Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    Tahkout condamné à 16 ans de prison ferme    Annaba: installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    Condoléances    Attar prendra part mercredi aux travaux de la 20e réunion du JMMC    Les précisions d'Air Algérie    Panique et inquiétude des clients    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Les avancées de Hyundai Trucks    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Coup d'épée dans l'eau    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Le directeur de l'hôpital n'a dû son salut qu'en sautant depuis la fenêtre de son bureau    10 décès et 527 nouveaux cas en 24 heures    Ces chiffres qui déroutent la population à Tizi Ouzou    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La communauté internationale au chevet du Mali    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    Les explications de Azzedine Arab    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ali Ghediri entame une grève de la faim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En s'abritant derrière la Constitution, Gaïd Salah engage l'Algérie dans une voie sans issue
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 01 - 05 - 2019


Par: Nidal Aloui 01 Mai 2019 à 10:17
Autisme ? Entêtement ? Il y a une expression de tout cela dans le nouveau discours du chef de l'état-major de l'armée qui se dévoile sans fard dans un rôle qui dépasse largement celui de patron de l'armée. Il parle de politique et de justice en occultant ostensiblement les vraies raisons de ce qu'il ne prive pas de désigner sous le nom de « crise ».
La situation que vit le pays aujourd'hui et l'affaissement moral qui la caractérise sont le résultat de deux décennies de bouteflikisme dont le général Ahmed Gaiïd Salah fut un acteur majeur.
C'est la gestion chaotique de Bouteflika qui a produit la corruption qu'il érige maintenant en thème majeur de sa démarche politique qui peine à prendre la forme d'un projet. Il le dit lui-même : ces suspects que l'on convoque devant les tribunaux n'ont pas commencé à voler et à détourner l'argent du peuple depuis le 2 avril. Et l'armée le savait, insiste-t-il.
« Les services du ministère de la Défense détiennent des informations avérées concernant plusieurs dossiers lourds de corruption, dont je me suis enquis personnellement, dévoilant des faits de spoliations de fonds publics avec des chiffres et des montants faramineux », a-t-il dit.
Lire sur TSA : Gaïd-Salah parle de dossiers de corruption « très lourds »
Pour être si lourds, les dossiers ont certainement pris du temps à être nourris de faits criminels et délictueux par les services de Renseignement ayant compétence de police judiciaire. C'est la preuve d'un travail patient, conduit donc sous le règne de Bouteflika. Aurait-il fait obstruction à sa transmission à la justice ? Si c'est le cas, cela est à rajouter à son héritage.
Désormais, les personnes impliquées seront « poursuivies », promet le vice-ministre de la Défense en écartant toute idée d'ingérence dans le travail des juges et toute velléité de règlement de compte. Il ne peut pourtant éviter de tels soupçons puisqu'il ne conçoit pas de renvoyer les poursuites à la mise en place d'un pouvoir politique légitime capable d'assurer une indépendance de la justice. Cela prendra du temps et favorisera les fuites, craint le vice-ministre de la Défense qui promet d'assainir le pays des corrompus et des corrupteurs.
La lutte contre la corruption est le nouveau cheval de bataille de Gaïd Salah, avec lequel il espère calmer les Algériens, et sauver le système. Une tâche ardue qui va s'étaler dans le temps, tant que la corruption s'est généralisée sous Bouteflika.
Quel que soit le nombre de « corrompus » qui seront traînés devant les tribunaux, le peuple réclamera toujours davantage et se posera toujours la même question : pourquoi untel a été épargné alors que des soupçons pèsent sur lui ? Dans un pays où la rumeur a fait de tout le monde un suspect potentiel de vol et de détournement, la tâche s'annonce clairement impossible et les risques de dérapages nombreux.
Or, la justice doit agir dans la sérénité, loin des pressions politiques et populaires. Ce qui est loin d'être le cas en période de crise et durant la transition. La lutte contre la corruption doit être menée par une justice indépendante et un pouvoir légitime élu par le peuple.
Ahmed Gaïd Salah connaît la soif de justice des citoyens longtemps méprisés et l'impact de la lutte contre la corruption sur l'opinion publique. Il n'y a qu'à voir la jubilation avec laquelle a été accueillie la convocation d'Ahmed Ouyahia qui a quitté le tribunal par une porte dérobée sous les insultes et la poursuite de ceux qui l'ont vu sortir.
Le chef de l'état-major semble vouloir faire de la lutte contre la corruption un mouvement d'adhésion à sa démarche politique orientée vers la tenue d'une élection présidentielle. Ahmed Gaïd Salah refuse toujours d'entendre parler d'une transition et d'une solution politique, préférant enfermer le pays dans un cadre constitutionnel largement dépassé.
Il reconnaît pourtant que les conditions d'un scrutin ne sont pas « idoines » à deux mois à peine de la date envisagée. Alors que la collecte des signatures de parrainage doit commencer la semaine prochaine, aucune candidature significative ne s'est signalée. Sans compter que le mouvement populaire rejette cette idée. Est-ce que le pays prendra le risque d'un président mal élu et illégitime ? Le faire, c'est aller à l'encontre de la volonté du peuple.
Le faire, c'est également prendre le risque d'affaiblir le pays vis-à-vis de l'étranger. Il y a des signes qui ne trompent pas. Aucun pays n'a félicité Abdelkader Bensalah ni Noureddine Bedoui. Une situation qui pourrait se reproduire avec un nouveau président mal élu. Le risque d'avoir un président non reconnu par une partie de la communauté internationale est bien réel.
Pour l'instant, le chef de l'état-major insiste sur le respect de la Constitution et maintient le cap de la présidentielle, « le plus tôt possible », sans préciser de date. Mais tout peut changer. En attendant, il exerce toute son influence avec la possibilité de « débouteflikiser » l'ensemble des hautes fonctions pourvues par la « bande ». D'ailleurs, son chef est toujours réclamé par la foule qui souhaite le voir devant les juges.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.