BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le panel rappelle l'urgence d'une présidentielle: Installation mouvementée du «comité des sages»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 08 - 2019

C'est à une installation mouvementée du « Comité des sages » qu'a dû se résoudre le panel de dialogue de médiation, dirigé par l'ex-président de l'APN Karim Younes, hier samedi à Alger. Cette installation, prévue mercredi, a été reportée pour hier samedi, et devait se dérouler normalement. Sauf que le début des travaux de l'Instance, tenus à la grande Bibliothèque d'Alger, a été perturbé par une invasion d'étudiants en colère du Centre culturel de la rue Larbi Ben M'hidi à Alger. La colère des étudiants, ils étaient une cinquantaine, est due au fait que le Panel ait reçu mercredi une délégation d'étudiants de l'UGEL, une organisation proche du pouvoir, et non reconnue par les différents groupes étudiants qui ont éclos avec la vague « hirakiste ». L'appel à manifester hier samedi a été lancé par les étudiants de l'université Alger 1 et le pôle des étudiants. « Le Panel du dialogue que le peuple refuse catégoriquement a prévu de rencontrer un syndicat estudiantin appelé UGEL, afin que ce dernier représente les étudiants et donc de légitimer ce dialogue », explique cet appel lancé sur Facebook par l'« Union des étudiants Alger 1 ». « Ces larbins du système ont soutenu TOUS les mandats de Bouteflika, même le 5e, et ce, même après le 22 février. Nous ne pouvons laisser le pouvoir en place se jouer de notre Mouvement Populaire en propulsant ses larbins en tant que représentant des Etudiants Libres afin de décrédibiliser le mouvement estudiantin et les marches du Mardi », ajoute l'appel. Pour calmer les esprits, Amar Belhimer, membre du panel et chargé de la commission politique, a invité les protestataires à assister aux travaux du panel, et l'installation du Comité des sages.
Ce comité compte une quarantaine de personnalités politiques, médiatiques, scientifiques ou politiques et sportives. Il est notamment composé de l'ancien président du conseil constitutionnel sous Liamine Zeroual, Abdelaziz Bouchair, les trois anciens ministres de la Jeunesse et des Sports Aziz Derouaz, Mouldi Aissaoui et Kamel Bouchama. Il y a également l'ancien ministre des Finances Abdelaziz Khellaf, le cinéaste Slimane Benaissa, des professeurs universitaires dont Laraba, Louber et Benyahia, le président de l'association Machaâl Al Chahid et de l'organisation des condamnés à mort, le président du syndicat des magistrats et celui de l'ordre des médecins algériens Bekkat Berkani. Les entrepreneurs sont notamment représentés par Saïda Naghza, présidente de la confédération générale des entreprises algériennes (AGEA). Il s'agit en fait d'une première liste, qui reste ouverte à toutes les compétences nationales. Dans un précédent communiqué de l'Instance, elle a expliqué qu'elle « valorise toutes les initiatives de dialogue ainsi que toutes leurs plates-formes et leurs propositions de sortie de crise », qui ont précédé la création du panel. Bien plus, «toutes ces plates-formes et ces propositions constitueront des documents de travail qui seront utilisés pour l'élaboration » des propositions qui seront soumises à la conférence nationale qui sera organisée à la fin des consultations, explique le même communiqué. L'Instance a déjà entamé ses consultations avec des personnalités nationales et des représentants d'organisations de la société civile, mais les résultats de ces discussions n'ont pas été pour le moment divulgués. Le panel poursuit ses consultations et compte élargir le spectre de ses discussions à toutes les composantes de la société.
Après l'installation du Comité des sages, le panel a organisé une conférence de presse au cours de laquelle l'organisation d'élections présidentielles a été réaffirmée.
Les membres du panel ont pris la parole pour relever l'urgence de l'organisation d'une élection présidentielle, qui doit être organisée « avant la fin de l'année en cours », ont-ils indiqué. Le scrutin devra déboucher sur une seule et unique période de transition, a ajouté le panel. L'ancien journaliste et enseignant Amar Belhimer a expliqué que les walis n'auront aucun rôle à jouer dans le scrutin annoncé, avant de souligner que les articles 7 et 8 consacrant la souveraineté populaire n'auront leur plein effet qu' « à travers le prochain vote ». Quant au président du Conseil de l'ordre des médecins Bekkat Berkani, il a affirmé que le panel n'excluait aucune partie, et a à son tour insisté sur l'urgence de la tenue des élections présidentielles. « Nous sommes au bord de l'implosion et les dangers nous guettent ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.