La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



BOYCOTTER LE REFERENDUM DE LA HONTE : UN DEVOIR PATRIOTIQUE.
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 30 - 10 - 2020

Où sont passés les idéaux du premier novembre d'une Algérie libre, démocratique et sociale ? Ou sont passés les valeurs de fraternité, de solidarité, de justice et de liberté investis par notre peuple dans son combat libérateur ?Foulés aux pieds par un système mafieux et prédateur géré par des escrocs et usurpateurs.
LE PREMIER NOVEMBRE TRAHI DÈS L'INDEPENDANCE
Dès l'indépendance le clan de Oujda (Boumediene, Ben Bella et Bouteflika) a pris le pouvoir par la force pour imposer un pouvoir militaro-politique encore en vigueur jusqu'à aujourd'hui. En s'appuyant sur la puissante armée des frontières, ce clan a mené une guerre impitoyable contre les moudjahidines de l'intérieur et les structures issues de la révolution.Les chefs historiques de la révolution sont éliminés physiquement, jetés en prison ou poussés à l'exil. Dans cette sale guerre contre la révolution et ses symboles, Boumediene est aidé par des officiers issus des DAF (déserteurs de l'armée française) qui finiront par prendre les commandes du pays 30 ans plus tard (Nezzar, Belkheir, Touati, Lamari…).
LES CONSTITUTIONS SE SUCCÈDENT, LE SYSTÈME RESTE
De Ben Bella à Tebboune, chaque président désigné par le haut commandement militaire se dote d'une constitution et présente son règne comme une étape nouvelle en rupture avec le passé et dissocié des autres étapes et de leur continuité historique. Chaque président désigné arrive avec des promesses de justice, de liberté, de moralisation de la vie politique, de lutte contre la corruption. Des promesses qui sont « pareilles aux vagues : elles meurent aussi vite qu'elles naissent », selon l'expression de l'écrivain égyptien Gilbert Sinoué. Depuis l'indépendance, le système repose sur une réalité intangible : changer cycliquement la façade civile pour pérenniser le même système politique contrôlé et régenté par l'état-major de l'armée. Une façade civile constituée de personnes dont on a minutieusement programmé la promotion et qu'on s'évertue de présenter comme « des nouvelles têtes ».
UNE INDEPENDANCE SANS SOUVERAINETE
La fin de la période coloniale n'a pas mis fin à l'oppression et à l'exploitation dans notre pays. Dans une certaine mesure, le système en place depuis l'indépendance a repris les grandes lignes de la structure politique du colonialisme : les Algériennes et algériens continuent d'être exclus des décisions et choix politiques, d'être opprimés, asservis, humiliés, spoliés de leur mémoire, de leur Histoire, privés de leur liberté et de leur dignité. Comme à l'époque coloniale, la violence d'état est régie en mode de gestion et d'affirmation politique concrétisé par la répression, le mépris, le mensonge et les méthodes funestes de la guerre psychologique. Aujourd'hui, il n'y a pas d'occupation directe par une puissance étrangère. Il y'a des trahisons par le pouvoir en place : trahison des martyrs et de leurs sacrifices, trahison du peuple et de ses espoirs, trahison du pays en bradant ses richesses aux puissances mondiales et multinationales moyennant leur soutien.
Le choix du premier novembre pour organiser le référendum constitutionnel est une manœuvre pitoyable et grotesque du pouvoir mafieux. Il cherche à utiliser un symbole sacré du peuple algérien pour maintenir un système despotique et prédateur rejeté par la majorité écrasante du peuple algérien. Pour le peuple, réactiver l'esprit du premier novembre signifie de reprendre le combat inachevé, engagé pour libérer le pays et le peuple. Un combat pacifique pour l'organisation d'une transition démocratique avec un objectif majeur : réhabiliter la souveraineté confisquée depuis l'indépendance.
PERSONNE NE POURRA PLUS FERMER LES PORTES DE L'ESPOIR OUVERTES PAR LA REVOLUTION DU 22 FEVRIER.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.