Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La défense fait appel    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hausse de la production à Chlef    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    L'apolitique supplante le politique ?    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 18 - 08 - 2019


Par: Younès Djama 18 Août 2019 à 16:03
« Hier avec la Issaba, aujourd'hui dans le Panel ». Depuis plusieurs jours, ce type messages fleurit sur les réseaux sociaux. Ils sont encore plus nombreux depuis l'installation, hier samedi 17 août, de la commission des sages au sein de l'Instance de dialogue.
Des photos accompagnant ces messages montrent des membres de l'Instance présents à la Coupole lors du fameux meeting de soutien au cinquième mandat ou en compagnie d'anciennes figures de Bouteflika. Autant d'arguments supplémentaires pour les opposants à la démarche du panel, jugée trop inspirée par le pouvoir.
En acceptant d'être la tête du Panel de dialogue et de médiation, Karim Younès a-t-il mesuré le degré de difficulté de la tâche qui l'attendait ? L'initiative qu'il conduit afin d'ouvrir la voie à des élections présidentielles « le plus rapidement possible », essuie les refus et cristallise les colères. Le cercle de rejet de cette commission s'élargir de jour en jour.
Hier, les étudiants ont exprimé leur refus d'adhérer à la démarche en investissant le siège du Panel. Devant les membres de ce dernier, ils ont dit leur rejet de cette instance et de la feuille de de route qu'elle s'est fixée.
Les étudiants ont également dénoncé la présence de ce qu'ils appellent des « pseudos représentants des étudiants » conviés à l'occasion. Ces « représentants » sont des adhérents de l'UGEL, un syndicat proche de TAJ, le parti de Amar Ghoul.
Les étudiants qui ont envahi le siège du Panel ont tenu à rappeler que ces « complices du système » ne les représentaient pas, les accusant même de vouloir se repositionner sur l'échiquier politique avec la « complicité » de la commission présidée par Karim Younès.
En écho à leurs camarades d'Alger, les étudiants de Constantine ont publié un communiqué dans lequel ils se démarquent de l'UGEL dont les membres ont été reçus, jeudi 15 août, par Karim Younès « en leur qualité de prétendus représentants des étudiants ».
« Toutes les organisations qui ont obtenu leur agrément de l'Etat sont dénuées de toute légitimité, n'étant qu'un démembrement du pouvoir dont le peuple demande le départ », écrit le Comité des étudiants de Constantine (CEC) pour qui ces organisations estudiantines ont de tout temps soutenu- au nom des étudiants algériens- tous les mandats du président déchu, y compris le projet de 5e mandat.
Ce dimanche, l'UGEL a dénoncé dans un communiqué, la « tentative de parasitage » de la séance d'installation du comité des sages. Une allusion claire à l'occupation, hier samedi, de la salle de réunion par un groupe d'étudiants hostiles au panel qui ont affiché leur opposition à ce qu'ils soient représentés par des éléments de l'UGEL. Ce dernier, dans son communiqué, s'aligne sur la thèse défendue par le Panel, à savoir l'organisation d'une élection présidentielle dans les « les plus brefs délais » et par «tous les moyens possibles ».
En plus de l'UGEL, le Panel a bénéficié hier de deux soutiens dont il aurait sans doute aimé se passer. Même exclu du processus de dialogue, le FLN et le RND ont exprimé leur soutien à l'Instance dirigée par Karim Younes. « Le parti s'engagera en faveur de toutes les conclusions de ce dialogue même s'il en est exclu », a affirmé Azzeddine Mihoubi, secrétaire général par intérim du RND. «Nous sommes favorables à ce panel et à toute initiative de dialogue qui ambitionne de faire sortir le pays de la crise actuelle», a répété hier Mohamed Djemai, chef du FLN.
Rejeté par l'opposition et les acteurs du Hirak, le Panel est de plus en plus réduit à une « machine à recycler » les soutiens de l'ancien système. Ces courtisans d'hier ne se comptent pas seulement parmi les étudiants, mais aussi parmi les politiciens et les chefs d'entreprises. Leur présence au sein de l'instance de Karim Younès est plutôt perçue comme un handicap qui va encore jeter le discrédit sur l'instance de dialogue, déjà handicapée par les concessions faites au pouvoir sur la question des préalables.
Le fait que des personnes ayant un jour été dans le camp de l'ancien régime figurent aujourd'hui dans le Panel de dialogue, est révélateur d'un fait : Karim Younès et ses collaborateurs ne trouvent pas des personnes intègres dont le profil contraste avec ceux qui se sont précipités pour y figurer en bonne place. Tels des boulets, ces derniers nuisent plus qu'ils ne servent le Panel. C'est là une certitude.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.