligue 1/ CS Constantine : l'entraineur Madoui remobilise ses joueurs avant d'affronter la JS Saoura    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    ONU: une ONG appelle à la démission d'une responsable marocaine pour enfreinte aux normes de conduite    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Sport : les nouveaux textes juridiques devront instaurer une nouvelle dynamique au sein des associations sportives    Foot/ CHAN-2022 (préparation): le Sénégal et la Mauritanie au menu de la sélection A' en amical    Lutte contre le Sida: le gouvernement mobilisé pour assurer des soins gratuits aux malades    La ministre de la Solidarité nationale donne le coup d'envoi d'une caravane de sensibilisation sur la prévention de la grippe saisonnière    Enseignement supérieur: 16 plateformes numériques créées pour moderniser le secteur    L'inscription du Raï par l'Unesco, "un acte décisif de reconnaissance par le monde"    300 à 350 sous-traitants disponibles pour approvisionner les constructeurs automobile    Tissemsilt: le programme de développement se charge des préoccupations de la population    Festival de la production théâtrale féminine: "Chajarat El maouz" remporte le prix "Keltoum"    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Le badge de l'Emir du Qatar    Les études d'aménagement achevées: 140 millions DA pour trois nouvelles mini-zones d'activités    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Rue Mohamed Boudiaf (ex-rue de Mostaganem): Une tentative de squat d'une terrasse avortée    Tiaret: Une nouvelle organisation de soutien aux agriculteurs    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    L'Ukraine appelle les pays de l'Otan à accélérer l'envoi des aides    «On a tous intérêt à ce que le Burkina reste debout»    «Nous combattons les idées toxiques»    L'ambassadeur russe dit tout    Une technologie de pointe à l'accent algérien    La Tunisie appelle la communauté internationale à protéger le peuple palestinien    Seul un diagnostic précoce...    Le CRB aux commandes    Brèves    Belatoui sur la sellette    Appel à ancrer la lecture au sein des générations    Tournage du film «Hami Essahra» sur le chahid Si El Houas    Un génie forgé dans la douleur    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Quel avenir pour l'Europe ?    Décès du Général à la retraite Mohamed Betchine    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Les PME sont-elles hors la loi?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



50 ans d'indépendance : le règne des gangs armés !!!
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 02 - 07 - 2012

La cité AADL de Gué de Constantine attaquée par un gang armé
El Watan le 02.07.12 | 11h47
Scènes de terrorisme urbain à quelques kilomètres seulement des forteresses du pouvoir et de l'Etat. Ce matin, la cité Ain Malha , banlieue sordide du sud d'Alger, suintait la ruine et la dévastation.
Scènes de terrorisme urbain à quelques kilomètres seulement des forteresses du pouvoir et de l'Etat. Ce matin, la cité Ain Malha , banlieue sordide du sud d'Alger, suintait la ruine et la dévastation. Des débris de verre et quantité de pierraille et de ferraille jonchaient les rues et les artères. Des devantures de commerces ont été saccagées et des dizaines de véhicules complètement vandalisées. Certains véhicules ont été renversés, sens dessus dessous, pillées.
Le spectacle des pare-brises déchiquetés emplit le décor. Les résidants du lotissement AADL 1516 logements de Ain Malha (Gué de Constantine) se souviendront longtemps de cette nuit du dimanche à lundi qui a vu se déverser sur eux un torrent de violences d'une amplitude inégalée.
Et pour cause ! Un gang de jeunes, habitant un quartier voisin (au lotissement) a semé, impunément, jusqu'à tard, dans la nuit, terreur et désolation. Une véritable descente punitive, racontent des témoins, pour se venger d'un des leurs, passé à tabac au cours de la même journée.
Armés de sabres, machettes, gourdins, couteaux de boucher, hachoirs et autres objets contendants, le gang en question a, en début de soirée, opéré des incursions au cœur de la cité, dévastant tout sur leurs passages. Les membres du gang ont tenté de s'introduire y compris à l'intérieur même des immeubles.
« On pensait vraiment qu'on allait tous y passer, nous et nos familles », dit un résidant. « Des scènes de panique qui ont duré des heures longues, raconte un autre. On entendait les cris de femmes et enfants apeurés, agglutinés aux balcons. Les vitres volaient en éclats ; les systèmes d'alarmes hurlaient ; Des bagarres à l'arme blanche éclataient entre les assaillants et les jeunes qui essayaient de défendre leur cité. C'était le chaos».
Intervention des services de sécurité deux heures après
Les services de sécurité, les gendarmes souvent requis en les circonstances, ne sont intervenus que deux heures après. Après le forfait ! « Ce n'est que vers 1 heures 30 du matin qu'ils ont débarqué. Après que les voyous aient pratiquement tous cassé. Les autorités savaient pourtant ce qui se passaient : et les gendarmes avaient même envoyé sur les lieux une de leur voiture de reconnaissance.
Mais l'Etat nous a abandonné». L'attitude capitularde des services de l'Etat fasse à la petite et grande délinquance fait craindre le pire aux résidants dont certains n'hésitent pas qualifier carrément d' « acte de démission caractérisée ». La méga cité de Ain Malha, à la population dense et hétéroclite, est de ces nouvelles cités dortoirs, déshumanisées, ou violence et trafics en tous genres prolifèrent à l'ombre de la république, sur fond de misère sociale et existentielle.
La présence des services de l'Etat dans cette cité « numérique », dépourvue du minimum d'équipements publics, est quasi nulle. « La seule casquette qui se hasarde ici, c'est celle du facteur », ironise un locataire. Pourtant, Ain Malha n'est pas à sa première guerre des gangs près. Les affrontements entre bandes rivales, pour l'exploitation notamment des parkings et le contrôle des territoires et trafics, font rage depuis plusieurs mois. En Banlieue, la république n'a visiblement pas fini de démissionner.
M.Az


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.