La Juventus officialise le retour de Morata    Barça : Ousmane Dembélé poussé vers la sortie ?    Algérie Poste: Un nouveau calendrier de versement des pensions de retraite    Le ministre de la Poste et des Télécommunications rassure: Le paiement électronique «sécurisé et gratuit»    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Bovins et crocodiles    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    JS Saoura: Choisir la voie de la formation    Chlef: Mener les projets à bon port    Tébessa: Un camion se renverse, un mort et un blessé    Sonelgaz Es-Sénia: Près de 197 milliards de centimes de créances détenus par les ménages    PAIX ET SERENITE    Reportage sur le «Hirak»: M6 conteste les accusations portées contre elle    L'Algérie obtient une victoire définitive contre Orascom Télécom    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    Un individu arrêté    192 nouveaux cas, en 24 heures    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La gestion bientôt assurée par une entreprise algérienne    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali    Le Premier ministre palestinien salue la position du Président Tebboune contre la politique de normalisation avec l'entité sioniste    CONSTANTINE : Attribution "prochaine" de 100 aides à l'habitat rural    LUTTE CONTRE L'ARGENT SALE : L'impératif de garantir la transparence    MESURES DE REPRISE DES COURS : Les représentants des étudiants satisfaits    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Ça urge !    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Benkhelifa signe pour trois ans    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Enfin un gouverneur !    L'ange blanc s'envole    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Retrouver la grandeur américaine    «Khayrek sbaq»    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 28 - 02 - 2020


Abdellah CHEBBAH Fév. 2020
Certaines personnes ont des valeurs et des principes auxquels elles y tiennent et s'y attachent. Elles sont généralement intègres et honnêtes. Leurs visions et leurs décisions sont formelles, sans détours et positives. Leur personnalité est unique. On les appelle dans le jargon intellectuel, l'élite. D'autres, sont dans un tumulte de controverses où elles broient du noir et du blanc, indécises et se positionnent dans une partie grise en stationnement éternel. Elles sont ainsi ambivalentes du matin au soir entre ce que disent les uns et ce que disent les autres. Ces dernières qui se croient élites, refusent d'avancer.
Ce genre de personnes ambivalentes n'a généralement pas de repères, ni d'objectifs, ni d'avis personnels à émettre. Elles se meuvent au train des évènements quotidiens, de la rumeur et de la propagande. Elles aiment colportés ce qui se dit mais jamais ce qu'elles en pensent à cause de cette déchirure qu'est leur subconscient. Leur conscience n'est nullement utilisée de peur de ne pas pouvoir la justifier et la défendre avec raison, par incertitudes, ignorance et hésitations à se prononcer sur leurs arguments personnels.
Il m'arrive parfois de buter sur ce genre de personnes frontalement ou par médium interposé qui n'émettent aucune pensée personnelle mais bien au contraire puisent dans un virtuel d'anecdotes de personnes d'autrefois à une autre époque, qui ont émis des avis et des opinions. Elles sont alors là à monopoliser les discussions sans intérêt pour s'entendre parler dans le vide et abrutirent leurs interlocuteurs. Rien n'incite à la conversation, ni à la correspondance. Autant ignorer.
La singularité d'une personne est primordiale dans les débats. Les avis, les opinions et les arguments personnels animent les discussions. Elles déblayent le terrain qui permet d'être en accord ou pas. On ne peut pas se positionner sur ce qui se dit par la masse. Dans cette masse s'infiltrent des idées et des propos manipulateurs et néfastes au positivisme. Et c'est ainsi que s'instrumentalisent les masses et que les vraies élites s'engouffrent.
D'une façon générale, mes compatriotes ont cette notoriété de savoir tout, d'être au courant de tout et d'être partout. Pourraient-ils un jour apprendre à écouter les érudits, les spécialistes, les penseurs?
Se référer à des époques et à des contextes lointains dépassés par le temps et l'espace, aboutit généralement à la stagnation. Le monde va vite et ce temps et cet espace sont restreints. Il sont dans la mobilité du XXI siècle. Les solutions doivent être promptes et immédiates. La pensée géniale doit transcender les esprits.
La révolution qu'entreprend en ce moment les Algériens est dans ce cas de figure. Ils viennent de constater que le monde leur échappe à cause d'une cristallisation de leur histoire confisquée par une bande d'incultes octogénaires illégitimes qui détient le pouvoir par les armes et réduit le peuple à une obéissance et une obédience aveugles et uniques sans aucuns droits ni libertés d'émettre un contraire.
L' Algérien n'a d'autre choix que d'aller de l'avant. Stagner sur une position d'attente mène à un suicide collectif. L'émergence d'idées nouvelles éclaboussantes et secouantes est le leitmotiv de toute révolution. Il ne s'agit pas de changer pour changer mais de changer pour le meilleur qui sied avec l'époque et notre société. La nouvelle génération a soif. Elle veut s'abreuver de modernité et de progrès. L'Algérie a toutes les capacités d'offrir cela. Malheureusement l'esprit de certains réfractaires n'y est pas. Ils ne savent pas encore comment y accéder. Le temps d'adaptation leur fait peur. Ils préfèrent stagner dans un acquis malheureux. Le passif est trop lourd et les risques sont nombreux, disent-ils.
Il suffit parfois de petites choses insignifiantes mais époustouflantes et extravagantes pour changer les choses.
La sagesse, la raison, la non violence, l'honnêteté et l'intelligence de propos persuasifs sont les moteurs d'une révolution.
L'Algérie a besoin de personnes qui savent secouer les cocotiers, à l'instar de Ben Mhidi, Boudiaf, Ait Ahmed et tant d'autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.