Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vice-ministre de la Défense presse la justice de passer à l'acte
LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET DILAPIDATION DE DENIERS PUBLICS
Publié dans Liberté le 17 - 04 - 2019

Le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, a appelé, hier, depuis Ouargla où il était en visite de travail de deux jours, la justice à faire preuve de diligence pour accélérer les procédures judiciaires à l'encontre de ceux qui ont pillé les richesses du pays et dilapidé les deniers publics avec la corruption. "Nous attendons que les instances judiciaires concernées accélèrent la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant un préjudice au Trésor public et dilapidant l'argent du peuple", a martelé Gaïd Salah, affirmant avoir déjà souligné "la nécessité pour la justice de poursuivre les individus impliqués dans des affaires de corruption".
En revenant à la charge de la sorte, Gaïd Salah a, encore une fois, mis en garde "contre certaines personnes qui ont longtemps abusé des richesses du peuple et qui continuent d'activer contre la volonté du peuple et d'œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes, et certains responsables et partis politiques". De l'oligarchie qu'il ne nomme pas, en passant par les personnalités qui avaient abusé des crédits colossaux sous l'effet du trafic d'influence, Gaïd Salah sort la grosse artillerie pour mettre à rude épreuve ces individus qui tentent encore de résister à la volonté populaire, notamment ceux qui tentent, vainement, de transférer des sommes colossales en devises vers l'étranger.
Par cette sortie, la deuxième du genre, Gaïd Salah prend au mot le parquet général qui avait réagi le 1er avril dernier, en informant l'opinion publique sur l'ouverture des enquêtes préliminaires sur des faits de corruption et le transfert illégal de capitaux. En effet, le 30 mars dernier, et dans la foulée des accusations publiques, Gaïd Salah avait accablé, dans son discours, une bande qui s'était illégalement enrichie en Algérie. "À cet effet, nous rassurons l'opinion publique que la question s'étendra à tous les dossiers précédents, comme l'affaire de Khalifa, de Sonatrach et d'El-Boucher, et autres dossiers relatifs à la corruption qui ont occasionné des pertes considérables au Trésor public", avait alors déclaré Gaïd Salah en marge de la visite de travail qu'il avait effectuée à Oran.
Ce jour-là, Gaïd Salah ira jusqu'à afficher son soutien direct à la justice et aux magistrats pour rouvrir les dossiers lourds de la corruption. "Dans ce contexte précis, nous soulignons que la justice, qui a recouvré ses pleines prérogatives, agira en toute liberté, sans contrainte aucune, sans pressions ni ordres, pour entamer des poursuites judiciaires contre toute la bande impliquée dans les affaires de détournement des fonds publics et d'abus de pouvoir pour s'enrichir illégalement", avait-il annoncé. Selon lui, la justice algérienne doit passer à l'acte pour répondre aux aspirations du peuple qui revendique que les prédateurs et les corrompus soient jugés pour faits avérés de corruption, de fuite de capitaux et de dilapidation de deniers publics.

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.