JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 15 - 10 - 2021

Mr Macron, dénonce l'exploitation de la « rente mémorielle » par le pouvoir politico-militaire algérien. Faut-il lui rappeler que nous n'avons pas attendu sa sortie médiatique pour le savoir ?Serait-il pour autant indemne de tout reproche sur la question mémorielle, notamment celle concernant la colonisation de l'Algérie ?
Malheureusement, il s'est très peu démarqué de ses prédécesseurs. Il a continué, comme eux, à se réfugier derrière des généralités sur les maux de la colonisation dans des termes visant certainement à atténuer ou escamoter les responsabilités de la France. Une telle attitude contribue largement à maintenir une grande partie de la société française bloquée dans une mémoire refoulée lorsqu'il s'agit de son histoire coloniale en Algérie.
Oui, il est vrai qu'en 2018, Macron avait reconnu au nom de la République française, que Maurice Audin avait été enlevé, séquestré, torturé puis éliminé par l'armée française. Il est aussi vrai qu'en mars 2021, il avait reconnu également que l'avocat nationaliste Ali Boumendjel avaitbien été torturé et assassiné par l'armée française en 1957.C'est bien peu, eu égard aux dizaines de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité perpétrés par le colonialisme français en Algérie, entre 1830 et 1962.
Crime contre l'humanité comme Macron avait lui-même qualifié la colonisation de l'Algérie, c'était en février 2017 pendant sa campagne électorale. Mr Macron veut s'ériger en donneur de leçons sur la question mémorielle, alors qu'il a peu fait pour mettre un terme au mépris de son pays envers ceux qu'il a colonisés, massacrés, pillés pendant 132 ans.Autrement, pourquoi, par exemple, refuse t-il toujours de reconnaître officiellement le massacre des dizaines d'Algériens par l'Etat français le 17 octobre 1961
Pourquoi refuse t-il de garantir la liberté d'accès à toutes les archives permettant de faire la vérité sur ce crime d'Etat ?Si le pouvoir politico-militaire algérien utilise la « rente mémorielle » à des fins d'autolégitimation, Mr Macron semble utiliser la « question mémorielle » à des fins électoralistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.