La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Les douanes sont-elles des passoires?    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La renaissance    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    4 corps de harraga repêchés    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    Massacres du 17 octobre 1961 : de la connaissance à la reconnaissance ?    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Sabotages sur les câbles téléphoniques    Inquiétudes sur la situation des finances publiques    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Masque capillaire au yaourt et au miel    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    Trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Massacre d'Algériens à Paris en 1961: Macron dénonce des «crimes inexcusables»    Qu'en est-il du brut algérien ?    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    Afin que nul n'oublie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



50 ans d'indépendance : le règne des gangs armés !!!
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 02 - 07 - 2012

La cité AADL de Gué de Constantine attaquée par un gang armé
El Watan le 02.07.12 | 11h47
Scènes de terrorisme urbain à quelques kilomètres seulement des forteresses du pouvoir et de l'Etat. Ce matin, la cité Ain Malha , banlieue sordide du sud d'Alger, suintait la ruine et la dévastation.
Scènes de terrorisme urbain à quelques kilomètres seulement des forteresses du pouvoir et de l'Etat. Ce matin, la cité Ain Malha , banlieue sordide du sud d'Alger, suintait la ruine et la dévastation. Des débris de verre et quantité de pierraille et de ferraille jonchaient les rues et les artères. Des devantures de commerces ont été saccagées et des dizaines de véhicules complètement vandalisées. Certains véhicules ont été renversés, sens dessus dessous, pillées.
Le spectacle des pare-brises déchiquetés emplit le décor. Les résidants du lotissement AADL 1516 logements de Ain Malha (Gué de Constantine) se souviendront longtemps de cette nuit du dimanche à lundi qui a vu se déverser sur eux un torrent de violences d'une amplitude inégalée.
Et pour cause ! Un gang de jeunes, habitant un quartier voisin (au lotissement) a semé, impunément, jusqu'à tard, dans la nuit, terreur et désolation. Une véritable descente punitive, racontent des témoins, pour se venger d'un des leurs, passé à tabac au cours de la même journée.
Armés de sabres, machettes, gourdins, couteaux de boucher, hachoirs et autres objets contendants, le gang en question a, en début de soirée, opéré des incursions au cœur de la cité, dévastant tout sur leurs passages. Les membres du gang ont tenté de s'introduire y compris à l'intérieur même des immeubles.
« On pensait vraiment qu'on allait tous y passer, nous et nos familles », dit un résidant. « Des scènes de panique qui ont duré des heures longues, raconte un autre. On entendait les cris de femmes et enfants apeurés, agglutinés aux balcons. Les vitres volaient en éclats ; les systèmes d'alarmes hurlaient ; Des bagarres à l'arme blanche éclataient entre les assaillants et les jeunes qui essayaient de défendre leur cité. C'était le chaos».
Intervention des services de sécurité deux heures après
Les services de sécurité, les gendarmes souvent requis en les circonstances, ne sont intervenus que deux heures après. Après le forfait ! « Ce n'est que vers 1 heures 30 du matin qu'ils ont débarqué. Après que les voyous aient pratiquement tous cassé. Les autorités savaient pourtant ce qui se passaient : et les gendarmes avaient même envoyé sur les lieux une de leur voiture de reconnaissance.
Mais l'Etat nous a abandonné». L'attitude capitularde des services de l'Etat fasse à la petite et grande délinquance fait craindre le pire aux résidants dont certains n'hésitent pas qualifier carrément d' « acte de démission caractérisée ». La méga cité de Ain Malha, à la population dense et hétéroclite, est de ces nouvelles cités dortoirs, déshumanisées, ou violence et trafics en tous genres prolifèrent à l'ombre de la république, sur fond de misère sociale et existentielle.
La présence des services de l'Etat dans cette cité « numérique », dépourvue du minimum d'équipements publics, est quasi nulle. « La seule casquette qui se hasarde ici, c'est celle du facteur », ironise un locataire. Pourtant, Ain Malha n'est pas à sa première guerre des gangs près. Les affrontements entre bandes rivales, pour l'exploitation notamment des parkings et le contrôle des territoires et trafics, font rage depuis plusieurs mois. En Banlieue, la république n'a visiblement pas fini de démissionner.
M.Az


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.