Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Scoop » de Louisa : «Il y a des délinquants au sein du gouvernement Sellal»
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 29 - 04 - 2015

Louisa Hanoune accuse : «Il y a des délinquants au sein du gouvernement Sellal»
Louisa Hanoune affirme que deux ministres font «honte» à la République : celui de la Santé et celle de la Culture.
El Watan le 29.04.15
Dans l'Algérie de 2015, il y a de la délinquance ministérielle. Je comprends la délinquance juvénile, mais celle des ministres, je ne lui trouve pas de définition.
Oui, je le dis, il y a des ministres délinquants !» Ce constat des plus négatif est établi par Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, à l'ouverture des travaux du bureau politique de son parti. La patronne du PT ne tergiverse pas et cite, entre autres, deux ministres qui font presque «honte» à la République : Mohamed Boudiaf et Nadia Labidi.
Au ministre de la Santé qui l'a insultée avant de l'accuser d'avoir des affinités avec des puissances étrangères, elle répond que le félon est celui qui veut déformer la Révolution algérienne et privatiser les soins dans notre pays et non celui qui dénonce la corruption et les malversations.
«Les Algériens savent parfaitement qui est au service de l'Etat et du peuple et qui agit pour le compte de personnes occultes. Le ministre de la Santé a déversé des insanités contre moi parce que j'ai critiqué le contenu du projet de loi sur la santé. Mais qu'est-ce que c'est que cette République ! Moi je suis dans mon rôle», s'est insurgée Mme Hanoune, qui demande une commission d'enquête pour faire la lumière sur le marché octroyé par M. Boudiaf à une personne qui travaille dans le secteur des travaux publics.
Pour la leader du PT, ce ministre fait partie de cette oligarchie qui vise la dilapidation des biens de l'Etat. Transition toute faite, Mme Hanoune tire sur les «nouveaux riches» qui rencontrent des ambassadeurs de différents pays pour discuter de la politique algérienne. C'est pour elle un indicateur très clair qui montre comment les missions de l'Etat sont détournées par cette oligarchie. Une oligarchie qui ne peut vivre ni naître qu'à partir de la matrice de l'Etat, se nourrit de ses marchés et se transforme en un monstre.
La matrice de l'état
Cela confirme, dit-elle, le caractère totalitaire de cette oligarchie. De l'avis de Mme Hanoune, cette oligarchie – dont la plupart ont démarré de zéro – ne compte pas sur ses fonds propres, mais exclusivement sur ses relations avec les cercles du pouvoir. Cette oligarchie ne veut pas d'une loi qui régule l'économie nationale car elle veut avoir le monopole sur tous les secteurs juteux. Comment donc s'en débarrasser ? Mme Hanoune propose de rompre le cordon ombilical ente l'Etat et cette oligarchie en chassant les ministres qui organisent le siphonage du patrimoine et des deniers publics.
Au gouvernement, il n'y a pas seulement des hommes délinquants, il y a aussi des femmes qui se comportent, selon Mme Hanoune, en «véritable délinquante, comme un chef de bande» ; il s'agit de la ministre de la Culture. «Ce que j'ai révélé est très minime par rapport aux autres dossiers, qui sont en notre possession, liés à la corruption et aux détournements. Je défie Mme Labidi d'aller en justice et de nous poursuivre pour diffamation. Nous avons une pile de dossiers sur ses agissements», lance Mme Hanoune, qui dénonce le comportement de la ministre qui lui a envoyé des barbouzes chez elle : «Si j'avais du temps a perdre j'engagerai des poursuites judicaires contre ses pratiques, mais étant une femme politique, je m'attarde sur les malversations.
Je précise que je n'ai aucun problème personnel avec la ministre.» Mme Hanoune révèle avoir averti Mme Labidi sur ses pratiques douteuses : «Cela fait une année que nous avons des dossiers sur Mme Labidi. J'étais gênée de les rendre publics par respect pour la femme algérienne et pour ne pas porter préjudice au combat des femmes intègres. Mais ma patience a des limites ! En plus, je ne peux pas me taire sur des affaires de corruption.»
Mme Hanoune affirme que le Premier ministre est intervenu a plusieurs reprises pour «rétablir certaines choses, mais jusqu'à quand», s'interroge-t-elle. Pour Mme Hanoune, il est urgent d'assainir le gouvernement de la gabegie : «Il y a urgence car les scandales se multiplient en cascade. Il est inadmissible d'attendre un remaniement pour opérer un toilettage au sein du gouvernement. Il faut tout de suite enlever les ministres qui portent atteinte à l'Etat.»
Nadia Labidi se défend : «Je défie Mme Hanoune d'apporter les preuves de ses accusations»
La ministre de la Culture, Nadia Labidi, a répondu hier, avant la clôture des débats autour du projet de loi relatif aux activités et au marché du livre, à la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, qui l'accuse de corruption et de favoritisme dans l'octroi des marchés.
La ministre nie ses faits et défie Mme Hanoune de fournir des preuves tangibles sur toutes ses accusations d'autant, estime Mme Labidi, que la déontologie accompagne l'exercice politique. «J'ai toujours fait preuve d'intégrité et de discipline et tout ce que j'ai accompli depuis mon arrivée à la tête du ministère de la Culture, je l'ai fait dans la transparence totale et personne ne peut dire le contraire.
Ne touchez pas à l'honneur des gens», tonne Mme Labidi devant les députés. Et de préciser que le département dont elle a la charge a bénéficié d'un petit budget et, de ce fait, le contrôle de toutes les dépenses est facile et systématiquement de mise.
Mme Labidi précise qu'elle voue un grand respect à Mme Hanoune et à son parcours et qu'elle n'a aucun problème personnel ni avec elle ni avec l'ex-ministre de la Culture Khalida Toumi. «Je suis ministre de la République et, de ce fait, je ne peux pas enfreindre la réglementation.
La lettre que je lui ai adressée avait pour objectif de démarquer les commanditaires de ces accusations», affirme Mme Labidi, comme pour affirmer que Mme Hanoune a été instrumentalisée dans cette affaire. La ministre compte quitter le gouvernement comme elle y est entrée : «Avant d'intégrer le gouvernement j'étais une femme intègre et propre et je tiens à le quitter tout en restant propre.
L'éthique et la politique vont de pair.» Elle rappelle que depuis sa désignation a la tête de ce ministère, elle a toujours encouragé les talents et veillé à leur faciliter le travail et que le budget alloué a son ministère est dédié aux artistes qui sont les combattants du terrain.
«Je sollicite d'ailleurs les députés pour nous accompagner et nous aider à réclamer un budget plus consistant pour répondre à toutes les attentes. Je suis ici pour servir le pays et le peuple. Une mission qui n'est pas facile, mais qui peut se faire dans la sérénité et le respect mutuel entre les députés et les représentants du gouvernement», ajoute Mme Labidi.
Concernant l'accusation faisant état de son implication dans la production d'un film par une société dont elle serait propriétaire, la ministre a affirmé qu'il s'agit d'une petite entreprise à laquelle elle a renoncé depuis qu'elle occupe le poste de ministre. «J'ai les documents qui prouvent mes dires», dit-elle.
Mme Hanoune, de son côté, jure qu'elle possède les documents prouvant l'implication de Mme Labidi dans les affaires douteuses et accuse même le ministre de la Communication et le directeur de l'ENTV d'être ses complices dès lors qu'ils n'ont pas mis fin à ces agissements. Que chacune étale ses preuves... N. A.
Nabila Amir
* facebook
* twitter


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.