Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vice-ministre de la Défense presse la justice de passer à l'acte
LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET DILAPIDATION DE DENIERS PUBLICS
Publié dans Liberté le 17 - 04 - 2019

Le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, a appelé, hier, depuis Ouargla où il était en visite de travail de deux jours, la justice à faire preuve de diligence pour accélérer les procédures judiciaires à l'encontre de ceux qui ont pillé les richesses du pays et dilapidé les deniers publics avec la corruption. "Nous attendons que les instances judiciaires concernées accélèrent la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant un préjudice au Trésor public et dilapidant l'argent du peuple", a martelé Gaïd Salah, affirmant avoir déjà souligné "la nécessité pour la justice de poursuivre les individus impliqués dans des affaires de corruption".
En revenant à la charge de la sorte, Gaïd Salah a, encore une fois, mis en garde "contre certaines personnes qui ont longtemps abusé des richesses du peuple et qui continuent d'activer contre la volonté du peuple et d'œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes, et certains responsables et partis politiques". De l'oligarchie qu'il ne nomme pas, en passant par les personnalités qui avaient abusé des crédits colossaux sous l'effet du trafic d'influence, Gaïd Salah sort la grosse artillerie pour mettre à rude épreuve ces individus qui tentent encore de résister à la volonté populaire, notamment ceux qui tentent, vainement, de transférer des sommes colossales en devises vers l'étranger.
Par cette sortie, la deuxième du genre, Gaïd Salah prend au mot le parquet général qui avait réagi le 1er avril dernier, en informant l'opinion publique sur l'ouverture des enquêtes préliminaires sur des faits de corruption et le transfert illégal de capitaux. En effet, le 30 mars dernier, et dans la foulée des accusations publiques, Gaïd Salah avait accablé, dans son discours, une bande qui s'était illégalement enrichie en Algérie. "À cet effet, nous rassurons l'opinion publique que la question s'étendra à tous les dossiers précédents, comme l'affaire de Khalifa, de Sonatrach et d'El-Boucher, et autres dossiers relatifs à la corruption qui ont occasionné des pertes considérables au Trésor public", avait alors déclaré Gaïd Salah en marge de la visite de travail qu'il avait effectuée à Oran.
Ce jour-là, Gaïd Salah ira jusqu'à afficher son soutien direct à la justice et aux magistrats pour rouvrir les dossiers lourds de la corruption. "Dans ce contexte précis, nous soulignons que la justice, qui a recouvré ses pleines prérogatives, agira en toute liberté, sans contrainte aucune, sans pressions ni ordres, pour entamer des poursuites judiciaires contre toute la bande impliquée dans les affaires de détournement des fonds publics et d'abus de pouvoir pour s'enrichir illégalement", avait-il annoncé. Selon lui, la justice algérienne doit passer à l'acte pour répondre aux aspirations du peuple qui revendique que les prédateurs et les corrompus soient jugés pour faits avérés de corruption, de fuite de capitaux et de dilapidation de deniers publics.

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.