Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



APPEL À UNE MARCHE CITOYENNE LE 13 SEPTEMBRE À PARIS
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 09 - 2020

Le 13 septembre 2020, nous, citoyen-ne-s algérien-ne-s de France et d'Europe, marcherons à Paris pour:Un changement radical et pacifique en Algérie ; Le départ définitif du système et de ses symboles ; L'édification d'un Etat de droit et démocratique ; Un Etat Civil et non militaire ; La libération inconditionnelle des détenu-e-s politiques et d'opinion ; Une transition démocratique indépendante du régime et un processus constituant souverain. Depuis le début de la Révolution du Sourire, le peuple algérien a démontré au monde entier, par son civisme et son pacifisme, sa grande conscience politique et son attachement aux valeurs démocratiques et républicaines. Après plus d'un an d'une mobilisation populaire dans un Hirak pacifique et déterminé, le chemin de la victoire est encore long, mais sûr, face à un pouvoir qui, même en temps de pandémie, n'a pas pris congé et continue dans son outrage contre la volonté populaire. Les dernières évolutions de la situation en Algérie -provocations, intimidations, diversions et arrestations arbitraires- nous montrent bien que le système mafieux est prêt à tout pour se maintenir et étouffer toutes les revendications légitimes soulevées, quitte à basculer le pays dans la violence, une option favorable au régime qui use et abuse de la force pour faire taire toute contestation.
Rappelons que le commandement militaire, qui constitue la colonne vertébrale du régime, actionne sans relâche sa police politique pour museler et faire échouer toute voie contestataire. Toutefois, notre automobilisation ne faiblit pas quant à un changement radical et pacifique du système politique qui a été assujetti jusque-là au service d'intérêts personnels au détriment des intérêts de la nation. Nous luttons pour la déconstruction de ce système totalitaire et criminel, qui constitue un danger pour le pays et son unité. Nos revendications sont clairement en lien avec l'édification d'un Etat de Droit où les libertés fondamentales prennent leur véritable sens. Un Etat de Droit avec des institutions fortes et démocratiques qui se soumettent aux mêmes droits que les individus ; où la séparation des pouvoirs garantit l'indépendance de la justice ; où le principe de liberté induit l'existence de la liberté individuelle d'opinion, d'expression, de réunion, de culte, de circulation, de la liberté syndicale et le droit de grève.
Nous nous battons pour la libération de tous les détenus politiques et d'opinion parce qu'il est nécessaire de respecter le droit à la libre expression de ses opinions ; parce qu'il est inadmissible, et cela est propre aux régimes dictatoriaux, de priver les citoyens de leur droit de penser, donc d'exister. Nous réitérons nos revendications qui dépassent de loin un saupoudrage économique ou social voué à l'échec. La rupture avec le système en place et la transition vers une nouvelle république est inéluctable, car le système de gouvernance doit être reconstruit ou rebâti sur des bases nouvelles de démocratie, de liberté et de transparence. On ne peut construire une nouvelle Algérie avec des restes d'un régime finissant qui n'a apporté que destruction, corruption, injustices et inégalités. C'est pour cela que nous refusons que les revendications du Hirak soient transformées en réformes proposées par un président et un gouvernement illégitimes.
Nous exprimons également notre rejet catégorique d'une constitution qui n'est en réalité qu'une suite de constitutions illégitimes et antisociales et dont la constitution-mère a été le résultat d'un coup de force contre la légitimité populaire. Nous poursuivrons notre Révolution pacifique pour la reconquête de toutes les libertés fondamentales et la fondation d'un Etat sur des bases démocratiques et nous appelons tous nos compatriotes algérien-ne-s, vivant en France et en Europe, à participer massivement à une marche le 13 septembre 2020, à partir de 14h, au départ de Place de la République à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.